Navigate / search

[Cinéma] Transformers 3 de Michael Bay

Michael Bay, en voilà un nom qui en fait frémir plus d’un (que ce soit de joie ou d’effroi). Aujourd’hui il revient avec Transformers 3, qui comme son nom l’indique correspond au troisième opus de la juteuse licence détenue par Paramount. Très décrié pour Transformers 2, Michael Bay s’était ouvertement excusé pour le résultat de ce deuxième opus, rappelant que la gestation du film est tombé pile pendant la grève des scénaristes. Rappelons qu’effectivement le scénario de Transformers 2 tient allègrement sur un timbre poste (et encore en écrivant gros). Ceci étant dit, le scénario de Transformers 2 n’était pas -je pense- son principal défaut, le gros problème résidant dans le rythme du film qui était trop étrange, trop haché, une sorte de bouillie non pas infâme mais pas forcément digeste (mais ayant bon goût, c’est tout le problème du cinéma de Michael Bay). Alors autant dire que l’attente sur Transformers 3 était énorme et les défis à relever étaient présent en nombre. Après avoir vu le film, quelques éléments de réponse…

Pour être clair, non, Michael Bay n’a pas changé, Transformers ne s’est pas doté miraculeusement d’un scénario remue-méninge philosophique (loin de là). Non, les travers de Michael Bay n’ont pas disparu, il adore toujours les scènes de destruction massive. En fait le cinéma de Michael Bay reste identique dans son architecture. Les personnages sont assez caricaturaux, peu creusés, « l’héroïne » reste cantonnée à son rôle de potiche (filmée sous toutes les coutures, telle une belle voiture avec une belle carrosserie). Les actes de bravoure sont légions. Bref Michael Bay fait du Michael Bay…

Mais, il faut reconnaître, que la forme a évolué rendant le tout beaucoup plus digeste. Et globalement, c’est ça que l’on peut dire de Transformers 3, il est ce qu’aurait dû être Transformers 2. En somme Transformers 3 est en fait Transformers 2.5, et par conséquent il est à la fois réconfortant mais aussi frustrant. Divisé en deux parties, le film n’est pas sans certaines longueurs (2h40 tout de même). Pendant plus d’une heure, le background est posé, c’est aussi durant cette période qu’on aura droit aux petits interludes comiques et/ou détachés de l’intrigue principal (le tout étant globalement bien moins fatiguant que les passages du même type du premier ou deuxième opus). Plutôt bien amené globalement, cette première partie présente quand même quelques transitions abruptes entre un John Malkovich qui cabotine plein pot et les amourettes de Shia Labeouf. Et globalement une heure à ce rythme, c’est un peu long…

Ensuite, c’est le déluge de SFX, d’action tonitruantes, de boumbadaboum et autres acrobaties complètement improbable! Et là on peut dire que Michael Bay est un dieu puisqu’il montre qu’il maîtrise complètement la 3D et le numérique. Je ne m’en reviens toujours pas, on retiendra une course-poursuite faramineuse sur une autoroute, un drop de parachutiste sur une ville de Chicago complètement dévasté, un affrontement final épique entre les Autobots et les Decepticons.. James Cameron lui-même a reconnu que Bay maîtrisait parfaitement le processus, mais c’est une évidence!

Par ailleurs, si le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, il faut reconnaître qu’il se laisse suivre et il propose son lot de surprise! Les acteurs sont plutôt bon, même si il faut reconnaître que le duo Labeouf/Megan Fox fonctionnait bien mieux que le duo Labeouf/Rosie Huntington-Whiteley. Oui l’absence de Megan Fox se fait sentir, surtout parcequ’il est évident que le film aurait encore gagné un galon sur le rang du dramatique. Car oui, Transformers 3 est plus noire et plus froid que ses grands frères, certes vous ne pleurerez pas, mais le sort réservé à certains personnages pourra vous provoquer un pincement au coeur.

Autre bon point pour le film, le score de Steve Jablonsky est encore une fois très efficace, même si, assez discret. Le thème principal des Autobots est repris à plusieurs reprises mais c’est toujours au bon moment. A noter que c’est toujours Linkin Park qui s’occupe de la chanson titre: Iridescent.

En somme Transformers 3 n’est pas un chef d’oeuvre, loin de là, mais c’est juste un blockbuster d’été terriblement efficace dans son but premier: mettre votre cerveau au repos et vous divertir. On pourra toujours critiquer Bay pour son cinéma machiste, américanisé et bourrin, il n’en reste pas moins que c’est un homme qui semble être resté coincé à l’âge de l’adolescence dans sa tête. Et c’est ici que réside toutes les forces et les faiblesses de Transformers 3; la fougue et la force de la jeunesse mais aussi son côté un peu trop hâtif voulant à tout pris arriver à faire quelque chose sans trop savoir pourquoi. Mais en toute franchise, je n’échangerai pas un Transformers 3 contre cent Pirates des Caraïbes 4. Après c’est une affaire de goût! Mais pour moi, Transformers 3 peut passer l’été tranquille, je vois mal Harry Potter faire mieux que lui en terme de grand spectacle!

[Cinéma] Insidious de James Wan

Cet avis ne comporte aucun spoiler, vous pouvez donc le lire sans craindre de découvrir un élément important de l’histoire. Par ailleurs les photos sont elles-aussi sans spoiler, je trouve ça honteux, les sites ou blogs qui publient des photos de la fin du film qui même s’ils ne relèvent rien fondamentalement sur l’histoire gâchent clairement le plaisir de la découverte!

Insidious est le dernier film en date de James Wan, vous savez ce petit réalisateur qui a connu un début de carrière fulgurant avec Saw et une suite en dent de scie avec Dead Silence et Death Sentence. Cela faisait donc 3 ans qu’on avait plus entendu parler de lui en tant que réalisateur. Autant dire que bon nombre de fans du genre l’attendaient au tournant avec Insidious, et bien ils ont eu raison d’attendre.

Insidious se veut être un film d’épouvante, et plus particulièrement de maison hanté. Un genre un peu casse gueule, il faut bien l’avouer. Tout le monde a en mémoire Amityville ou encore Poltergeist qui se pose un peu en canon du genre (plus parce qu’ils font office de pionnier dans le domaine que par leurs qualités intrinsèques d’ailleurs). Plus récemment on a eu droit aux blockbuster qui veulent faire peur mais qui doivent rester accessible à un grand public (Paranormal Activity, quelle catastrophe…). A côté de ça on a les films un peu « plus fin » comme L’Orphelinat ou Saint Ange qui ont su susciter une aura particulière. On a aussi eu quelques bon morceaux comme [Rec]. Mais jamais le film de maison hanté, n’a su, à mon sens trouver un véritable nouveau modèle. C’est désormais chose faite avec Insidious. Gloire à James Wan!

Ce n’est pas tant par son synopsis que Insidious brille, c’est par son ambiance et la façon dont sont distillés les petites touches de fantastiques et d’horreur. Evidemment, le film propose son lot de sursaut et de bruit fracassant qui vous feront tressaillir par instant, mais ce n’est rien par rapport au stress permanent que le film vous impose.

Globalement Insidious reprend tous les ingrédients des films de maison hantées pour les remanier et les agencer les uns avec les autres sans en faire une bouillie infâmes. Oui, il y a des portes qui claquent, des planchers qui grincent, des ombres furtives mais comment dire… Autant dans Paranormal Activity, par exemple, on sait que c’est surtout un spectacle tout public, autant là on est devant quelque chose de plus intimiste et vraiment dans un registre fantastique (là où il devient difficile de faire la part des choses entre fiction et réalité).

Tout ça tient probablement beaucoup à la photographie, à l’ambiance baroque persistante; les portraits morbides figés et immobiles vous fixant en étant un parfait exemple! Pour cela, j’ai pensé à plusieurs reprises à Darkness de Balaguero (un de ses meilleurs films avec Fragile pour moi). Je suis assez étonné de voir que les critiques ne sont pas plus unanimes envers Insidious, après peut-être qu’il faut connaître le genre d’une manière assez approfondi pour mieux apprécier le film. Car il est vrai que les clins d’oeil à Kubrick, par exemple, sautent aux yeux! De même tous les films touchant de près ou de loin aux fantômes ont droit à leur clin d’oeil (le plus évident étant celui à SOS Fantômes!). En cela, c’est vrai qu’Insidious ressemble plus à un hommage aux films de fantômes qu’autres choses! Mais quel hommage!

En ce qui concerne les acteurs, il n’y a pas grand-chose à dire, tout le monde est dans son rôle, ni plus, ni moins. J’en attendais un poil plus de Rose Byrne (mais peut-être est-ce la faute au doublage français, tous les films avec Rose Byrne que j’ai pu voir, je les ai vus en VO, donc…) qui si elle est dans son rôle m’a semblé être sur la retenue, mais bon, rien de bien grave! La musique sait se faire discrète mais angoissante, par ailleurs les choix des titres intégrés en plus du score de base sont très judicieux!

J’ai toujours fantasmé sur le fait de voir un film de maison hantée parfait, je ne l’ai jamais trouvé… Jusqu’à aujourd’hui… Certes Insidious n’est pas dénoué de défauts, loin de là même (on pensera à quelques passages superflus un peu longuet, quelques transitions mal négociées, des ellipses temporelles mal choisies, un scénario non pas prévisible mais sans surprise) mais rien qui ne gâche la vision du film. En résumé si vous êtes fan de film d’épouvante/fantastique et que les Paranormal Activity (et autres clones ratés) ont failli vous dégoûter du genre comme moi, courez voir Insidious! Un fan du genre ne peut qu’aimer ce film!

[Musique] I Wanna Go – Britney Spears

Dire que Britney Spears est en pleine renaissance depuis ses deux derniers albums relève du doux euphémisme (okay, je suis fan, et donc, par définition, très peu objectif).

Quoiqu’il en soit, I Wanna Go (le nouveau single de son dernier album: Femme Fatale, que je possède en édition limitée; Niark Niark) possède désormais un clip.

Et comme pour le clip de Hold It Against Me, on constate que la pop star peut se permettre de taper dans l’auto-référentiel: « Crossroads 2: Cross Harder » étant une allusion direct à son premier long métrage en tant qu’actrice. Par ailleurs, les fans de Terminator seront ravis de voir les allusions plus qu’évidente (même si l’incrustration des CGIs laisse à désirer…

However… Enjoy

Britney Spears – I Wanna Go (Official Music… par wonderful-life1989;

[Jeux Vidéo] Dragon’s Crown, un beat them all 2D

Non, vous ne rêvez pas, Vanillaware (déjà à l’origine des excellents Muramasa et Odin Sphere) remet le couvert et déboule sur Playstation 3 et PSVita avec Dragon’s Crown! Un Beat them all médievalo-fantastique… en 2D! Autant vous dire que le nostalgeek qui sommeille en moi frissonne de tout son corps!

On reconnaît la Vanillaware’s touch (par contre il faut reconnaître que les proportions de certains personnages sont quelques peu… Abusées?… Qui pense à l’Amazon?). Mais bon peu importe, il va me le falloir, ça me rappellera mes bonnes vieilles parties sur Golden Axe et Legend.

Merci Vanillaware! Et encore une fois, cet E3 (que je trouve un peu sans grosse surprise niveau jeu) cache ça et là des bonnes petites pépites! Pourvu que ça dure!

[Jeux Vidéo] From Dust, le jeu que j’attends le plus?

Non, je ne vous parlerais pas de gros blockbusters de l’E3 en long, en large et en travers. Non pas que ça ne m’intéresse pas (j’attends évidemment Assassin’s Creed Revelations, Tomb Raider, les débuts de la WiiU, de la PS Vitaa [qui pour le moment reste mon coup de coeur de ce salon]), mais j’avais envie vous parler de From Dust, le nouveau jeu d’Eric Chahi (Cocorico!!).

Mais que peut-t’il se cacher derrière ce nom énigmatique? Tout simplement un GodGame. Dans la plus pure lignée de Populous! Populous était un jeu de stratégie temps réel (STR) où vous incarniez un Dieu. En tant que tel vous pouviez donc agir à votre guise sur le paysage, de manière à ce que la population qui vénère votre culte puisse croître et prospérer. Le but ultime étant que votre civilisation s’impose face à la civilisation des divinités concurrentes. En somme un pur produit Bullfrog (Theme Park, Theme Hospital, Syndicate…), où la cervelle prenait le dessus sur le reste…

Le jeu était présenté en 3D-isométrique, certes aujourd’hui les images donnent un aspect un peu vieilli à l’ensemble, mais le plaisir de jeu reste intact!

Aussi, c’est donc avec une grande impatience que j’attends From Dust. D’abord, parce que c’est Eric Chahi qui s’en est occupé, hors le « papa » de Another World a prouvé qu’il savait concocté des jeux atypiques, mais ô combien efficace! Ensuite parce que les GodGames ont un peu disparu de l’univers vidéo ludique (le dernier en date étant Spore si ma mémoire est bonne). Mais plus que ça c’est l’atmosphère global qui se dégage du titre qui m’attire…

Modeler le paysage, jouer avec l’érosion, créer des ruisseaux, dévier des torrents de lave… Tant de possibilités offertes par le jeu qui le rendent attirant! J’ai vraiment hâte de découvrir cet univers, dans l’absolu, bien plus que de découvrir le futur Assassin’s Creed ou le prochain Modern Warfare!

From Dust devrait sortir sur le Playstation Store et le Xbox Live aux alentours du 20 juillet. Soyez prêt! En attendant je vous laisse en compagnie du trailer E3 de From Dust et d’une excellente interview vidéo réalisé par Gameblog (attention, cliquer vous donnera irrémédiablement envie de jouer…).

EDIT: Comme souligné par BatteMan, je vous recommande chaudement le podcast de Silence On Joue enregistré avec le sieur Eric Chahi. Ca vaut le coup!

 

 

[Ma Vie] ECN:La bonne blague…

Je me suis promis depuis mon dernier billet (Désactivé pour des raisons qui me sont propres…) de ne plus parler de sujet fâcheux, après tout, c’est un blog pour rigoler… Mais là c’est juste trop bon… Comme vous le savez, on doit repasser une épreuve le 14 juin… Je vous laisse admirer la convocation que certains ont reçu… L’erreur n’est pas très dure à trouver… Et c’est, je pense, une erreur pouvant facilement entraîner un recours chez une personne un peu procédurière…

Je m’abstiendrai de TOUT commentaire, sinon on me tombera dessus en disant que j’exagère… Mais je tiens à souligner que l’épreuve avait été annulée pour erreurs dans l’enoncé… Celle-ci sera peut-être annulé pour « faute dans la convocation »

[Arrivage et Présentation Vidéo] Akai Katana Shin – XBox360

Mesdames et messieurs, j’ai l’honneur de vous présenter Akai Katana, le nouveau shooter Cave dans sa plus belle robe de soirée (Edition Limitée Japonaise)! Arcade Shooter Horizontal typiquement japonais, Akai Katana n’est disponible qu’au Japon et est Zoné (il me semble), et ne fonctionne donc que sur une Xbox 360 Japonaise!

L’édition Limitée comprend:

-Le jeu avec jaquette inédite
-L’OST packaging différent et soundtrack différente de l’OST « classique », car OST « réarrangée »
-DLC Card

A noter, par ailleurs, que je me suis commandé, l’OST paru séparément (on est fan ou on l’est pas). Attention cependant, l’OST vendu séparément comprend plus de piste que l’OST venant avec l’édition limitée!

Pour situer rapidement Akai Katana, c’est un shooter se déroulant dans un univers remplis de méchas (style année 80). Bon allez, je vous laisse j’ai des paterns à choper…

Je vous laisse découvrir tout ça en image et en vidéo (je teste mon nouveau numérique)!

[Arrivage & Présentation vidéo] Clannad After Story BluRayBox Limited Edition

Un an après la sortie de la première saison, c’est la seconde et dernière saison de Clannad qui déboule en BluRay. Evidemment, je n’ai pas pu m’empêcher, il a fallu que je me la procure (même si, comme la première saison, elle coûte les yeux de la tête). Il faut reconnaître qu’une fois encore le coffret est étincelant de sobriété avec un Artwork inédit et un livret regroupant tous les crédits de chaque épisode.

Je reviendrai plus tard sur l’aspect technique des Blurays (je compte bien me refaire l’intégrale de la saison 2 en HD, je reviendrai donc à cette occasion sur les qualités et/ou défaut des BluRay. Ceci étant dit, j’ai testé quelques passages rapidement et je ne suis vraiment pas déçu (que ce soit pendant les passages dans « l’autre monde » [Avec SPOILER//// Sans SPOILER](où le DTS-HD prend toute sa valeur) ou les simples scènes dans les étendues gigantesques (le champ de l’épisode 18). Le résultat laisse pantois!

Je vous laisse donc en compagnie de cette vidéo et de ces quelques photos et vous dis à très vite!

PS:Vidéo tournée avec mon nouveau camescope numérique… Vive la HD!! Fini les vidéos avec l’APN SD 😀