Navigate / search

The Walking Dead, un jeu vidéo où vous écrivez vraiment l’histoire.

Retour sur un phénomène dans le microcosme du monde vidéoludique; The Walking Dead, inspiré de la bande dessinée du même nom. TWD est sorti en 2012 est a crée une mini révolution dans le monde très cloisonné et surtout très segmenté du jeu vidéo. Mon but n’est pas de vous faire dire que « TWD c’est le bien » (même si c’est un peu vrai), mais surtout de vous montrer à quel point ce jeu a su imposé un bon nombre de changement au milieu en lui même.

Note: J’utiliserai de manière répétée l’abréviation TWD pour The Walking Dead

maxresdefault

Une base solide

Le jeu vidéo s’intègre donc parfaitement dans l’univers de la bande dessinée…tout en la respectant. Ce dernier point est d’ailleurs primordial; en opposition avec la série télé qui a fait le paris de reprendre la trame du comics tout en se permettant de nombreuses disgressions (pour le meilleur, mais aussi pour le pire). Délivré de cette filiation trop directe, le jeu vidéo peut donc se permettre une certaine liberté, tout en utilisant un background déjà fort solide,et surtout en ne froisssant personne (les lecteurs de la première heure de la BD). A noter qu’il existe de nombreux clins d’oeil à la bande dessinée (vous croiserez quelques têtes connues (Glen pour ne citer que lui)). D’une certaine façon on peut dire que le jeu est bien plus fidèle à l’ambiance de la BD que ne l’est la série TV.

Evidemment ce qui fait la force de The Walking Dead (l’oeuvre dans sa globalité) est, certes son univers très mature et ultra violent (tant sur le plan physique que psychologique) mais surtout son universalité. The Walking Dead n’est pas une oeuvre sur les morts vivants…. Mais bien une oeuvre sur les vivants, des vivants confrontés à la mort (les zombies, la maladie, les meurtres…).  Tout l’intérêt de la série s’articule autour de la réaction des humains face à la mort et à la destruction de leur modèle sociale (les zombies ne sont qu’une image de la décomposition avancée d’une société; la thématique n’est pas nouvelle; cf l’Aube Des Morts Vivants -1978 de George A Romero). Les zombies ne sont qu’un danger comme un autre, par contre les humains représentent une menace bien plus grande pour eux mêmes.

dawn-of-the-dead-1978

Dawn Of The Dead ou L’Aube de Morts Vivants est un film de George A. Romero. Paru en 1978, il n’est pas à proprement parler une suite de La Nuit Des Morts Vivants, mais prend place dans le même univers. Si les plus « caricaturistes » vous parleront de La Nuit Des Morts Vivants comme un simple film de zombies, ils oublient bien vite que le film avait une portée politique étonnante pour l’époque; c’est un des premiers films américain a mettre un personnage de couleur noire pour le rôle titre. Dawn Of The Dead est une satyre sociale virulente contre la société de consommation, que l’on adhère ou pas à la thèse de l’auteur elle n’en dénote pas moins d’une mise en abyme particulièrement intéressante. Parmis les images les plus choquantes on retiendra l’image des zombies continuant à faire machinalement leurs courses dans les rayons d’un supermarché (qu’est-ce qui les différencie vraiment des humains?) ou encore celle d’un groupe d’humain trouvant refuge dans un centre commercial flambant neuf qui sonne comme un refuge dans un monde infesté de zombies. La saga des Morts Vivants de George A. Romero a toujours été plus qu’une simple série horrifique sans cervelle, mais il faudrait plusieurs articles pour en parler comme il faut.

C’est en substance tout le sel de TWD; l’homme est un loup pour l’homme. Alors certes TWD utilise de nombreux code du film d’horreur actuel, mais ne s’en sert pas à outrance et sait garder sa patte artistique personelle. Pour parler plus spécifiquement du jeu vidéo, soulignons que c’est une des premières fois dans l’histoire des « jeux vidéos avec des zombies » que le but n’est pas de terrasser des morts vivants à coup de belles ou avec une sulfateuse. Sans entrer dans les détails de l’histoire, vous incarnez Lee Everett, un trentenaire au passé obscur (qu’il ne tiendra qu’à vous de découvrir) qui va se retrouver malgré lui responsable d’une fillette de 8 ans dans un monde infesté de zombies.

L'univers graphique, en adoptant le cel shading est ultra fidèle au Comics
L’univers graphique, en adoptant le cel shading est ultra fidèle au Comics

Ce principe, même s’il a déjà été exploité au cinéma (La Route pour ne citer que le plus récent), est assez récent dans le jeu vidéo (The Last Of Us a brillamment exploité cette idée également, mais d’une manière très différente; aucun choix n’est laissé au joueur)). Et de part la façon dont est pensé le jeu, ce point de départ ne pouvait que mener à des étincelles.

Le sens des responsabilités

Chaque choix que vous ferez dans TWD aura des conséquences, le jeu vous prévient dès l’écran titre. Si cette phrase n’est pas complètement vrai (certains choix n’ont qu’un impact très limité, voire inexistant sur l’histoire), elle a le mérite de cacher une autre vérité; « chaque choix que vous ferez vous renverra une image de vous-même ». Et c’est précisément sur ce point que TWD fait très fort, en brisant perpétuellement le quatrième mur.

Le quatrième mur est un concept initialement emprunté au théâtre. L’idée est que les personnages d’une scène de théâtre évoluent sur une scène fermée, la scène donne certes sur le public, mais il existe de base un mur de verre invisible entre les personnages et les spectateurs. Les personnages évoluent dans la pièce comme si les spectateurs n’étaient pas là. L’expression « briser le quatrième mur » s’applique lorsqu’un personnage s’adresse directement voire nominativement au spectateur, comme si le personnage de la pièce avait conscience de l’existence du public. Cela a normalement pour effet de favoriser l’immersion.

Le jeu vidéo, par le fait de sa nature propre implique forcément un contrôle du spectateur (en l’occurence le joueur) de l’histoire qui se déroule devant ses yeux. Forcément le joueur interagit sur une histoire et est le déclencheur d’un tas d’évènement. Cependant de nombreux jeux ne proposaient qu’un faux sentiment de liberté.

Donnerez vous de l'eau à un être humain à l'agonie qui deviendra de toute façon un zombie dans les heures à venir? Ou allez vous garder pour vous et vos amis malades le peu d'eau qu'il vous reste?
Donnerez vous de l’eau à un être humain à l’agonie qui deviendra de toute façon un zombie dans les heures à venir?
Ou allez vous garder pour vous et vos amis malades le peu d’eau qu’il vous reste?

Prenons l’exemple caricatural -certes- mais très simple d’un Call Of Duty (série qui a un peu près autant apporter au jeu vidéo en terme de mise en scène Hollywoodienne qu’elle lui a fait du mal en l’enfermant dans un carcan de « les joueurs de jeux vidéos sont tous des criminels machos analphabètes ». Dans le mode solo, il arrivera parfois que vous ayez une cible humaine à abattre dans vos objectifs de mission, le jeu vous donne le faux sentiment d’avoir une liberté de choix, celle d’abattre ou non la cible (après tout, c’est le joueur qui déclenche le tir avec sa manette), seulement en fait le joueur n’a aucun choix, car s’il ne tue pas sa cible, c’est game over. Le joueur n’a donc d’autre choix que de faire ce que le jeu veut bien lui faire faire. TWD innove en proposant au joueur des choix, ainsi il vous sera demandé de choisir entre abandonner ou pas un personnage à son propre sort, aider ou pas un personnage dans le besoin, vous mettre à voler ou pas pour aider vos proches, à tuer… ou pas… Le jeu continuera quoiqu’il arrive, et si un de vos acolytes meurt par votre faute, et bien tant pis pour vous, il vous faudra vivre avec ce choix sur la conscience.

TWD place donc en permanence le joueur face à la perception morale de ses propres actes, car la réaction des autres protagonistes vous renvoit une image de vous même (à condition de jouer le jeu, et de choisir ce que vous auriez choisi en condition réelle). L’autre force de TWD est qu’il n’y a pas de bons ou mauvais choix, il n’y a que des choix difficiles à faire, vous ne serez jamais un héro dans TWD, tout au plus un être humain responsable (et vous verrez que c’est déjà beaucoup).

Dans les épisodes précédents…

TWD a su populariser le marché du jeu vidéo dit « épisodique ». Mais qu’est-ce dont cela? C’est un concept relativement simple. Les jeux vidéo ont toujours été distribué via un mode de commercialisation très « unitaires », c’est à dire qu’un jeu est vendu dans son ensemble à un prix unitaire. TWD a su populariser un mode de commercialisation déjà existant mais peu usité; le format épisodique.

Walking_Dead_Game_Gang

Fatalement la construction du jeu en lui même pousse vers ce mode de commercialisation. Le jeu étant réparti sur cinq épisodes (en ce qui concerne la première saison), qui sont sortis à deux mois d’intervalle. Le joueur pouvait alors acheter un épisode à l’unité lors de sa sortie, ou « prépayer » l’ensemble lors de la sortie du premier épisode (en bénéficiant donc d’un rabais par rapport à ceux achetant l’épisode à l’unité). Le principe est exactement le même que si vous achetiez un épisode de votre série TV préféré sur un système de VOD. Cela peut paraître anodin mais dans le jeu vidéo c’était une pratique peu répandue avant TWD et qui est devenu courante aujourd’hui.

Tout le monde ne peut pas être d’accord

Alors TWD, n’a certes pas fait l’unanimité, certains intégristes du jeu vidéo lui ont reprochés d’être plus un film interactif qu’un jeu vidéo (rapellons que le concept est vieux comme le monde; Dragon’s Lair à l’époque était déjà un dessin animé interactif). Certains crieront même à l’escroquerie, mais c’est même personne ne sont pas choquées par la sortie annuelle de jeux comme FIFA qui à chaque années sontr proposés au prix fort. L’argument de « ce n’est pas un jeu vidéo donc c’est de la merde » est assez pathétique et non recevable. Admettons, TWD n’est PAS un jeu vidéo, mais un film interactf, quel est le problème? Bref, critique nulle et non pertinente.

On peut par contre reprocher au titre le fait que les choix du joueurs n’est pas autant d’impact que ça sur l’histoire principal, et encore ça serait pinailler, en particulier sur la saison 2 où vos choix vont être capital.

Je ne suis peut-être pas objectif sur TWD, tant j’ai adoré jouer à ce jeu et tant il m’a pris aux tripes, mais il convient de lui reconnaître des points forts incontournable; le sens de la mise en scène, les cliffhangers de malade et surtout l’émotion qu’il véhicule. Ne vous retenez pas et tentez l’expérience. Le jeu est disponible sur PC et toutes les consoles (PS3/4, Xbox360/One) en VOSTFR.

Un mois de juillet bien rempli

Je sais que vous scrutez ce blog tous les jours fébrilement (en tout cas, j’aime le croire) en attendant une mise à jour. Mes chères lectrices et lecteurs, soyez prêt car le jour tant attendu est arrivé! Autant vous prévenir tout de suite ce billet risque d’être long et ce sera un fourre tout. Car oui, comme le souligne le titre, ce mois de juillet fut bien rempli.

Commençons par le rayon animation qui comme le veut la coutume a vu l’arrivée des séries d’été au Japon. Evidemment il est encore trop tôt pour se prononcer sur la qualité des séries, mais déjà quelques grandes tendances émanent des premiers épisodes.

Glasslip - 03 - Large 03

Dans le registre « la série que j’attendais »: Glasslip, la nouvelle série de P.A. Works (Nagi No Asukara). Pour l’instant je dois dire que je suis un poil (mais vraiment un poil) déçu. Alors certes graphiquement la série est réussie, l’ambiance est indéniablement là, mais pourtant le tout me semble un peu trop faible en contenu (la série est prévue pour 13 épisodes et c’est tant mieux, car 24 épisodes auraient été un calvaire). Certes il y a un côté surnaturel qui, pour l’instant, n’est pas mis suffisament en avant. Alors attention, j’attends toujours avec impatience l’épisode suivant, mais la magie n’opère pas comme sur Nagi No Asukara.

Sailor Moon Crystal - OP - Large 01

Dans le registre « la grosse déception », comment ne pas parler de Sailor Moon Crystal. Ce reboot était attendu comme le messie est le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il m’a déçu, visuellement hideux, l’animation est horrible, le chara design est moche et globalement on se fait chier. Rien à dire de plus. Passez votre chemin.

Hanayamata - 01 - Large 14
Toi aussi, viens faire la fofolle avec Hana

Dans le registre « Voir des personnages mignons en train de faire des trucs mignons », je vous présente Hanayamata. Forcément je pense à K-On en regardant cette série (toute proportion gardée, on en est encore loin évidemment). Mais bon, c’est agréable à regarder et visuellement c’est vraiment propre. Mention spéciale au générique d’ouverture.

ALDNOAH ZERO - 03 - Large 30

Dans le registre « Mais What THE FUCK, je l’avais pas vu venir celle là »; Aldnoah Zero, développée par Ei AOKI qui a notamment bossé sur FATE, s’annonce déjà comme un chef d’oeuvre, l’animation tient la route, les musiques sont splendides et on sent un background ENORME. LA série de cette été, a voir de toute urgence.

 

Et tant qu’à rester dans le monde de la japanimation quelques photos d’arrivage récent, avec enfin le Full Set Little Busters! Refrain contenant donc l’intégrale de Little Busters!Ex (et la fin magistrale de l’arc Saya), et le presque Full Set Nagi No Asukara (plus qu’un volume).

Par ailleurs, je pense mon temps libre sur Starcraft II, oui, je suis passé Or en 1c1, ça ne veut peut être pas dire grand chose pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup! Un jour je serai Grand Maître (mais oui, mais oui, on y croît… haha).

transformers_age_of_extinction_optimus-prime

Un petit détour par les salles obscurs pour aller voir Transformers l’âge de l’extinction, et voilà que mon coeur palpite comme lorsque j’avais 10ans. Le dernier opus de Michael Bay est dans la droite lignée des précédents mais en puissance 10. Mention spéciale à la bande originale qui défonce encore bien comme il faut! On pourra critiquer sans cesse Michael Bay sur la qualité ou nullité de ses derniers films, je les trouve de mieux en mieux filmés. Le sens de la mise en scène pour les scènes de destruction est parfait. Je ne saurai que vous recommander de voir ce film, non pas pour son scénario, mais pour la baffe technique qu’il envoit.

Ce sera tout pour cette fois, je vous souhaite un bon été et un bon mois d’août les amis. Que la force soit avec vous.

Resident Evil 7, le point sur les rumeurs…

Resident Evil a toujours été une licence que j’ai tenu haut dans mon cœur de joueur, c’est pourquoi l’approche de l’E3 2014 me met en ébullition, car la probabilité de l’annonce d’un nouveau Resident Evil canonique (comprenez Resident Evil 7) est du domaine du possible. Petit point rapide sur ce qui se dit sur la toile.

  • Le développement de ce nouveau Resident Evil aurait commencé alors que Resident Evil 6 était à peine sorti soit en novembre 2012. Cette info est née de la fiche Linkedin de Karen Brakenridge qui aurait travaillé comme costume designer sur « Resident Evil 7 » de novembre 2012 à Janvier 2013. House Of Moves est une boîte ayant déjà travaillé sur Dead Space 2 ou Gears Of War 3. La rumeur est donc potentiellement valable, d’autant qu’après la fuite, le profil en question aurait mystérieusement disparu.
resident-evil-7
  • La série est en pleine crise identitaire, tiraillée entre deux orientations. La première trilogie; résolument survival horror, et la seconde trilogie; résolument action. Les communiqués presse de Capcom sur le sujet sont restés assez clairs: Capcom a entendu les critiques des joueurs quant à l’orientation trop action de la franchise et un retour aux sources est clairement à l’ordre du jour (des références à The Last Of Us et la dernière itération Tomb Raider ont été cité pour exemple). Rappelons tout de même, que Capcom avait déjà sorti ce leitmotiv pour Resident Evil 6 avec le résultat que l’on sait. Ceci étant, comme en atteste ce document, Capcom semble avoir vraiment étudié la question.
resident evil jill valentine chris redfield 2192x3000 wallpaper_www.wallpaperhi.com_52
  • Aux yeux des fans, c’est l’opus Resident Evil Revelations qui aurait convaincu le plus de monde, une ambiance survival horror claire avec un peu d’action. Il n’est pas exclu que Capcom n’annonce pas Resident Evil 7, mais une sorte de « suite » à Resident Evil Revelations.
  • Le casting du jeu semblerait lui aussi se dessiner; ainsi Hunningan serait de retour. On le sait via le twitter de l’actrice; elle aurait participé à des séances de doublage pour une série qu’elle aurait déjà doublé. Hors vu son CV, la seule série où elle puisse encore doubler un personnage est… Resident Evil. Rajoutez à cela qu’elle aurait participé aux séances de doublages avec Matthew Mercer, qui n’est d’autre que le doubleur de….. Leon S. Kennedy (et qui dit Leon dit Ada).
PvbPLNj

4jhqN5t
vLEAQK7
  •  Dans le même ordre d’idée, Ken Laly le cascadeur jouant habituellement Wesker a tweeté une photo de lui avec Reuben Langdon (le cascadeur de Chris Redfield) habillé en costume pour une séance de motion capture. Ceci impliquerait donc aussi la présence de Chris Redfield et Albert Wesker. Etant donné la fin de Resident Evil 5, on peut donc imaginer qu’il y ait des scènes flashback?
    twitter-pic-408x600
  • D’autres nom de personnage ont été cité, mais sans réel preuve à l’appui; Barry Burton et Jill Valentine notamment. Disons que cela peut être crédible si on suppose que Chris et Wesker soient présent dans l’opus, il devient tout a fait envisageable que Jill le soit aussi. Quant à Barry, si ce personnage est particulièrement aimé des fans de la série il n’a jamais été vu ailleurs que dans Resident Evil premier du nom (et son remake, pour ne parler que des épisodes canoniques).
  • Il a été question fut un temps d’une exclusivité XBox One puis d’une exclusivité PS4, le plus probable étant une sortie sur les supports New Gen (PS4,XBoxOne et PC).

Voilà pour les rumeurs, plus ou moins fondées. En ce qui me concerne, je pense que l’E3 apportera quelque chose de nouveau pour Resident Evil, mais quoi? Je pense à un jeu centré sur Tricell, Jill et Chris, une suite à Revelation donc. Mais il va falloir encore un peu patienter pour en savoir plus. Je rappelle simplement que toutes les informations que vous pouvez lire ci dessus ne sont que des rumeurs. Capcom n’a JAMAIS officialisé ou parlé d’un nouveau jeu Resident Evil, même si il est fort probable que le jeu soit en développement; Resident Evil est la série la plus lucrative de Capcom (loin devant Street Fighter).

[Présentation Vidéo] Outlast, à hurler de peur…

Présentation vidéo aujourd’hui avec Outlast, ce petit jeu disponible sur Steam… Comme vous allez le constater c’est un survival horror particulièrement terrifiant, pas d’armes pour se défendre etc etc… Enfin bref, je vous laisse savourer… Attention à vous, j’ai hurlé à plusieurs reprises… Ce jeu est disponible uniquement sur Steam et vous propose d’enquêter dans un asile psychiatrique où il se passe des choses…. Plus ou moins bizarre…

[Jeux Vidéo] Castle Of Illusion Staring Mickey Mouse – Remake HD

Castle Of Illusion est une institution pour tout joueur de Megadrive qui se respecte (oui c’était l’époque où les jeux à licence Disney étaient un gage de qualité). Alors évidemment quand Sega a annoncé s’atteler à la réalisation d’un remake, on était en droit de rêver ou de cauchemarder. Le jour tant attendu est arrivé, Castle Of Illusion est de retour sur PS3/XBox360/PC et croyez-moi ça vaut le coup d’oeil…

Pour situer les choses, comprenez bien que je considère Castle Of Illusion (l’original) comme un des meilleurs jeux de la Megadrive. Evidemment j’attendais fébrilement ce remake, et en même temps, je n’ai pas voulu regarder trop de vidéo de gameplay pour ne pas me spoiler la tronche… Et grand bien m’en a fait.

Castle Of Illusion HD

Mickey & Minnie passent des jours heureux dans le meilleur des mondes quand soudain, Minnie est enlevée par la sorcière Mizrabel, celle-ci veut lui dérober sa jeunesse. Mickey en valeureux guerrier souris qu’il est s’en va rechercher sa promise. Pour cela il devra récolter les joyaux des illusions pour affronter la reine Mizrabel elle-même.

Vous l’aurez compris, l’histoire sert surtout de prétexte à nous faire voyager au pays des illusions… Et quel voyage! La forêt enchantée, le monde des jouets, la bibliothèque hantée, les donjons d’un château bref vous en verrez de toutes les couleurs. Les couleurs parlons en, le jeu est un régal visuel, les décors sont profonds et travaillés, la forêt enchantée en est un parfait exemple! On a l’impression d’avoir un monde vivant sous ses yeux et on a presque envie, nous aussi de passer au travers de l’écran pour en voir encore plus.

Castle Of Illusion HD

Le gameplay est simplissime, un bouton pour sauter, un autre pour lancer des objets (usez de ce dernier avec parcimonie, vos munitions ne sont pas illimitées). Vous trouverez ci et là des personnes pour vous dire que les sauts sont bizarres, ils ne le sont pas plus que les sauts du Castle Of Illusion originel, comprenez par là qu’ils sont très long et flottant et qu’il est possible d’ajuster votre trajectoire au cours du saut. Tout cela vous permet d’avoir une précision relativement importante dans les phases 2D. Oui, Castle Of Illusion reste principalement un jeu de plate forme 2D à scrolling horizontal, mais il y a quelques passages en 3D (et c’est dans ses rares instants où la maniabilité peut vous poser problème…).Sinon Castle Of Illusion « emprunte » à Mario64, avec un chateau en guise de hub.

Castle Of Illusion HD

Concernant les musiques, vous aurez le choix; soit vous conservez les musiques du jeu Megadrive, soit vous pouvez bénéficier des musiques réorchestrées! Les deux vous procureront d’excellentes sensations, même si la BO du jeu 16bits a forcément un charme inédit. Les voix sont doublées en anglais et sous titrées en français. A ce sujet, le jeu est bien moins verbeux que Duck Tales (oui dans Duck Tales la progression est constamment hachée par des dialogues).

Le jeu se termine en deux, trois heures, du moins sans forcément pousser le jeu à 100%, récolter tous les diamants etc. Vous pourrez le cas échéant acheter des nouveaux vêtements, des récompenses etc… Bref toute la ribambelle d’objets bonus habituels…

En résumé, Castle Of Illusion est un excellent remake qui fait honneur à l’original, meilleur ou moins bon, peu importe, c’est un véritable plaisir à jouer et à regarder! Si tous les remakes pouvaient être à ce niveau là… 

 

 

[Cinéma]Alice: Otherlands by American McGee

Le dernier projet d’American McGee, Alice: Otherlands vient de terminer sa campagne KickStarter avec succès! Pas moins de 220.000$ récoltés. Cela fait un joli pactole! Alice:Otherlands sera non pas un jeu vidéo cette fois-ci mais un court métrage. Au vu de la réussite des Artworks et la direction artistique purement et simplement fabuleuse des deux précédents jeux, on est en droit d’attendre quelquechose d’intéressant concernant ce nouveau projet.

Je vous laisse en compagnie de quelques artworks. Vous pouvez toujours consulter la page KickStarter du film.

Hideo Kojima tease le trailer de Metal Gear V pour l’E3

A moins de vivre dans une grotte, vous n’êtes pas sans savoir que cet E3 devrait être riche en annonce vidéoludique, et dans ce domaine s’il y en a un qui excelle c’est bien Hideo Kojima qui tease allègrement sur son Twitter le trailer de Metal Gear V…

 

 

— HIDEO_KOJIMA (@HIDEO_KOJIMA_EN) 30 mai 2013
 

 

— HIDEO_KOJIMA (@HIDEO_KOJIMA_EN) 30 mai 2013
Rendez vous dans une semaine….

Resident Evil, une histoire de Beta…

Alors qu’une version revue et corrigée par des fans de Resident Evil 1.5 vient de fuiter sur le net, petit retour sur toutes les versions beta des épisodes canoniques de Resident Evil… Et vous allez voir, il y a beaucoup de choses très intéressantes!

Bio Hazard/Resident Evil: Beta 1 (1995)

La toute première version beta de Resident Evil, plus une démo technique qu’autre chose, on peut y voir Chris Redfield et Jill Valentine dans le manoir Spencer. Le manoir est sensiblement identique à celui que l’on connaît dans la version finale. Cependant il existe quelques plans de caméra différents (notamment dans la salle à manger), les monstres sont placés à différents endroits dans le manoir.

Cette vidéo est tirée de la démo technique de 1995 qu’un internaute de ResidentEvil.de a pu se procurer.

Il est intéressant de noter toutefois qu’il semblerait qu’il existe une version encore plus ancienne. Et tenez-vous bien, dans cette version, le jeu semblait jouable en coop! Et d’autres personnages existaient; ils ont ensuite été remplacé par Barry et Rebecca. A côté de cela, rajoutons qu’il était apparemment possible de changer d’arme sans passer par l’inventaire (un peu à la manière de RE5 et RE6!).

coopmenu
Chris&Jill2
Chris&Jill
ArtWorkPersos

Au final Resident Evil deviendra le survival horror que l’on connaît avec une aventure solo uniquement…

Resident Evil 1.5

Avant Resident Evil 2, il y avait Resident Evil 1.5, celui qui devait officiellement être Resident Evil 2 mais qui ne restera qu’un projet avorté. Le jeu se passait bien à Raccoon City, et c’était toujours Leon qui était de service mais il était accompagné de Elza Walker qu’on ne retrouvera d’ailleurs jamais ailleurs que dans cette beta!

L’ambiance semblait beaucoup plus froide que sur la version finale de Resident Evil 2, les personnages semblaient eux aussi bien plus détaillés. On ne sait à l’heure actuelle pas exactement ni officiellement pourquoi le jeu a été abandonné alors qu’il était quasiment terminé (changement d’équipe de développement, problème technique, jeu trop violent (?)) en tout les cas cet opus continue à faire couler beaucoup d’encre virtuel sur le net à l’heure d’aujourd’hui. Preuve en est cette fuite sur internet (qui reste un build plus ou moins bricolé par des fans), qui donne un aperçu du jeu mais encore bien loin des images que l’on pouvait voir à l’époque dans nos magazines préférés!

Resident Evil 1.5
Resident Evil 1.5
Resident Evil 1.5
Resident Evil 1.5
Resident Evil 1.5

Des vidéos de gameplay circulent sur le Net, celle-ci compile toutes les phases connues issues de la version originale.

>

 

Resident Evil 2

Resident Evil 2, le jeu tel qu’on le connaît a été présenté dans deux versions beta:

La première connue, montrait entre autre un personnage bien connu des fans de RE2; je veux naturellement parler de ce bon vieux Marvin!

Resident Evil 2
Resident Evil 2
Resident Evil 2
Resident Evil 2

 

 

 

La deuxième version est très proche de la version finale;

RE2Beta
RE2Beta

 

Resident Evil 3

C’est peut être le jeu dont on connaît le moins d’infos sur les versions beta, mais il existe quand même quelques petites choses intéressantes, notamment sur les scènes non jouable. Je vous laisse juger par vous même, on peut notamment remarquer un cliché où on assiste au retour des STARS après les évènements de Racoon City (NB:Barry est vivant).

Re3Beta
Re3Beta
Re3Beta
Re3Beta

Resident Evil 3.5

On entre dans le sujet plus qu’épineux de l’avant Resident Evil 4. Probablement le tournant de la saga… Clairement avant d’être le jeu d’action que l’on connait tous, Resident Evil 4 était juste terrifiant, plus proche d’un Silent Hill qu’autre chose… Il existe trois version principale, toute se passent dans une ambiance relativement glacial…

RE4Beta
RE4Beta
RE4Beta
RE4Beta
RE4Beta

Resident Evil 5

On sait qu’initialement Resident Evil 5 devait être différent en terme de gameplay; gestion de la déshydratation avec hallucinations, ambiance plus lourde… Finalement tout ce que l’on sait, on le tient d’artwork qui montrent que l’histoire initiale était un peu différente de l’histoire finale. Par ailleurs, certains décors font furieusement penser à Resident Evil 6.

RE5
RE5
RE5
RE5
RE5
RE5

Resident Evil Zero

J’ai gardé Resident Evil Zero pour la fin. Cet opus était initialement prévu sur Nintendo64, et c’est donc tout naturellement que des visuels de cette version sont trouvable sur la toile. On y voit Rebecca dans le train (similaire à la version GameCube, les pixels en plus…)

RE0
RE0
RE0

C’est ainsi que se termine ce tour d’horizon des betas de Resident Evil… Il en existe d’autres, je me suis arrêté à ces principaux opus… Quoiqu’il en soit ce petit billet est la preuve que la licence a été plus qu’utilisé (trop?) au fil du temps. Ceci étant on peut reprocher beaucoup de choses à Resident Evil (notamment aux derniers opus) mais aucun jeu n’a jamais été vraiment mauvais, c’est déjà un gage de qualité en soit. Ces nombreuses versions betas sont aussi la preuve que les différents réalisateurs ayant eu affaire à la série ont toujours fait de leur mieux pour obtenir le meilleur de ce qu’ils pouvaient faire… Décidément, une série pas comme les autres…

Source: http://www.biohaze.comhttp://www.resident-evil-beta.comhttp://www.resident-evil-beta.de/