Navigate / search

Quel est le point commun entre Desperate Housewives, Transformers et Gears Of War?

La réponse est Steve Jablonsky, petit compositeur né en 1970 ayant initialement été repéré par Harry Gregson Williams (cet extrait suffira) est à mes yeux un des plus grands compositeurs du cinéma et de jeux vidéo américain. Après avoir longtemps travaillé avec Gregson Williams sur des projets pharaoniques comme Armageddon ou Ennemi d’Etat mais aussi avec Hans Zimmer notamment sur Pearl Harbor et Pirates des Caraïbes, il va progressivement se faire un nom dans le milieu et pas des moindres…

Je m’arrête un instant sur son travail avec Williams sur Armageddon car il est indéniable qu’il a influencé son travail profondément en particulier sur Transformers (certes très probablement cela est-il due au fait que ces deux films soient réalisés par Michael Bay…). Quoiqu’il en soit, cette scène est la musique qui y est associé aura probablement refilé des frissons à toute une génération de gosses qui comme moi ont toujours été émerveillé par les étoiles. Une scène qui ne serait pas la même sans son orchestration magistrale de la bande sons, initialement presque intimiste et progressivement de plus en plus puissante pour atteindre un point d’orgue au lancement de la navette.

Le premier travail de Jablonsky en tant que responsable du score d’un film sera sur Massacre à La Tronçonneuse de Marcus Nispel. Probablement pas son score le plus représentatif de ce qu’il sait faire, il n’en demeure pas moins que le thème de Leatherface est d’une noirceur assez ténébreuse. A noter que par la suite, Jablonsky se chargera du score de la préquel: The Begining.

Jablonsky perçera d’abord dans le domaine du jeu vidéo où il signera notamment l’OST de Command And Conquer Tiberium Wars (le troisième opus de la saga Tiberium). Je me souviens être resté planté de longues minutes devant l’écran titre tellement j’étais envoûté par Black Dawn. Dans un autre registre il signera également l’OST de la désormais culte série d’Epic Game: Gears Of Wars. Enchaînant des titres tous plus héroïques les uns que les autres, j’ai sélectionné deux extraits particulièrement impressionants.

 

 

 

Revenons maintenant à l’univers du cinéma où Jablonsky réalisera la soundtrack de The Island, peut-être que de prime abord cela ne réveillera pas votre mémoire auditive, mais si vous regardez les premières minutes du trailer international d’Avatar cela réveillera vos sens… La musique utilisée est tirée de The Island: My Name Is Lincoln.

 

Terminons par le travail le plus titanesque de Steve Jablonsky; Transformers. Si la série de Michael Bay peut laisser de marbre certains, sa bande sonore est tout simplement phénoménale et ce tout particulièrement sur le troisième opus de la franchise allant jusqu’à sublimer certaines scènes. Si la scène où l’attaque de la navette d’évacuation des Autobots est une réussite c’est en grande partie grâce à l’OST, reprenant le Thème principal en l’atténuant et le mêlant d’échos pour rendre la détonation de la navette encore plus assourdissante.

 

Terminons sur la scène du retour triomphant d’Optimus Prime qui est probablement un modèle de fluidité et de violence (pour un film tout publique), une scène mêlant vengeance et tension épique sous tendu par un climax de fin du monde sublimée par les envolées des instruments à cordes… Un régal…

 

C’est ainsi que se termine ce petit tour d’horizon de la carrière De Jablonsky que l’on retrouvera bientôt dans…. Transformers 4….

Les Trois Frères 2, Les Visiteurs 3 entre espoir et consternation…

Les Inconnus qui se reforment pour donner naissance à Les Trois Frères 2, Jean Marie Poiré qui signe officiellement pour réaliser « Les Visiteurs 3 », faut-il y voir une tentative désespérée de faire renaître de ses cendres le genre de la comédie française qui, il y a encore une dizaine d’années arrivait à surprendre et faire rire (et non pas sourire (importante nuance)) ou un triste constat d’échec d’un genre incapable de se renouveler?

Les Trois Frères - 1995
Les Trois Frères – 1995

Hormis Bienvenue chez les Ch’tis, peu de comédies françaises peuvent se targuer d’avoir été des phénomènes sociétaux comme le furent à leurs époques respectives Les Visiteurs ou Les Trois Frères (pour ne citer qu’eux, puisque c’est de leurs suite que l’on parle, mais j’aurai pu en citer bien d’autres). Depuis cet âge d’or il y a eu du pire et… du pire, le cinéma comique français ayant perdu également au passage certains de ses acteurs les plus emblématiques aussi bien au sens propre (Jacques Villeret) qu’au figuré (La troupe du splendide; Les Bronzés 3… Peut être le constat de décès d’un genre, ou encore un appel au secours d’une « ancienne génération » de comédiens ne se retrouvant plus dans la comédie française actuelle). Si la majorité des comédies dites moderne pompent à demi mots leurs inspirations dans les vieux pots ( Case Départ [Indigeste transposition des Visiteurs]de Steketee, Eboué et N’Gijol étant l’exemple parfait et affligeant de la décrépitude du genre où le second degrés est totalement absent et servant plus de film moralisateur que de comédie, à croire que la bande annonce a été tourné avant de faire le film, juste histoire d’attirer des blaireaux dans la salle et les faire payer), elles oublient de « copier » la subtilité des grandes comédies d’antan; quiproquo, jeu d’acteur (Gad Elmaleh ne fera jamais rien d’autre que du Gad Elmaleh par exemple). Peut être aussi est-ce due au fait que la majorité des acteurs jouant dans des comédies française ne sont initialement pas des acteurs, mais des comédiens calibrés pour des one man show (Dubosc crédible en acteur?), ou encore des « produits » issus du Jamel Comedy Club (excellents humouristes, mais surement pas excellent acteur).

Scène emblématique du film de Jean Marie Poiré - 1993
Scène emblématique du film de Jean Marie Poiré – 1993

Je n’érige pas Les Visiteurs (pour ne citer que ce film) en chef d’oeuvre de la comédie française, ce dernier étant probablement l’exemple typique du film calibré pour passer sur TF1 le dimanche soir, mais il renfermait une certaine authenticité, identité que je ne retrouve plus dans les productions actuelles (je suis surement aigri).

Le Père Noel est une ordure - 1982
Le Père Noel est une ordure – 1982

Globalement, le cinéma (comique) français n’ambitionne pas autre chose que ce carcan dans lequel il s’est lui-même enfermé (remplir le cahier des charges; il faudra, un pauvre type provoquant l’empathie du spectateur, une bonasse, un hit de l’été et un brin de discours d’intégration sur les minorités), loin de moi l’idée de glorifier le cinéma anglais ou américain, mais force est de reconnaître qu’ils ont le mérite de proposer un renouvellement certain (la trilogie Blood And Ice Cream). Enfermé dans un carcan qu’elle s’est elle même construit, la comédie française ne se renouvelle plus. On pourrait discuter pendant des heures, le principe de découper un dépanneur d’ascenseur un soir de Noël pour le donner à manger au lion n’est plus quelque chose d’envisageable dans la comédie française d’aujourd’hui. Je ne généralise pas à toutes les comédies françaises, car les plus confidentielles sont bonnes voire très bonnes, mais je veux parler de ces grands films qui sont sensés fédérer les spectateurs, Le Père Noël est une ordure savait jouer de ces clichés, malgré son statut de « gros film ».

Hot Fuzz
Hot Fuzz – 2007

On pourrait extrapoler ce constat à bien des niches de la comédie dans l’audio visuel français; Le Petit Journal étant probablement l’exemple le plus frappant de comment faire rire en manipulant la vérité, tout en véhiculant un message moralisateur parfois nauséabond, alors que Canal+ elle même ne se gêne pas pour Twitter des propos plus que borderline (mais peu importe, l’important est de faire le buzz).

Tweet Canal+

Aux heures difficiles que l’on traverse actuellement, il y a peut être bien des sujets plus important que celui de l’avenir de la comédie française (qui n’a de comédie que le nom), mais il fallait bien que je dise ce que j’ai sur le coeur…

Angel Beats Limited Edition BluRay Full Set

En effet, c’est grâce à l’ami Bababaloo que j’ai pu obtenir ce full set à un prix plus que respectable, c’est donc l’occasion pour moi de le remercier grandement pour cette transaction! Juste au passage les BluRay étaient parfaitement emballés, protégés (tout ça tout ça…). Un véritable petit plaisir pour moi…

En effet je suis tombé sous le charme de cette série issue du cerveau de ce génie mental qu’est Jun Maeda. Autant la série peut paraître un peu loufoque au départ (On suit les aventures d’une bande de lycéen qui sont en fait morts mais qui, refusent d’aller au paradis et reste donc coincé dans une sorte de purgatoire qui n’est rien d’autre que leurs propres lycée!), autant elle se révèle être dramatiquement efficace en terme d’émotion sur ces derniers épisodes (l’intensité dramatique du dernier épisode vaut bien un épisode 16 de Clannad After Story).

En bref, un must have me concernant… Merci Baba

Resident Evil, une histoire de Beta…

Alors qu’une version revue et corrigée par des fans de Resident Evil 1.5 vient de fuiter sur le net, petit retour sur toutes les versions beta des épisodes canoniques de Resident Evil… Et vous allez voir, il y a beaucoup de choses très intéressantes!

Bio Hazard/Resident Evil: Beta 1 (1995)

La toute première version beta de Resident Evil, plus une démo technique qu’autre chose, on peut y voir Chris Redfield et Jill Valentine dans le manoir Spencer. Le manoir est sensiblement identique à celui que l’on connaît dans la version finale. Cependant il existe quelques plans de caméra différents (notamment dans la salle à manger), les monstres sont placés à différents endroits dans le manoir.

Cette vidéo est tirée de la démo technique de 1995 qu’un internaute de ResidentEvil.de a pu se procurer.

Il est intéressant de noter toutefois qu’il semblerait qu’il existe une version encore plus ancienne. Et tenez-vous bien, dans cette version, le jeu semblait jouable en coop! Et d’autres personnages existaient; ils ont ensuite été remplacé par Barry et Rebecca. A côté de cela, rajoutons qu’il était apparemment possible de changer d’arme sans passer par l’inventaire (un peu à la manière de RE5 et RE6!).

coopmenu
Chris&Jill2
Chris&Jill
ArtWorkPersos

Au final Resident Evil deviendra le survival horror que l’on connaît avec une aventure solo uniquement…

Resident Evil 1.5

Avant Resident Evil 2, il y avait Resident Evil 1.5, celui qui devait officiellement être Resident Evil 2 mais qui ne restera qu’un projet avorté. Le jeu se passait bien à Raccoon City, et c’était toujours Leon qui était de service mais il était accompagné de Elza Walker qu’on ne retrouvera d’ailleurs jamais ailleurs que dans cette beta!

L’ambiance semblait beaucoup plus froide que sur la version finale de Resident Evil 2, les personnages semblaient eux aussi bien plus détaillés. On ne sait à l’heure actuelle pas exactement ni officiellement pourquoi le jeu a été abandonné alors qu’il était quasiment terminé (changement d’équipe de développement, problème technique, jeu trop violent (?)) en tout les cas cet opus continue à faire couler beaucoup d’encre virtuel sur le net à l’heure d’aujourd’hui. Preuve en est cette fuite sur internet (qui reste un build plus ou moins bricolé par des fans), qui donne un aperçu du jeu mais encore bien loin des images que l’on pouvait voir à l’époque dans nos magazines préférés!

Resident Evil 1.5
Resident Evil 1.5
Resident Evil 1.5
Resident Evil 1.5
Resident Evil 1.5

Des vidéos de gameplay circulent sur le Net, celle-ci compile toutes les phases connues issues de la version originale.

>

 

Resident Evil 2

Resident Evil 2, le jeu tel qu’on le connaît a été présenté dans deux versions beta:

La première connue, montrait entre autre un personnage bien connu des fans de RE2; je veux naturellement parler de ce bon vieux Marvin!

Resident Evil 2
Resident Evil 2
Resident Evil 2
Resident Evil 2

 

 

 

La deuxième version est très proche de la version finale;

RE2Beta
RE2Beta

 

Resident Evil 3

C’est peut être le jeu dont on connaît le moins d’infos sur les versions beta, mais il existe quand même quelques petites choses intéressantes, notamment sur les scènes non jouable. Je vous laisse juger par vous même, on peut notamment remarquer un cliché où on assiste au retour des STARS après les évènements de Racoon City (NB:Barry est vivant).

Re3Beta
Re3Beta
Re3Beta
Re3Beta

Resident Evil 3.5

On entre dans le sujet plus qu’épineux de l’avant Resident Evil 4. Probablement le tournant de la saga… Clairement avant d’être le jeu d’action que l’on connait tous, Resident Evil 4 était juste terrifiant, plus proche d’un Silent Hill qu’autre chose… Il existe trois version principale, toute se passent dans une ambiance relativement glacial…

RE4Beta
RE4Beta
RE4Beta
RE4Beta
RE4Beta

Resident Evil 5

On sait qu’initialement Resident Evil 5 devait être différent en terme de gameplay; gestion de la déshydratation avec hallucinations, ambiance plus lourde… Finalement tout ce que l’on sait, on le tient d’artwork qui montrent que l’histoire initiale était un peu différente de l’histoire finale. Par ailleurs, certains décors font furieusement penser à Resident Evil 6.

RE5
RE5
RE5
RE5
RE5
RE5

Resident Evil Zero

J’ai gardé Resident Evil Zero pour la fin. Cet opus était initialement prévu sur Nintendo64, et c’est donc tout naturellement que des visuels de cette version sont trouvable sur la toile. On y voit Rebecca dans le train (similaire à la version GameCube, les pixels en plus…)

RE0
RE0
RE0

C’est ainsi que se termine ce tour d’horizon des betas de Resident Evil… Il en existe d’autres, je me suis arrêté à ces principaux opus… Quoiqu’il en soit ce petit billet est la preuve que la licence a été plus qu’utilisé (trop?) au fil du temps. Ceci étant on peut reprocher beaucoup de choses à Resident Evil (notamment aux derniers opus) mais aucun jeu n’a jamais été vraiment mauvais, c’est déjà un gage de qualité en soit. Ces nombreuses versions betas sont aussi la preuve que les différents réalisateurs ayant eu affaire à la série ont toujours fait de leur mieux pour obtenir le meilleur de ce qu’ils pouvaient faire… Décidément, une série pas comme les autres…

Source: http://www.biohaze.comhttp://www.resident-evil-beta.comhttp://www.resident-evil-beta.de/