Navigate / search

Clannad – Présentation vidéo de la série…

Allez hop, une petite présentation vidéo de plus avec Clannad! Si vous ne connaissez pas cette anime, c’est le moment où jamais de vous rattraper en compagnie de votre dévoué serviteur. Au programme, présentation de la série et des packagings collectors et 3 petits extraits tout Kawai :D…

Avec ça vous n’aurez plus aucune excuse!

D’un point de vue technique, j’ai conscience de plusieurs choses;
-Eclairage à chier..
-Vidéo trop longue, je vais la couper en deux bientôt… J’ai bien conscience que presque 30 minutes (même avec extraits c’est long!)…
-Montage tout foireux vers la fin, mais faute à la batterie qui m’a lâché brutalement!
-Trop de « Euhhh….voila… » 😀

Mais bon, c’est en forgeant que l’on devient forgeron n’est-ce pas?!

Sinon, j’ai un message personnel à passer; Fuko…. Je t’aime!!! 😀

[ La Saga Resident Evil] Resident Evil 2, le cauchemard continue…

Tout le monde s’intéressant de près ou de loin au monde du jeux vidéo à au moins entendu parler une fois de Resident Evil. Souvent considéré (à tord) comme le pionner du survival horror, la série de chez Capcom a connu un véritable succès critique et commercial dans le monde du jeux vidéo. Je vous propose, à l’occasion de la sortie futur de Resident Evil 5 sur Playstation 3 et XBox 360, de faire un petit retour en arrière et de revisiter l’histoire de cette série (Jeux, produits dérivés, Films et autres anecdotes croustillantes…). Alors préparez vos herbes vertes et vos rubans encreur, car c’est parti!

Resident Evil 2 – Le cauchemard continue

Après Resident Evil et Resident Evil Director’s cut, Capcom s’apprête à sortir Resident Evil 2 et par là même la première suite d’une série qui va vite devenir une poule aux oeufs d’or pour Capcom. Mais Resident Evil a beau être une série dont l’impact et la puissance commerciale n’est plus à faire, il n’en reste pas moins qu’on peut difficilement l’attaquer d’un point de vue qualitatif, preuve en est l’histoire même du développement de ce Resident Evil 2.

En effet beaucoup de fans savent que le Resident Evil 2 tel que nous le connaissons aurait pu très bien ne jamais voir le jour. En effet Resident Evil 1.5 (c’est son nom de code) aurait dû être initialement la véritable suite de Resident Evil. En fait cet opus fut mis en chantier dès 1996 et aurait dû sortir en mars 1997! L’histoire, tout le monde la connaît, du moins partiellement! Capcom a, dès fin 1996 balancé des screens de son nouvel opus à n’en plus finir dans les magazines! Ce Resident Evil 1.5 fut même présenté au TGS dans une version non jouable! Tout était quasiment prêt pour la sortie du soft; les sites web promo, les vidéos de démonstration, le jeux était officiellement fini à 80% sur PSOne et puis patatra… Capcom annonce brutalement que, non, Resident Evil 2 ne sortira pas à la date prévu, pire encore, le projet tel qu’il est, est complètement annulé! Bref, on efface tout et on recommence! Je me rappelle encore lorsque je lisais mon Joypad de l’époque: « Resident Evil 2 est purement et simplement annulé! »… Noooonnn ce n’est pas possible! Alors que j’ai tant bavé, mois après mois devant tous ces screenshots! Que cette ambiance glaciale me donnait sacrément envie!! Et bien non il va falloir attendre encore un an avant de pouvoir avoir le droit de jouer à Resident Evil 2 « nouvelle génération« .

Alors finalement que sait-on réellement de ce Resident Evil 1.5? Un certain nombre de chose tout de même! Au niveau de scénario, Leon S. Kennedy est toujours de la partie, mais l’autre héroïne du jeu est Elsa Walker, une motarde de 19ans. L’aventure devait toujours se dérouler dans le commissariat essentiellement; en tous les cas, tous les screenshots disponibles de l’époque vont dans ce sens! Il est à noter que le commissariat version Resident Evil 1.5 n’a quasiment rien à voir avec le commissariat de Resident Evil 2. Bien au contraire, il a l’air bien plus dévasté et glauque! De même il semblerait qu’il n’y ait pas ou peu d’éléctricité, à la différence du commissariat que tout le monde connaît et qui, est pour le coup, illuminé de partout!!!

Capcom annonçait également que au cours de notre aventure on allait être amené à rencontrer les membres du STARS de Resident Evil 1 (Jill et Chris notament) dans un hôpital. On n’a jamais vu un seul screen dans ce sens!

Au niveau du Gameplay, Capcom avait fait beaucoup de bruit sur le fait que l’on puisse changer de vêtement et que cela influrait sur les capacités de notre personnage (une touche de RPG en somme), de même les vêtements que vous portez se salieront du sang de vos victimes. Ces idées n’ont qu’étaient que partiellement reprise dans Resident Evil 2; on pensera à la saccoche que l’on peut trouver pour augmenter la taille de son inventaire ou au bandage sur le torse de Léon (qui tient plus de l’anecdote qu’autre chose!)

A côté de ça, les zombis devaient être plus nombreux que ce qu’ils sont dans Resident Evil 2. Capcom avait fait le choix initialement de diminuer le nombre de polygones composant les zombis pour pouvoir en afficher plus à l’écran (en gros faire des zombis plus moches mais permettre à la console d’en afficher plus)! Finalement Capcom a préféré soigner l’aspect graphique du jeu, plutôt que d’afficher des « hordes » de zombis!

En clair, ce Resident Evil 1.5 fait figure d’arlésienne du jeux vidéo, vous ne pourrez jamais y jouer (probablement), quand bien même il se murmure que le site playstation Museum possède une copie officielle de la version quasiment terminé, Capcom ne semble vraiment pas décidé à offrir cet opus à ses fans. D’ailleurs on ne sait toujours pas exactement pourquoi le jeux a été abandonné si tard. Officiellement Shinji Mikami dit que le jeu n’était tout simplement pas bon, d’autres disent que le jeu ne pourrait pas tourner sur PSX, d’autres disent qu’il était bien trop violent… Quoiqu’il en soit, les faits sont là, et Resident Evil 1.5 ne verra jamais le jour! Et l’histoire nous prouvera que Capcom aime ce genre de « retournement de situation »… malheureusement…

Après un an de développement supplémentaire…. Resident Evil 2, la version définitive pointe le bout de son nez pour de bon! Les premiers screenshots sont sans appel, Capcom a bien pratiqué une refonte complète du jeux, en particulier sur le plan graphique! La palette de couleur s’est très largement élargi et tend maintenant bien plus vers les couleurs chaudes, et visiblement l’action va se dérouler non seulement dans le comissariat mais aussi dans les rues infestées de Racoon City. D’un point de vue scénaristique, Léon S. Kennedy est toujours de la partie mais Elsa Walker a visiblement disparue; elle est remplacée par Claire Redfield… Bien entendue, ce nom fait tiquer tous les fans de Resident Evil 1 puisque Claire Redfield, n’est d’autre que la soeur de Chris Redfield (le personnage principal de Resident Evil 1). En clair, le joueur n’incarne plus de membres du S.T.A.R.S.

Leon, pour sa part est une nouvelle recrue de la police de Racoon (RPD) et arrive pour son premier jour de service (il va être gâté le pauvre!). Claire est à la recherche de son frère Chris dont elle est sans nouvelle.
En fait l’action prend place en Septembre 1998, soit environ deux mois après les incidents du Manoir Spencer de Resident Evil 1. Le lien entre les deux épisodes est essentiellement fait par un courrier que l’on retrouve dans le bureau de Chris… En fait, Chris, Jill et Barry ont beaucoup de mal à faire éclater au grand jour ce qui s’est passé au manoir Spencer… Chris a notament beaucoup de mal à faire comprendre à son supérieur hiérarchique que Umbrella faisait des recherches un peu spécial dans le manoir, et du fait que le manoir a brûlé entièrement, il est trés difficile d’apporter des preuves tangibles à tout ça… De plus Umbrella est tellement importante et emploie tellement de personnes à Racoon City qu’il est difficile de se lever contre eux sans provoquer un taulé général! Les membres du STARS sont donc bien impuissant devant la puissance d’Umbrella! Ceci étant Chris continua ses recherches sur Umbrella et comprit que la firme pharmaceutique travaillait sur l’élaboration d’un nouveau virus; le G-Virus! C’est ainsi que Chris décide fin août de partir en Europe (au siège général d’Umbrella) pour tirer tout ça au clair (suite dans Resident Evil Code Veronica!). Ainsi Claire se rend vite compte qu’il est inutile de chercher plus loin à Racoon City et que son frère n’y est plus depuis bien longtemps!

Notez le bandage immaculé de sang, on est loin des promesses initiales de Capcom à propos du changement de vêtements!

Cependant ayant fait la connaissance de Leon, elle décide avec lui de sauver les gens encore en vie dans la ville infestée et de partir le plus loin possible sans attendre!

Le bureau de Chris… Notez le blouson que l’on peut débloquer comme vêtement secondaire dans Resident Evil 1…. Petit conseil; amusez vous à fouiller plusieurs fois (au moins 50) le bureau de Chris, vous pourriez trouver quelque chose d’intéressant :D…

Sans dévoiler l’intrigue principal, scénaristiquement parlant, Resident Evil 2 a des similitudes avec son prédecesseur; survivre dans un milieu d’horreur. Les environnements sont plus variés certes mais finalement le gros de l’histoire se passe dans le commissariat ( un peu l’équivalent du manoir), les passages en ville purs étant finalement assez peu nombreux, et la fin du jeux se passant dans un laboratoire sous-terrain d’Umbrella! Ceci étant, Resident Evil 2 s’est considérablement enrichi en terme de graphismes et de gameplay!

Le hall du commissariat…

Tout d’abord, graphiquement, les décors sont somptueux et c’est sûrement un des jeux PSOne aux décors les plus travaillés! De même la modélisation des personnages est vraiment bonne, tout comme leurs animations! Quand on joue à Resident Evil 2 et que l’on passe à Resident Evil 1, ça fait très très mal, on a pour le coup, vraiment l’impression de diriger un char d’assaut!

Premier contact avec Resident Evil 2… Ca fait du bien aux yeux!!

Dans le même ordre d’idée, lorsqu’un zombi est en train de vous mordre vous pouvez tenter de le repousser en appuyant plusieurs fois sur X, chose impossible dans Resident Evil. Le système de sauvegarde et de coffre de Resident Evil est conservé ad integrum. Les deux personnages se manient exactement de la même manière et la différence de difficulté est un peu moins ténue entre les deux protagonistes, même si Leon correspondrait plutôt au mode facile.

L’inventaire n’a pas bougé d’un poil lui non plus!

La grosse nouveautés se trouvent dans la trame scénaristique… En fait si vous voulez voir toutes les fins du jeux, il vous faudra terminer le jeux quatre fois. Explication… En fait, de base, vous pouvez choisir de jouer soit avec Leon, soit avec Claire. Lorsque vous choisissez de jouer avec Leon et que vous terminez le jeu avec ce dernier, il vous est proposer de faire une sauvegarde qui vous permettra de démarrer une nouvelle partie avec Claire qui correspond à un scénario B (c’est à dire que le scénario que vous ferez avec Claire si vous finissez le jeu avec Leon sera différent du scénario que vous pouvez faire avec Claire sans avoir terminé le jeu une première fois avec Leon!). Il s’agit là plus qu’une simple astuce, mais bien d’une réelle expansion du jeux, puisque les scénario diffèrent assez sensiblement! En effet dans le scénario B vous pourrez rencontrer le T-102 (si ma mémoire est bonne!), une sorte de Tyran en imperméable 😀 assez lourd à se déplacer mais bougrement puissant (inutile de dire que Capcom s’en est inspiré pour Resident Evil 3 avec le Nemesis)!
De plus autre aspect intéressant dans ce double scénario, c’est que ce que vous faites dans le scénario A avec Léon influera sur votre partie dans les scénrio B avec Claire! Par exemple, si dans le scénario A vous ramassez le uzi et/ou la saccoche (qui vous donne deux emplacements supplémentaires dans l’inventaire) il(s) ne seront plus disponible pour votre partie avec Claire dans le scénario B!

Après tout cela on se dit que Resident Evil 2 pouvait difficilement être plus complet! Hé bien non, Capcom a intégré le mode Mercenaire avec Hunk et Tofu! En fait dans ce mode, il s’agit d’incarner Hunk (un commando d’Umbrella) ou Tofu (armé uniquement d’un couteau!) et traverser tout Racoon City (des égouts au toit du commissariat) sans avoir la possibilité de sauvegarder! Autant vous dire qu’avec Tofu, le challenge est corsé!

Le mode de jeu avec Hunk et Tofu

A noter que sur PC, Game Cube, Dreamcast et sur la version PSOne-DualShock il existe un autre mode: Extreme battle ou vous pouvez incarner au choix; Chris, Leon, Claire ou Ada. Le but du jeux est de trouver quatre bombes dans le commissariat pour le faire exploser!


Le mode Extreme Battle…

En conclusion Resident Evil 2 est un jeu ultra complet qui ancre définitivement la série dans le monde vidéoludique! Certains ont reproché à ce second opus, un univers un peu moins « glauque » et angoissant par rapport au premier. C’est à mon sens difficile de reprocher quoi que ce soit à Capcom sur ce point, tellement le résultat final est excellent! Alors certes on peut reprocher au jeu d’être un peu trop court mais les excellents mode bonus pallient à cette lacune sans difficulté! D’autre part, comme toujours avec Capcom, on aura droit à une version PSone, GameCube, Nintendo64, Dreamcast et PC, toute indentique les unes aux autres d’un point de vue technique!

Enfin, je vous laisse sur les pubs japonaises de l’époque réalisées par George A. Romero!

A bientôt pour le 3ème chapitre: Resident Evil Nemesis; la fin d’un cycle.

[ La Saga Resident Evil] Resident Evil, le cauchemard commence…

Tout le monde s’intéressant de près ou de loin au monde du jeux vidéo à au moins entendu parler une fois de Resident Evil. Souvent considéré (à tord) comme le pionner du survival horror, la série de chez Capcom a connu un véritable succès critique et commercial dans le monde du jeux vidéo. Je vous propose, à l’occasion de la sortie futur de Resident Evil 5 sur Playstation 3 et XBox 360, de faire un petit retour en arrière et de revisiter l’histoire de cette série (Jeux, produits dérivés, Films et autres anecdotes croustillantes…). Alors préparez vos herbes vertes et vos rubans encreur, car c’est parti!

Resident Evil – La naissance du mythe.

Resident Evil, premier du nom est initialement sorti sur Playstation en 1996, à ce moment précis, Resident Evil est une exclusivité Playstation, ce n’est qu’en 1997 que Capcom sortira Resident Evil sur Saturn et PC. Inutile de dire que, Resident Evil constitue un argument de poids en faveur de la console de chez Sony. En effet le jeux de Capcom est alors UN des seuls survival horror sur console 32bits à cette époque! Mais avant d’aller plus loin, il convient de rappeler rapidement ce qu’est un Survival Horror.

Le Survival Horror est un jeux qui, bien souvent, vous fait incarner un seul personnage dans un univers particulièrement angoissant où zombies, monstres ou fantômes sont monnaies courantes. Bien souvent le survival propose des phases d’action, où il faut se débarasser des monstres à l’aide d’armes blanches ou d’armes à feu… Cependant quelques fois, comme dans Project Zero vous affronterez des fantômes uniquement à l’aide de votre appareil photo (comprenez, prendre en photos les fantômes pour les capturer dans la photo). En général, l’oppression est de rigueur, et vous n’aurez que rarement suffisament de munitions pour vous débarrasser de tous les monstres que vous rencontrez! Ainsi, l’économisme en munition est souvent essentiel si vous ne voulez pas vous retrouver nez à nez avec un boss avec uniquement trois cartouches de fusils à pompe en réserve (ça m’est arrivé dans Resident Evil Code Veronica… Ahhh ce fameux boss dans la soute de l’avion…). Vous comprenez maintenant facilement le terme de Survival, le but premier d’un survival horror étant de survivre dans un milieu horrifique, et ce, quelqu’en soit le moyen! L’appelation de survival horror est naît avec Resident Evil, car LA première ligne de texte qui s’affiche lors du premier temps de chargement du jeux est « Enter the world of survival horror… ». C’est ainsi que Resident Evil a reçu le titre honorifique de premier Survival Horror de l’histoire du jeux vidéo, même si techniquement, Alone in The Dark et Sweet Home (un jeu Famicom paru en 1980) étaient déjà des survival Horror!

Sweet Home sur Nes et Alone In The Dark sur PC

Dès lors vous pouvez comprendre assez facilement les influences de Resident Evil. Shinji Mikami (chef de projet sur les premiers Resident Evil) a toujours nié avoir été influencé par Alone In The Dark, prétextant n’en avoir JAMAIS entendu parler, je ne le crois pas. Par ailleurs, Resident Evil a biensûre était également inspiré par La Nuit Des Morts Vivants de George Romero (qui a d’ailleurs participé à la réalisation des Pubs pour Resident Evil 2, mais on y reviendra lors du chaptire sur Resident Evil 2) puisque, vous n’êtes pas sans savoir que Resident Evil a un bestiaire majoritairement composé de zombis! Avant de continuer plus loin dans le bestiaire, je vous propose un petit synopsis de Resident Evil que j’ai trouver sur White Umbrella (je ne pense pas que réécrire un synopsis moi même soit d’une grande utilité!):

Juillet 1998, après une série de meurtres étranges dans la forêt située sur les monts Arklay près de Raccoon City, l’équipe Bravo du commando S.T.A.R.S. (Special Tactic And Rescue Service) est envoyé sur les lieux. Mais un problème technique sur l’hélicoptère force les membre du commando à faire un aterrissage d’urgence et la communication avec eux est coupée. L’équipe Alpha est alors envoyée sur les lieux. A son arrivé, il découvre l’hélicoptère de l’équipe Alpha avec presque tout le matériel et ils décident d’examiner le secteur. L’un des membre, Joseph Frost, est alors attaqué par un chien-zombie, et Brad Vickers, le pilote de l’hélicoptère, prend la fuite abandonnant les survivants, Jill Valentine, Chris Redfield, Barry Burton et Albert Wesker. Ils sont alors forcé de se réfugier dans un manoir tout proche pensant être à l’abris, mais ce qu’ils venaient de vivre n’était rien à côté de ce qui les attendait dans ce manoir…

Toute personne ayant joué à Resident Evil se souviendra de l’intro du jeux, tournée en live, avec de vrais acteurs… Sommet du kitsh pour certains, exemple d’immersion pour d’autres, tout le monde a été marqué par cette intro. Cependant, en France, dans la première version sorti sur PSOne, l’intro qui nous sera proposée sera une version censurée; les scènes sanglantes sont supprimées, on ne voit pas la main coupée (celle qui reste accrochée au pistolet etc…), ce n’est qu’avec la version Director’s cut que l’Europe aura droit à la version non censurée! 😀 Pour tout ceux ayant oublié cette introduction mythique, voilà de quoi vous rafraîchir la mémoire!

Passez cette introduction, qui, quand on a 10 ans et que l’on a jamais vu de film d’horreur de sa vie vous fout une frousse pas possible, c’est au joueur de prendre ses marques. Le jeu vous permet de contrôler au choix: Jill Valentine ou Chris Redfield. L’histoire n’est pas exactement la même selon que vous choisissiez Jill ou Chris. Mais c’est surtout la difficulté du jeux qui va changer. En effet choisir Chris était synonyme de difficulté accrue. Les principales différences entre les deux personnages sont les suivantes:

Si vous choisisez Jill:
-Vous aurez 8 emplacements dans votre inventaire
-Vous aurez un passe-partout (pour ouvrir les petits coffres ou les petites serrures) qui ne compte pas comme un objet d’inventaire
-Les énigmes seront facilités
-Les zombis peu robuste
-Vous commencerez l’aventure avec un Beretta et trouverez des munitions assez régulièrement

Si vous choisissez Chris:
-Vous n’aurez que 6 emplacements dans votre inventaire (ce qui va considérablement augmentez vos allers et venus dans le manoir et donc augmentez vos risques de faire des mauvaises rencontre)
-Vous n’aurez PAS de passe-partout et vous devrez utiliser des « petites clés » pour ouvrir les petits coffres. Ces petites clés comptant comme un emplacement dans votre inventaire…
-Les énigmes seront plus corcés
-Les zombis plus robustes
-Vous commencerez l’aventure avec un seul couteau de survie, et aurez plus de mal à trouver des munitions!

L’inventaire de Chris, avec 6 emplacements…

Le menu de choix des personnages de Resident Evil

Vous aurez compris que commencer l’aventure avec Chris Redfield (que l’on va retrouver dans Resident Evil 5) est quelque chose de limite suicidaire si l’on a jamais jouer à un Resident Evil de sa vie (chose obligatoire lorsque le jeu est sorti en 1996 :D).

La première chose qui frappe quand on commence à jouer à Resident Evil à l’époque c’est sa beauté et le gigantisme des décors! Certes aujourd’hui, graphiquement, le jeux a veilli, mais il faut se remettre dans le contexte! On est à une époque où la 3D commence à apparaître, et Capcom nous propose un jeux où les personnages en 3D ressemblent à quelque chose!!! Les décors sont eux en 2D précalculés. Pour ceux à qui ça ne parle absolument pas, c’est comme si les personnages en 3D évoluaient sur un tableau fixe, une sorte de « peinture ». Cela donnait un cachet très réaliste à l’aspect visuel du jeux! Qui n’a pas était émerveillé dans le hall du manoir ou dans la salle à manger?

La salle à manger la plus célèbre de l’histoire du jeux vidéo!

Autre petite astuce technique, Capcom avait camouflé les temps de chargements! En effet, comme les décors étaient en 2D précalculés; la caméra était fixe et non dynamique, et bien à chaque changement de plan, il fallait un petit temps pour que la console charge les décors. On retrouvait notamment ce problème lors du passage d’une pièce à une autre en ouvrant les portes… Et bien lorsque vous ouvriez une porte, pendant le temps de chargement, au lieu d’avoir un écran noir tout bête, on voyait une porte sur un fond noir qui s’ouvrait. bien entendu la porte grinçait affreusement, ce qui contribuait à vous foutre la trouille, genre: « qu’est-ce qu’il va encore y avoir la derrière! »

Les temps de chargements dans Resident Evil

Alors certes toute la réussite du jeux n’était pas là, et il faut également parler du gameplay pour être complet! Resident Evil était un jeux à la troisième personne, c’est à dire que l’on voit le personnage que l’on incarne ( à la différence des jeux à la première personne où l’on voit à travers les yeux du personnage que l’on incarne). La maniabilité qui peut paraître rigide aujourd’hui était d’une grande efficacité à l’époque! Le seul point noir était dans la précision lors de la visée d’un ennemie… En fait, pour tirer sur un ennemie, il fallait faire 3 choses principales:

-Mettre en joue l’ennemie (Appuyer sur R1)
-Viser l’ennemie (tout en maintenant R1, appuyer sur les touches droites et gauches pour s’aligner avec l’ennemie)
-Tirer en appuyant sur X

Le problème, c’est que l’on ne se rendait pas toujours bien compte de où on visait et il n’était pas rare de perdre plusieurs balles simplement parce que l’on croyait avoir tirer sur un zombie alors que non… On a tiré à côté! Ce problème sera corrigé dans Resident Evil 2 avec la visée automatique!
Autre petite astuce du gameplay, les coffres… Durant votre aventure, vous rencontrerez des espèces de gros coffre où vous pourrez déposer certains objets de votre inventaire dont vous estimez ne pas avoir besoin. Par exemple vous vous sentez capable de continuer sans votre fusil à pompe? Déposez le dans le coffre, cela libèrera une place dans votre inventaire, vous permettant de pouvoir transporter des objets indispensable à la résolution d’énigme. Il est à noter que ce que vous laissez dans un coffre A peut être retrouver dans un coffre B, en somme, tous les coffres du jeux sont « connectés ». Vous comprenez donc qu’il est vite indispensable d’apprendre à les utiliser!!


On aperçoit un des fameux coffre derrière Rebecca…

Autres petites particularités, le système de sauvegarde, en effet pour sauvegarder vous aurez besoin de deux choses: un ruban encreur et une machine à écrire. Les rubans encreurs peuvent se transporter, moyennant un emplacement de votre inventaire… Par contre à vous de trouver où sont les machines à écrire… Par conséquent vous êtes limités dans vos sauvegardes, les rubans encreur ne sont pas infinis et vous ne pouvez pas sauvegarder quand vous voulez (vous devez trouver une machine à écrire)… Inutile de dire que ce système contribue grandement à vous provoquer des montées d’adrénaline. Imaginez; ça fait 40 minutes que vous n’avez pas sauvegardé, vous n’avez presque plus de vie, et vous ne savez pas où est la machine à écrire la plus proche et vous voyez arriver devant vous 3 zombies affamés… Non vraiment un système un brin frustrant par moment mais qui fait tout le charme du jeux finalement!
Autre, et dernier point de gameplay que je développerai, le système de soins. Vous pouvez vous soigner de deux manières dans Resident Evil. Soit par des sprays de soins qui rétablieront automatiquement tous vos points de santé! Vous imaginez que ces sprays sont une denrée extrêmement rare, et mieux vaut les économiser pour les situations d’urgence!
Sinon vous pourrez utiliser des herbes, que vous trouverez régulièrement dans le manoir. Il existe plusieurs sortes d’herbes que vous pouvez utiliser. L’herbe « de base » étant l’herbe verte, qui si vous l’utilisez seul remontera légèrement votre barre de santé sans vous soigner complètement. Ce n’est qu’en l’associant avec une herbe rouge qu’elle vous soignera plus efficacement. Il existe aussi des herbes bleues qui vous permettront de vous guérir si par malheur vous êtes empoisonés ( morsure de serpent ou d’araignée!).
Tout le problème résidant là aussi dans le choix de savoir combien d’item de soins vous voulez transporter sur vous? Prendre plusieurs objets de soins en plus de vos armes risque de vous empêcher de pouvoir porter des objets indispensables à la réalisation de certaines énigmes et donc vous forcer à aller au coffre le plus proche pour « alléger » votre inventaire!

Biensûre au-delà du gameplay et du graphisme, c’est l’ambiance qui fera la force de Resident Evil. Errer seul dans un manoir gigantesque et abandonné, peuplé de zombis au milieu de la forêt en pleine nuit et tout simplement anxiogène à 200%. Je me souviendrai également toute ma vie, des passages en extérieur, où seule la lumière de la pleine lune et les bruits des corbeaux vous accompagneront dans votre aventure maccabre. Le bestiaire quant à lui est aussi particulièrement propice à de belles attaques de paniques, outre les zombis, vous trouverez des chiens zombis, des araignées mutantes, un serpent géant, des hunters ( leur arrivée dans le jeu correspond à une élévation exponentielle de la difficultée!), des crimsons head (ce que deviennent les corps des zombis si vous ne les brûlez pas après les avoir tués! Donc un conseil brûlez les corps des zombis que vous avez abbatus, car vous pourriez bien le regretter!!). Je parlerai rapidement de Tyran, le boss ultime du jeu qui vous donnera bien du fil à retordre (jusqu’à ce que vous ayez le lance roquette!), véritable machine à tuer, d’une vitesse et d’une puissance phénoménal, il peut vous tuer en un seul coup!

Dernier point concernant l’ambiance, je parlerai rapidement de la soundtrack qui contribue elle aussi à cette atmosphère pesante, opressante, avec des musiques intimistes, envoûtantes, je pense notament à la musique du hall du manoir… Les bruitages sont parfaits, et les bruits des zombis sont particulièrement réussi! De même les cris des hunters vous feront tressaillir avant même d’avoir pu voir les bêtes de vos propres yeux!

Resident Evil connaîtra assez rapidement un succès énorme, et une suite sera rapidement mis en chantier, alors qu’à la base personne chez Capcom ne pensait à un tel succès! Même s’il faut l’avouer tout était réuni pour faire de Resident Evil un best seller! Une aventure original pour l’époque, une difficulté au poil et un scénario de série B avec des personnages caricaturaux au possible mais ô combien attachant! Wesker en étant l’illustration parfaite! Preuve en est de l’impact de Resident Evil, dès sa sortie de nombreux studios se lancèrent dans la réalisation de Survival avec plus ou moins de réussite! Konami offrît son Silent Hill, qui même s’il fût présenter comme le RE de chez Konami ne jouait pas du tout sur le même terrain (les influences de Silent Hill étant plutôt d’ordre littéraire avec notament Lovercraft ou Poe…), Capcom de son côté lança d’autre survival comme Dino Crisis, avec cependant un succès moindre que la saga Resident Evil!

Les jacquettes Jap et Euro de la version Playstation

Les jacquettes Euro et Jap de la version Saturn

Les pubs Sega de l’époque…

Mais bien avant Resident Evil 2, Capcom sorti une édition Director’s cut de Resident Evil, sobrement intitulé: Resident Evil: Director’s cut. Le jeu restait sensiblement le même mais, l’intro n’était pas censuré (cf supra), de nouveaux angles de caméra fîrent leur apparition, certains objets étaient placés à d’autres endroits dans le jeu… Rien de transcendant certes, mais un signe fort pour prouver que Resident Evil était déjà un gros buldozer du jeux vidéo… Peu de jeux vidéo peuvent se targuer d’avoir droit à une version Director’s Cut!

Les jaquettes des versions Directors cut Euro et US

Bien plus tard, en 2002, Resident Evil premier du nom sera adapté sur GameCube en exclusivité sous le nom de Resident Evil Rebirth, il s’agira là d’un des meilleurs épisodes de la saga, le jeu sortira aussi sur Nintendo DS sous le nom de Resident Evil: Deadly Silence mais j’y reviendrai ultérieurement!!

Ainsi se termine cette petite chronique sur Resident Evil premier du nom, prochain chapitre: Resident Evil 2, le cauchemard continue… (original avouez!)

[Vente] Avis au fan de World Of Warcraft

J’ai une édition collector de la dernière extension de World of Warcraft à savoir: La Colère du Roi Liche en double exemplaire! Je vais donc m’en séparer d’une!

J’attire cependant votre attention sur le fait qu’il s’agisse de l’édition collector Néerlandaise! Ceci étant il me semble que cela n’empêche pas le bon fonctionnement du jeu même si vous avez un jeu de base français, mais c’est à vérifier par vos soins! Le coffret collector n’a JAMAIS été ouvert, il est donc toujours sous blister d’origine et la clé n’a donc JAMAIS été utilisé!

Le prix de vente est de 85€ frais de port COMPRIS, envoi en collissimo! Je ne peux pas mettre de photo avant vendredi après midi, mais vous pouvez me croire, le coffret est impeccable et toujours sous blister!

Si vous êtes intéressé contactez moi à cette adresse:

Hadōken!!

Et voilà, comme beaucoup, j’ai craqué pour Street Fighter IV sur XBox 360.

C’est vrai que la version PS3 a un avantage de taille avec le pad PS3 qui est à mon avis bien mieux adapté aux jeux de baston… Mais il y a le XBox Live de l’autre côté… Et ça, pour l’instant le PSN ne rivalise aucunement, alors j’ai opté pour la version 360. Je vais donc m’y coller dès demain (ouai j’ai pas cours demain après-midi!)… Le week-end s’annonce donc très productif niveau boulot… Mais bon, vous comprendrez tous ici que Street Fighter IV, c’est Street Fighter IV quoi.

Bref, je ne sais pas si je posterai un avis sur ce blog, car je sais déjà qu’il sera positif et de toute façon je ne vous dirai probablement rien de plus que tout ce qui se dit déjà sur le web! Mais n’allez pas commencer à dire que je suis un fainéant car croyez-moi j’ai des sacrés articles à venir pour ce blog (si vous aimez la lecture vous allez être servis!).

Pour terminer je voudrais dire un grand merci à toute la rédaction de Gameblog pour le Podcast n°88, à savoir le podcast des deux ans du site! Podcast qui a réuni un tas de passionnés du jeux vidéo et notamment Alain Huygues-Lacour, ancien rédacteur en chef de Consoles+ (notamment) qui m’a vraiment mais alors vraiment fait plaisir et notamment sur sa dernière intervention dans le podcast, je cite:

« Ca fait plus de 20 ans que je suis dans le jeux vidéo… Ce qu’il y a de plus important dans le jeux vidéo, c’est la passion »… »Avoir la passion et rentrer dedans… C’est ce que l’on met dedans et ce que ça t’apporte qui est important. Quand j’ai démarré dans le jeux vidéo, à 40 ans, tout le monde me disait « mais t’es complètement tarré ». J’en ai rien à foutre, t’es passioné, tu t’éclates dans un truc et ça c’est l’hônneteté et le fait d’être dedans… »

Je ne peux que saluer cet élan de… passion… et cette déclaration d’amour à un média que j’adore moi aussi. D’ailleurs vu la conjoncture actuelle je rajouterai même que le jeux vidéo (dans son ensemble) me rend totalement nostalgique. Je regrette le temps où l’on ne pouvait trouver des jeux vidéos que dans les boutiques spécialisés, le temps où je lisais Joypad et Consoles+ et que je découvrais un tas de jeux par le papier et les articles d’Angel, Rahan, Kendy, Gollum etc etc (MERCI d’avoir créer Gameblog, un des seuls site web qui respire l’amour du jeux vidéo, développé par des gens qui aiment le jeux vidéo et qui n’en font pas « simplement » leur métier…).

Bref je regrette la quasi disparition des jeux purement arcade, les vrais jeux gamer (Street Fighter IV étant l’exception qui confirme la règle), je regrette le fait qu’un Wii Fit ou qu’un Wii Music se vendent plus qu’un Dead Space ou qu’un Mirrors Edge. A l’époque dans une boutique spécialisé on ne trouvait que des jeux HardCore, pas de conneries genre Alexandra Leyderman, pas de Bienvenue Chez les Chtis, non, il n’y avait que des jeux originaux (quasiment) bons ou mauvais mais des jeux qui avaient une personnalité. Aujourd’hui la part de ce type de jeux dans les « grandes enseignes commerciales » représentent au plus 10% du marché [à ce titre le rayon Wii et DS fait (très très) peur] et les petites boutiques tenues par des passionés se comptent sur les doigts d’une main dans une région… Le reste, Micromania, Game et compagnie dans 90% des cas, c’est des mecs qui n’y connaissent rien, tu leur parles de Colecovision, Pc Engine et Neo Geo ils te regardent comme si t’étais un extra-terrestre ou un homme de Cromagnon… J’ai envie de pleurer quand j’entends des personnes qui découvrent le jeux vidéo maintenant dire que les consoles 8bits et 16bits c’est « tout pourris »… Je pleure quand des gens crachent sur Atari en oubliant qu’ils sont presque à la base de tout dans le jeux vidéo. Je pleure quand des gens crachent sur Alone In The Dark alors qu’ils adorent Resident Evil. Je pleure quand on me dit: « mais à ton âge tu joues toujours au jeux vidéo?? ». J’ai peur que les jeux casual tuent les jeux vidéos tel que je les connaissaient. J’ai peur qu’Electronic Arts ne produisent plus des jeux comme Dead Space, Mirrors Edge parce que produire un boogie coûte dix fois moins cher mais rapporte 100 fois plus!

Heureusement qu’il existe encore des boîtes comme Blizzard, Epic, Square, Capcom, Konami qui chient (+/-) sur le casual gaming à grand coup. Et j’oublie un acteur important qui fait encore figure de rempart parmis toute cette mascarade: Microsoft. Je vais peut-être en choquer plus d’un mais entre la console, le service OnLine et la ludothèque, la XBox360 est sûrement la console la plus HardCore qui existe actuellement sur le marché. Donc merci Billou!

En bref, je ne peux que vous recommander de télécharger ce podcast (plus de deux heures!!!), si vous aimez le jeux vidéo, car il touchera du doigt des choses justes et vraies. Avec des thématiques qui ne seront sûrement JAMAIS abordé sur un site comme JV.com (en même temps c’est pas nouveau mais bon…)

Transmutation annulée…

Bon OK!! J’ai envisagé le temps de quelques instants de changer/relooker mon blog mais j’ai reçu en l’espace de 15minutes 3 avis négatifs, donc c’est bon je laisse tomber! Retour à ce que vous avez toujours connu! Le mieux est l’ennemi du bien paraît-il!

Donc si vous vous êtes connecté vers 01:00 du matin ce dimanche sur le blog et que vous avez vu l’esquisse d’une version différente, j’espère que vous avez pris des screenshots car c’est collector, vous ne le reverrez plus jamais comme ça!( A la manière de Resident Evil 1.5 quoi! 😀 )

Bref, bonne semaine quand même!!

De la lecture et une facture…

Voilà un petit moment que je n’ai pas posté mes derniers achats. En fait, c’est aussi parce que je me suis « calmé », enfin si l’on peut dire… La semaine dernière, je suis tombé à la Fnac sur le tome 2 d’Arawn; une BD de Dark Fantasy. Pour ceux qui ne connaissent pas Arawn, la BD raconte l’histoire d’un dieu maléfique solitaire dans sa forteresse. Et quand je dis que c’est son histoire, c’est vraiment son histoire puisque l’on apprend comment il est devenu le dieu solitaire qu’il est actuellement. Je ne suis pas un spécialiste de la BD, donc je n’ai pas beaucoup de référence en la matière mais j’ai adoré ces deux premiers tomes. L’histoire est plutôt prenante, avec parfois quelques surprises scénaristiques et les dessins sont tout simplement GENIAUX! De plus on y trouve un tas de référence notament cinématographique… Une référence à Alien dans une BD de Fantasy, il fallait oser! Bref je vous recommande donc ces deux premiers tomes… Vivement le prochain (en espérant qu’il vienne rapidement puisque il s’est quand même écouler plus d’un an entre les sorties des deux premiers tomes!)

Continuons dans la lecture, puisque j’ai aussi acheter les deux tomes suivants de Gunm. Inutile de revenir sur ce manga qui a l’air de se bonifier avec le temps! Relisez le ça vaut le coup, j’avais oublié un tas de petits détails!! Et sinon j’ai fais mon shopping aux éditions Pixn’love, et j’ai reçu le volume 6 du mook que je n’avais toujours pas commandé et les deux hors série sur la PC-Engine et les jeux de guerre! Bref j’aurais particulièrement lu ce mois-ci!

Enfin pour terminer, et pour justifier la seconde partie du titre de mon billet, je vais vous parler DU craquage du mois (peut-être même de l’année), il s’agit du coffret BluRay de Ef- A Tale Of Memories. Alors que j’ai reçu il y a deux semaines le BluRay du volume 1 de Ef- A Tale Of Melodies (attention ne lisez pas trop vite, il s’agit bien de la suite de Memories) et ayant vu la qualité du transfert HD, je me suis dis que je m’en voudrais probablement toute ma vie (mode Exagération: ON) de ne pas prendre A Tale Of Memories en BluRay. Cependant dire que je n’ai pris ce pack uniquement parce que l’image est belle serait mentir tant cette série m’a fait frissoner…

Résumer A Tale Of Memories serait assez compliquer, mais je vais tenter d’être synthétique et de ne pas m’éparpiller dans tous les coins! D’abord ce qu’il faut savoir c’est que Ef est une anime ayant (en gros) trois thématique entremêlées: amour, amitié et rêves. Vous l’aurez donc déjà compris Ef va jouer la carte de la sensibilité et de l’émotion. Autant le dire tout de suite le pari est réussi, en tout cas en ce qui me concerne… Je le dis sans hônte, j’ai eu des frissons et la larme à l’oeil plusieurs fois durant les 12 épisodes.

Si l’on devait présenter les personnages (les plus) principaux, je parlerai dans un premiet temps de Chinhiro, une jeune fille qui suite à un accident a perdu un la vue d’un oeil et souffre de trouble de la mémoire qui font qu’elle perd sa mémoire toutes les 13 heures… Elle est donc obligé de noter dans un carnet ce qu’elle fait au jour le jour pour savoir ce qu’elle a fait la veille mais surtout qui elle était la veille. Inutile de dire qu’il est trés dur pour elle d’avoir des relations sociales… C’est sûrement le personnage de le plus attachant de la série… Mais sa vie va peut-être changer le jour où elle va rencontrer Renji, un jeune garçon…

Par ailleurs on suit l’histoire d’Hiro, un jeune garçon qui n’arrive pas à faire un choix pour son futur; continuer les études ou se consacrer uniquement à sa passion: devenir Mangaka. Par ailleurs il entretient une relation très intime avec Kei, une jeune fille qui est constament proche de lui et qui l’encourage quotidiennement à aller en cours, et à étudier lorsqu’il a tendance à se relâcher un peu… Seulement Hiro sent bien qu’il est temps pour lui de devoir faire un choix parmis tout ça quand bien même il sait que cela va être difficile.

Résumer Ef-A Tale Of Memories ainsi serait réducteur, tant il y a d’autres personnages, tant la réalisation est vraiment brillante par moment et tant la soundtrack est réussie! En tous cas je n’oublierai pas cette série de si tôt, mon porte-feuille non plus d’ailleurs puisque l’intégrale de Ef A Tale Of Memories en BluRay coûte son pesant de cacahuètes. Heureusement Nin-Nin a accepté de me vendre le coffret en 3 fois sans Frais… Donc OUF, ça passe déjà un peu mieux! En un mot, vivement que je redécouvre cette anime en HD!!

Pier Solar – Le retour de la MegaDrive!

Je n’étais pas au courant de ce projet, et pourtant il est bel et bien en cours depuis un bon moment maintenant. Pier Solar est le futur et (probablement) dernier jeu qui va sortir sur MegaDrive! Oui vous avez bien lu! Alors que la console 16 Bits de Sega a fêté ses 20 ans en octobre dernier, une communauté de forumeurs: Eidolons a d’abord eu initialement l’idée de développer un RPG basé sur les membres de leur forum. Puis l’idée de développer un jeu sur Megadrive, la console de leur coeur, est naît!

La petite communauté est alors devenue une véritable équipe de développement: Water Melon. Le développement fût long est pénible, car initialement pensé pour le MegaCD, il a finalement était reporté sur Megadrive du fait de la difficulté à développer sur MegaCD. Le jeu devait initialement paraître en octobre pour les 20 ans de la console mais est finalement repoussé au printemps 2009!

PierSolar est un RPG qui devrait combler de joie tous les fans de la console de Sega (j’en fais parti!). Vous pouvez donc précommander le jeux pour la modique somme de 35 Dollars sur le site officiel du projet! Inutile de préciser, que vous recevrez bien un jeux cartouche dans une boîte Megadrive (vous pourrez choisir l’aspect de la boîte; US, JAP ou Euro), mais aussi un artbook et un CD! Avec ça difficile de ne pas craquer si vous êtes fan de la 16 bits la plus… Cosmique (cf Julien C :D) de l’histoire du jeux vidéo!!

En attendant si la vague du rétrogaming souffle toujours sur vous, vous pouvez toujours aller écouter le dernier podcast de Gameblog consacré à la PC Engine, ou encore commander le dernier Hors Série de chez Pixn’love!

Sur ce, je vous laisse avec une vidéo qui vous rappellera sûrement d’excellent souvenir… Sega Rules…

Il faut sauver le soldat Japanimation!!

Allez, hop, c’est la fête; nouvelle vidéo-blog! Mais pas vraiment parce que le temps me manque (ha la semaine juste après les exams… Les seules semaines où on se permettre de rien foutre en toute « sérénité »), mais parce que le sujet s’y prête bien plus… En effet retranscrire une discussion en la commentant à l’écrit n’est pas des choses les plus aisées!

Tout a commencé vendredi après-midi où je suis tombé bien malgré moi sur une discussion entre deux personnes sur l’animation japonaise… Rapidement le tour de la discussion a pris une tournure qui ne m’a pas vraiment fait plaisir! Je n’ai donc pas pu m’empêcher de réagir… Et là c’est le clash… Non j’exagère… Mais simplement un échange d’idées, qui m’a fait percuter que pour certains les mentalités n’ont pas vraiment évoluer sur certains clichés de la Japanimation en France…

Je vous fais donc partager ce petit périple en vidéo, avec à l’appui une présentation de The Place Promised In Our Early Days pour appuyer un peu plus mes propos. Pas bien original puisque j’en ai déjà parler plusieurs fois sur mon blog, mais bon… Je vous laisse donc en ma propre compagnie pour je l’espère aussi échanger certaines idées… Bien que je me doute que je m’adresse ici à un public déjà acquis à la cause de la Japanimation. Je vous place comme promis certains liens intéressant concernant Makoto Shinkai et ses oeuvres!

Court Métrage:

Publicité:

Clip Musical:

Bandes-annonces:
The Place Promised In Our Early Days
5CM per Second

The Place Promised In Our Early Days: Bluray, DVD
5Cm Per Second: BluRay, DVD
The Voice From A Distant Star: DVD

Nerdz monte en puissance!

Le dernier épisode de Nerdz est tout simplement PHENOMENAL! Véritable hommage aux films d’horreur, la série nous emmène une fois encore vers un horizon que l’on attendait pas d’elle! J’ai limite eu peur en voyant l’épisode (peut-être est-ce du au fait qu’il est 3heures du mat’?!)… En tous les cas, je vous laisse juger par vous-mêmes.

Mais à mon sens Régis Robert n’a jamais était aussi FLIPPANT (tout comme sa vidéo perso d’ailleurs)… Vous aurez noté les nombreuses références à The Ring, Shining, Silent Hill, La Mort en Ligne et j’en oublie sûrement…

J’adore cette série…