Navigate / search

Resident Evil 7, le point sur les rumeurs…

Resident Evil a toujours été une licence que j’ai tenu haut dans mon cœur de joueur, c’est pourquoi l’approche de l’E3 2014 me met en ébullition, car la probabilité de l’annonce d’un nouveau Resident Evil canonique (comprenez Resident Evil 7) est du domaine du possible. Petit point rapide sur ce qui se dit sur la toile.

  • Le développement de ce nouveau Resident Evil aurait commencé alors que Resident Evil 6 était à peine sorti soit en novembre 2012. Cette info est née de la fiche Linkedin de Karen Brakenridge qui aurait travaillé comme costume designer sur « Resident Evil 7 » de novembre 2012 à Janvier 2013. House Of Moves est une boîte ayant déjà travaillé sur Dead Space 2 ou Gears Of War 3. La rumeur est donc potentiellement valable, d’autant qu’après la fuite, le profil en question aurait mystérieusement disparu.
resident-evil-7
  • La série est en pleine crise identitaire, tiraillée entre deux orientations. La première trilogie; résolument survival horror, et la seconde trilogie; résolument action. Les communiqués presse de Capcom sur le sujet sont restés assez clairs: Capcom a entendu les critiques des joueurs quant à l’orientation trop action de la franchise et un retour aux sources est clairement à l’ordre du jour (des références à The Last Of Us et la dernière itération Tomb Raider ont été cité pour exemple). Rappelons tout de même, que Capcom avait déjà sorti ce leitmotiv pour Resident Evil 6 avec le résultat que l’on sait. Ceci étant, comme en atteste ce document, Capcom semble avoir vraiment étudié la question.
resident evil jill valentine chris redfield 2192x3000 wallpaper_www.wallpaperhi.com_52
  • Aux yeux des fans, c’est l’opus Resident Evil Revelations qui aurait convaincu le plus de monde, une ambiance survival horror claire avec un peu d’action. Il n’est pas exclu que Capcom n’annonce pas Resident Evil 7, mais une sorte de « suite » à Resident Evil Revelations.
  • Le casting du jeu semblerait lui aussi se dessiner; ainsi Hunningan serait de retour. On le sait via le twitter de l’actrice; elle aurait participé à des séances de doublage pour une série qu’elle aurait déjà doublé. Hors vu son CV, la seule série où elle puisse encore doubler un personnage est… Resident Evil. Rajoutez à cela qu’elle aurait participé aux séances de doublages avec Matthew Mercer, qui n’est d’autre que le doubleur de….. Leon S. Kennedy (et qui dit Leon dit Ada).
PvbPLNj

4jhqN5t
vLEAQK7
  •  Dans le même ordre d’idée, Ken Laly le cascadeur jouant habituellement Wesker a tweeté une photo de lui avec Reuben Langdon (le cascadeur de Chris Redfield) habillé en costume pour une séance de motion capture. Ceci impliquerait donc aussi la présence de Chris Redfield et Albert Wesker. Etant donné la fin de Resident Evil 5, on peut donc imaginer qu’il y ait des scènes flashback?
    twitter-pic-408x600
  • D’autres nom de personnage ont été cité, mais sans réel preuve à l’appui; Barry Burton et Jill Valentine notamment. Disons que cela peut être crédible si on suppose que Chris et Wesker soient présent dans l’opus, il devient tout a fait envisageable que Jill le soit aussi. Quant à Barry, si ce personnage est particulièrement aimé des fans de la série il n’a jamais été vu ailleurs que dans Resident Evil premier du nom (et son remake, pour ne parler que des épisodes canoniques).
  • Il a été question fut un temps d’une exclusivité XBox One puis d’une exclusivité PS4, le plus probable étant une sortie sur les supports New Gen (PS4,XBoxOne et PC).

Voilà pour les rumeurs, plus ou moins fondées. En ce qui me concerne, je pense que l’E3 apportera quelque chose de nouveau pour Resident Evil, mais quoi? Je pense à un jeu centré sur Tricell, Jill et Chris, une suite à Revelation donc. Mais il va falloir encore un peu patienter pour en savoir plus. Je rappelle simplement que toutes les informations que vous pouvez lire ci dessus ne sont que des rumeurs. Capcom n’a JAMAIS officialisé ou parlé d’un nouveau jeu Resident Evil, même si il est fort probable que le jeu soit en développement; Resident Evil est la série la plus lucrative de Capcom (loin devant Street Fighter).

Little Busters! Card Mission ArtWorks 1

En ce moment, à Tokyo se tient l’exposition Little Busters! Card Mission, grosso modo exposition sur les illustrations du jeux de carte Little Busters! Sur place, il est possible d’admirer des œuvres de Na-Ga. Il est également possible de se procurer un artbook regroupant tout un tas d’illustrations du dessinateur attitré de Key. Evidemment votre aimable serviteur a pu mettre la main sur cet arbook. L’artbook est d’excellente qualité avec du papier glacé de la première à la dernière page (111pages en tout). Les illustrations sont vraiment de qualité, même si, il faut adhérer au style graphique de Na-Ga. Je vous laisse admirer ça par vous même.

Ano Hana, le long métrage…

Je n’étais pas totalement certain de la façon dont j’allais recevoir le retour de AnoHana trois ans après (la série a été diffusé en 2011). J’avais adoré la série (et la considère comme une des meilleures séries de l’histoire de toute la japanimation), mais après tout, la perspective de retourner dans cet univers à la fois si beau et si triste a fait naître en moi une sorte d’angoisse: cette sensation terriblement frustrante de se dire: « finalement c’était bien mieux dans mes souvenirs ». Angoisse vite dissipée…

Anohana - Movie - Large 83

En fait, je suis finalement assez content de ne pas avoir pu voir le film en salle, car cela aurait été un spectacle assez embarrassant pour moi. Avoir la larme à l’oeil dès que j’ai entendu les premières notes du générique raisonner avait quelque chose d’intime. AnoHana (la série comme le film), est un excellent moyen de tester la capacité du téléspectateur à s’immerger dans une histoire et/ou un univers. Si la série était si émouvante c’est bien parce que l’attachement aux différents personnages est quasiment immédiate. Quand Menma pleure il est difficile de ne pas pleurer, quand Popo blague il est difficile de ne pas sourire. Bref la série était une montagne russe émotionnelle. Globalement AnoHana met face à face le téléspectateur à un déluge d’émotion dont il est difficile de rester insensible, la différence avec beaucoup d’autres productions du même genre c’est que Ano Hana y parvient avec brio. Et c’est donc avec un plaisir non dissimulé que je me suis laissé emporté pour une dernière fois dans cette poignante histoire.

Anohana - Movie - Large 71

Pour rappel l’histoire est celle de Jintan, un jeune ado qui ne sort plus de chez lui depuis que Menma, une jeune fille de son groupe d’amis d’enfance est décédée dans un tragique accident. 10ans après le drame, Jintan se met à voir Menma; hallucination? Fantôme? Quoiqu’il en soit Menma lui demande de renouer le contact avec ses anciens amis qu’il n’a plus revu depuis le drame, afin de pouvoir réaliser un voeu. Jintan va donc devoir affronter ses démons et se mettre en quête du voeu de Menma.

Anohana - Movie - Large 27

Trés simplement, la série racontait l’histoire d’un groupe d’amis d’enfance brisé par cette terrible épreuve qu’est le deuil. Le film propose de revenir sur ce qui s’est passé au cours de la série sous un autre point de vue avec de nombreuses scènes inédites (notamment des scènes avant le décès de Menma). On peut toujours reprocher au film de ne pas apporter une nouvelle histoire à proprement parler; aucune révélation tonitruante, mais ça serait passer à côté de l’essentiel: procurer des sensations brutes. Encore une fois sur ce plan là le film tape là où ça fait mal en abordant des thèmes aussi universel que l’amitié, le premier amour, les sentiments sans retour et la douleur d’être obligé de dire au revoir. Si fondamentalement le thème principal est d’une tristesse abyssale, la réalisation et la piste sonore font émaner des sentiments chaleureux et éblouissant par leur intensité.

Anohana - Movie - Large 03

Il serait dommage de bouder votre plaisir si vous avez aimé la série, vous aimerez le film, qui a réellement quelque chose à dire.

Chuunibyou, Little Busters!Refrain, Nagi No Asukara… Des BluRays comme s’il en pleuvait!

La fin du mois d’avril fut riche en arrivage de BluRays. On commence par le tome 4 de LittleBusters!Refrain. Le coffret comprend donc:

  • Un Bluray contenant les épisodes 7 et 8 de Little Busters!Refrain
  • Un Bluray contenant l’épisode 4 inédit de Little Busters!EX
  • Un mini artbook avec quelques concept art et artwork

J’aime beaucoup les illustrations pour les covers et les fourreaux, la présentation est originale et sobre à la fois. Encore une fois l’ultime regret vient de l’absence de sous titres (même anglais). Techniquement les BluRays restent de bonne facture, sans plus (Little Busters! n’étant pas une série spécialement recherchée sur le plan purement graphique).

Les BluRays de la saison 2 de Chuunibyou commencent aussi à paraître au rythme d’un BluRay par mois. J’en ai profité pour acheter l’inédit reprenant l’histoire de la première saison du point de vue de Rikka. Voici donc en les clichés de cette édition ainsi que les deux premiers tomes de cette saison 2 (que vous pouvez suivre sur ADN moyennant finance. J’aime beaucoup Chuunibyou, et malgré les critiques je trouve que Kyoto Animation a encore fait un excellent travail.

Pour terminer en beauté, le tome 5 de Nagi No Asukara (qui s’est terminée récemment). Inutile de revenir sur cette série qui est probablement avec Refrain la meilleure série de cette saison. Ce tome 5 vient avec un coffret pour ranger les précédentes éditions. Pour l’instant cela compte le nombre de box de rangement au nombre de deux. Si la qualité intrinsèque des éditions est splendide, je regrette simplement qu’il n’y ait pas une cohérence dans l’illustration des deux box. Mais ceci n’est qu’un détail! Au passage soulignons que j’ai reçu récemment la première partie de la soundtrack qui est réellement succulente!

[Japanimation] Little Busters! Refrain BluRay Vol.3 Limited Edition & Nagi No Asukara Vol.4 BluRay Limited Edition

Petit billet pour vous présenter les BluRay de Little Busters!Refrain Vol3 et Nagi No Asukara Vol4 cette semaine. Je ne reviendrai pas sur tout le bien que je pense de ces deux séries.A ce sujet l’avant dernier épisode de Nagi No Asukara est un véritable régal. Au passage j’ai aussi reçu les Manga dérivés de la série de PA Works :D.

Ces séries animées qu’il faut voir avant de mourir…

La vie est courte, les temps sont durs et les séries animées sont légions. Cet article est là pour faire découvrir au plus grand nombre des séries animées que j’ai particulièrement apprécié. Il y aura toujours quelqu’un pour dire qu’il manque tel ou tel série, et évidemment ce guide n’a aucune valeur exhaustive et ne saurait prétendre être la vérité absolue. Alors profitez de la visite, installez-vous, c’est parti. Je tiens à préciser que je ne parlerai ici uniquement des séries animées (par opposition au long métrage).
J’en profite pour souligner au passage que l’heureuse gagnante du concours permettant de gagner un coffret collector du BluRay d’Angel Beats a été contacté, elle devrait recevoir son précieux d’ici peu…

Air de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2005)

AirTV

Kunisaki Yukito est un jeune homme qui gagne sa vie grâce à des spectacles de marionnette qu’il semble contrôler par la magie.
Il parcourt le monde à la recherche d’une fille ayant des ailes qui lui permettrait de voler, poursuivant ainsi le rêve de sa mère. Un jour il arrive dans un village et fait la rencontre de Misuzu, une jeune fille timide et naïve. La mère de celle‑ci, une adulte irresponsable, accepte qu’il loge chez elle s’il s’occupe de Misuzu. Il rencontre aussi Kano Kirishima, une fille mystérieuse qui dit pouvoir utiliser la magie et dont le meilleur ami est un adorable chien apellé Potato, ainsi que sa grande sœur qui tient la seule clinique du village. Il y a aussi Minagi, la première de la classe et son amie Michiru, une enfant pour le moins turbulente. Il va décider de rester quelque temps dans ce village où le rêve de beaucoup semble être de voler dans le ciel… [1]

Air est une série particulièrement réussie, premier fruit de la collaboration entre Kyoto Animation et Key, elle contient tous les ingrédients nécessaire à un drame. Les personnages sont attachants, les décors splendide et la bande sonore un régale. Difficile de ne pas se sentir ébranlé au moment du dénouement finale. Certes, on pourra toujours pester contre la « naïveté exgérée » de Misuzu ou le côté un peu trop « kawai » des personnages, mais au final l’équilibre rose bonbon et la tristesse qui découle de la vision de l’épisode final est assez respecté. Bref, une série à voir pour qui souhaiterait prendre un bain de soleil (oui la majeure partie de l’histoire se passe en été, et entre les paysages maritimes et le chant des cigales, on s’y croirait presque).

[1] Animeka

Kanon de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2006)

Kanon - 22

Yuichi retourne dans sa ville natale dans laquelle il n’est pas revenu depuis l’enfance. Il s’installe donc chez sa tante et sa cousine Nayuki et intègre le lycée. Il va rencontrer de nouvelles personnes et retrouver d’anciennes connaissances essentiellement féminines, notamment Ayuqui va lui faire progressivement se remémorer des passages douloureux de son enfance.[2]

Résumer Kanon serait difficile en quelques mots, mais finalement la façon la plus simple de résumer l’oeuvre serait de poser la question suivante; ne vous êtes-vous jamais demandé si vous n’êtiez pas constamment dans un rêve? Les rêves semblent parfois si réels, comment être sûr que l’on ne va pas se réveiller à tout moment? Kanon touche du doigt cette problématique (et bien d’autres). Une série émouvante mais aussi parfois très drôle; l’un n’allant pas sans l’autre. Encore une fois l’ensemble est emmené par une bande sonore parfaite. Attention si l’envie vous en prend, prenez soin de bien regarder la série réalisée par Kyoto Animation parue en 2006 et non celle parue en 2002 par la Toei Animation. 

[2]Animeka

Clannad & Clannad After Story de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2007/2008)

Clannad After Story

 

Clannad raconte la vie d’un jeune lycéen, Tomoya Okazaki , qui s’avère être un cancre, également vu par les autres comme un délinquant. Plutôt lassé de sa vie, ses journées s’avèrent être trop monotones à son goût, rien qui ne semble réellement l’intéresser. Il espère donc voir sa vie changer un jour, et fait ainsi la rencontre de Nagisa Furukawa, étudiante dans le même lycée que lui, et qui semble très introvertie et plutôt studieuse (tout le contraire de Tomoya). Se liant d’amitié avec Nagisa, Tomoya ne va cesser de rencontrer une à une des filles ayant chacune des personnalités particulières. C’est ainsi que la vie de Tomoya sera bouleversée comme il ne l’aurait jamais pu l’imaginer. [3]

Clannad et Clannad After Story (deux saisons d’une même série), c’est un peu la série tranche de vie par excellence; la vie, la mort et tout ce qu’il y a au milieux. Si la première saison est peu molle et trop prévisible par moment, la deuxième saison est tout ce qu’il y a de plus extraordinaire dans l’histoire de la japanimation. After Story est totalement imprévisible dans son déroulement et -surtout- c’est un inducteur de crise de larme impitoyable. Impossible de retenir ces larmes durant les derniers épisodes, chaque épisode est plus poignant que le précédent. Certains peuvent reprocher à la série sa fin étrange (mais si vous prenez le temps de revoir la série une deuxième fois, vous comprendrez l’importance de tous les personnages, des orbes de lumières, et la signification du « monde des illusions » ainsi qu’un tas d’autres choses qui rendent la série encore plus captivante). Un régal.

[3] Animeka

Little Busters! & Little Busters! Refrain de Yamakawa Yoshiki [JC Staff] (2012/2013)

The-Gang-with-Cats

Kyôsuke, le leader des Little Busters, un groupe dont le but est de préserver la justice, est de retour au lycée. C’est l’occasion pour la bande de se réunir et d’organiser un match de baseball sur la demande de leur chef. Riki, l’un d’entre eux, a intégré le groupe très jeune, alors qu’il venait de perdre ses parents. Depuis il souffre de narcolepsie, une maladie qui l’handicape régulièrement. Il aura pour rôle de recruter des joueurs pour ce match, puisque Rin, idole du lycée et seule fille du groupe, a échoué dans cette tâche. C’est ainsi que débute une nouvelle aventure pleine de rencontres pour la bande de copain. Alors qu’ils sont en quête de nouveaux membres, Rin et Riki vont tomber sur Lenon, un chat errant qui va leur délivrer un message; « Il existe un secret dans ce monde ». Rin et Riki vont donc partir en quête de ce secret… [4]

Et oui, deux extraits vidéos, car franchement, la soundtrack elle envoie du bois…

Que dire sur Little Busters! si ce n’est que c’est probablement la série que j’ai le plus apprécié sur ces dernières années. Alors certes, on ne peut que regretter le fait que ce ne soit plus Kyoto Animation aux commandes (c’est moins beau, moins bien animé que Clannad, c’est un évidence). Certes la deuxième saison (Refrain!) aurait mérité d’avoir au moins dix épisodes de plus. Certes Little Busters! est blindé de défaut. Mais cette histoire est tellement belle, tellement touchante qu’il serait dommage de passer à côté. Emmené par une bande sonore encore une fois splendide, cette nouvelle adaptation d’une oeuvre de Jun Maeda est inoubliable.Elle saura vous surprendre dans ces derniers épisodes et vous fera comprendre ce que le mot « amitié » veut dire. Ne croyez pas que Little Busters! est juste une histoire de copains voulant former une équipe de baseball, ne vous laissez pas non plus abuser par le design gentillet des personnages… Little Busters! c’est bien plus que ça (mais difficile d’en dire plus pour ne rien dévoiler).


[4] Animeka

Angel Beats! de Seiji Kishi [P.A.Works] (2010)

Angel Beats!

Amnésique, Yuzuru se réveille dans un lieu qui lui est inconnu. À peine conscient, une jeune fille nommée Yuri lui annonce de but en blanc qu’il est mort et qu’il se trouve dans une sorte de purgatoire. Cette dernière se présente comme le chef d’un groupe d’opposants tentant de défier Dieu par les armes afin de se venger des souffrances qu’ils ont enduré dans leur vie antérieure. Bien que sceptique au premier abord, Yuzuru découvrira qu’il ne peut plus mourir dans ce nouveau monde et que le conflit virulent confrontant l’équipe de Yuri à un ange représentant de Dieu dans ce purgatoire est bel et bien réel. En quête de ses souvenirs (comment et pourqui est-il mort?), il s’engagera alors dans cette bataille qui paraît sans fin. [5]

Encore une adaptation de Jun Maeda, et encore un chef d’oeuvre. Angel Beats! est l’oeuvre la plus louffoque de son auteur alternant une ambiance particulièrement sombre voire gore avec des moments beaucoup plus poétique. Angel Beats! se laisse regarder tout seul, même si elle est à réserver aux spectateurs avisés. Le final, que je n’avais absolument pas vu venir vous décrochera une bonne crise de larmes.

[5]Animeka

Ano Hi Mita Hana no Namae wo Bokutachi wa Mada Shiranai de Nagai, Tatsuyuki [Aniplex] (2011)

Anohana

Plusieurs années ont passé depuis le temps où Jin-tanMenmaPoppoAnaruYukiatsu et Tsuruko s’amusaient ensemble en formant les « Superdéfenseurs de la paix ». Aujourd’hui adolescents, chacun est parti de son côté pour suivre la voie dans laquelle il souhaitait s’engager, et ceux qui étaient amis d’enfance se retrouvent désormais séparés par des envies et des buts différents. Cependant, ces derniers partagent tous la même douleur liée à la disparition de Menma. Incapable de surmonter son traumatisme, Jin-tan s’est exclu de la société et voit par moment le fantôme de cette dernière. Incompris par ses connaissances, celui-ci, persuadé qu’il est victime d’hallucinations, souhaite malgré tout réaliser le vœu de son amie défunte afin qu’elle puisse reposer en paix. Dans ce but, il va chercher à reformer cet ancien groupe d’amis dont il était le leader et réouvrir une blessure profondément enfouie dans leur cœur. Alors que les images perçues par Jin-tan ne sont peut être que des illusions, tous se rendront compte que leur désir d’honorer la mémoire de Menma est quant à lui bien réel… [6]

Ano Hana reprend un peu les principes de Little Busters! mais en l’explorant d’une manière différente. Plus court et donc plus condensée, la série n’en reste pas moins un véritable vent de fraîcheur dans le monde de la japanimation. Ne sombrant jamais trop dans la facilité, l’auteur a su créer des moments magiques là où on n’aurait jamais imaginé pouvoir en trouver (une partie de Pokemon en câble link entre deux amis d’enfance). Là encore les musiques sont somptueuses dans leur intégralité.

[6] Animeka

Ef A Tale of Memories & Ef A Tale of Melodies de Oonuma, Shin &  Kubota, Mitsutoshi

Dans le monde, chaque être humain possède ses propres rêves qui lui permettent d’avancer. Renji est un étudiant qui pense ne plus pouvoir réaliser le sien jusqu’au jour où il croise Chihiro dans une station de gare abandonnée. En raison de sa santé, cette jeune fille est non scolarisée et ne possède pas d’amis. Subissant une perte de la mémoire toute les 13 heures, elle est obligée de tenir à jour son journal intime et de le relire chaque matin pour savoir ce qu’il s’est passé les jours d’avant. Face à ce problème, Renji tentera d’apporter un peu de bonheur à Chihiro en dépit de la souffrance qu’il devra endurer pour cela.
Dans une ville de l’autre côté du globe, la sœur aînée de Chihiro, Kei, passe ses journées avec son ami d’enfance Hirono pour lequel elle entretient des sentiments plus poussés que ceux de l’amitié. Ce dernier qui malgré son jeune âge est un mangaka professionnel va rencontrer une mystérieuse jeune fille du nom de Miyako. Etant aussi libre que lui, les deux étudiants passeront du temps ensemble au grand dam de Kei.
« Si nous ne sommes que des pantins pour Dieu qui s’amuse de notre situation, pourrons‑nous réaliser nos rêves ? » [7]

C’est un peu la perle rare (ou la perle noire), un bijoux de noirceur et de sentiments. Ef va loin, très loin, peut être trop loin parfois, n’épargnant rien à ses protagonistes (mais je vous laisse découvrir ça par vous même). Ce qui est rafraîchissant dans Ef c’est ce parti pris artistique avec parfois des choix très intéressant; passage au noir et blanc, intégration d’image réelles. Un régal pour vos yeux et vos oreilles (soundtrack signée Tenmon oblige).

[7] Animeka

Et voilà, ce sera tout pour cette fois, c’est déjà pas mal! J’espère que cela vous aura permis de découvrir certaines séries et/ou pièce musicale! N’hésitez pas à partager vos meilleures expériences en matière de séries animées en commentaire!

Mon blog a 7ans (et quelques jours)…

Et c’est donc l’occasion de faire le point après sept années passées à bloguer, de manière certes très irrégulière, mais à bloguer quand même.

Pour rappel j’ai commencé à bloguer sérieusement à partir de février 2007, le blog était alors hébergé sur blogspot à cette adresse: http://fredo57.blogspot.fr (le blog est toujours en ligne pour les curieux), puis j’ai migré vers OVH pour devenir L’univers D’un Geek, puis plus récemment devenir doc4geek. Initialement le blog était plus personnel, mais comme ma vie est remplie de jeux vidéo, de japanime et autres joyeuseté; le blog a fini par devenir un blog très « spécialisé » avec quelques rares billets d’humeur.

Je reconnais qu’avec le temps la plupart des billets ont eu tendance à devenir rachitique par rapport à ce qu’ils ‘étaient par le passé. J’avoue consacrer moins de temps à bloguer et écrire des articles de fond un peu plus creusés. C’est un choix et un manque de courage (aussi) je l’avoue. J’aimerai parfois écrire des pavés sur un tas de chose mais cela me prend beaucoup de temps, et du temps, il m’en manque… J’avoue que quand j’ai du temps libre, je préfère jouer ou aller au cinéma plutôt que d’écrire un billet.

Je reconnais aussi qu’en sept ans, la blogosphère a beaucoup évolué et quand je vois tous les excellents blogs qui parsèment la toile, j’avoue que je me sens un peu découragé, non pas que je vise l’excellence, mais je ne vois vraiment pas la plus value que je peux apporter avec le mien, chose que je ne ressentais pas il y a 7ans. C’est peut être aussi pour ça que ma motivation est un peu à la traîne. Du coup je réfléchis régulièrement à des idées qui pourraient me permettre de me démarquer, mais non je ne trouve pas (hormis faire des shooting de boxset d’import Jap que l’on trouve nul part ailleurs sur la toile). Du moins si, il y aurait des tas de choses à faire mais considérant ma vie privé et professionnelle, je ne vois vraiment pas comment mettre ça en oeuvre. Donc finalement je continue, lentement mais surement sur mon train train habituel (à savoir aucun rythme ou ligne de conduite bien défini, ce blog est devenu un fourre tout).

Motivation, motivation!!

Parfois j’aimerai bloguer des expériences du boulot, mais quand arrive le soir et que la journée de travail se termine, j’ai envie de tout sauf de reparler du boulot, donc cette idée (loin d’être mauvaise) tourne en rond. Et que ce soit sur cette idée ou une autre, le gros problème quand on veut donner une vraie ligne directrice à un blog c’est de se dire qu’il va falloir s’inscrire dans la durée et ça, c’est quelque chose de très difficile pour moi, par exemple me dire; une critique ciné par mois, j’ai l’impression que je ne m’y tiendrai jamais: c’est bête mais c’est comme ça. Vous l’aurez compris ma vie de blogueur est très compliquée.

Oui, bloguer c’est du boulot, et j’encourage quiconque doutant de cette affirmation à se lancer dans l’aventure. Mais bon, je vous promets d’essayer de faire revivre ce blog comme a ses débuts; plein de fougue et d’envie…

Concernant le dernier concours mis en ligne pour gagner Angel Beats en BluRay, je communiquerai le nom du gagnant dans la semaine, donc stay tuned! C’est sur ces belles paroles que je vais vous laisser mes très chers lecteurs!

Florian Bur – Life Goes On

Life Goes On est un « remake » d’un court métrage utilisé par Manikako une organisation qui offre aux enfants les plus démunis des Philippines la possibilité de recevoir des poupées et jouets fabriqués à partir de vieux vêtements. Le court métrage a été remonté par BOND sur une musique de Florian Bur.

Si les références cinématographiques abondent, la musique est parfaite, il s’agit là de quelques minutes d’extase. A voir et à revoir.

[CD/Manga] Nagi No Asukara Opening Soundtrack & Manga

Nagi No Asukara est probablement la plus belle surprise de cette saison 2013/2014 au pays des séries animées japonaises. Et forcément, quand je suis fan, je craque mon slip. Et donc en plus de m’être lancé dans l’achat de l’intégrale en BluRay, j’ai reçu cette semaine le CD&DVD de l’opening. Le DVD bonus contient l’opening version clean (sans aucune inscription) et plusieurs clips promos.

Nagi No Asukara
Nagi No Asukara
Nagi No Asukara
Nagi No Asukara

Le manga reprend l’histoire de l’anime mais… en manga.

Bonne Année 2014! Bonne santé et plein de BluRay! Nagi No Asukara…

Je ne peux débuter ce billet sans vous souhaiter une bonne et heureuse année 2014! Je sais que je me fais rare sur le blog, mais que voulez vous, c’est la vie (quelle banalité que de dire ça). En tous les cas, je remercie tout ceux qui continue de venir régulièrement sur le blog, ça fait vraiment plaisir de voir qu’il y a des gens qui même lorsque le blog est dormance viennent faire un petit tour!

Je vous épargnerai les traditionnels; Meilleurs « machin » de l’année, car au fond, cela ne que peu d’intérêt à mon sens. Et mes coups de coeur, vous les connaissez si vous suivez mon blog et/ou mon Twitter. Alors revenons à « l’essentiel », les arrivages de la fin d’année 2013. Et ils ont été nombreux. Sur ce billet on ne s’axera que sur le versant Japanimation. Et oui, comme chacun sait, je suis monomaniaque. Cette fin d’année a donc été l’occasion de faire le full set de «  My Youth Romantic Comedy is Wrong As I Expected » version BluRay LE.

Collection Japanimation_06
Collection Japanimation_07
Collection Japanimation_08
Collection Japanimation_09
Collection Japanimation_10
Collection Japanimation_11
Collection Japanimation_12
Collection Japanimation_13
Collection Japanimation_14

Autre arrivage nippon, les 4 premiers volumes de « Sunday Whithout God« , toujours en BluRay LE. Le packaging est vraiment de grande qualité. J’avais déjà parlé un peu de cette série par le passé, elle est vraiment agréable à suivre, le chara design et les décors sont somptueux, les musiques sont de grande qualité. C’est d’ailleurs pour ça que je me suis procuré la soundtrack officielle.

Collection Japanimation_15
Collection Japanimation_16
Collection Japanimation_17
Collection Japanimation_18
Collection Japanimation_19
Collection Japanimation_20
Collection Japanimation_21
Collection Japanimation_22
Collection Japanimation_23
Collection Japanimation_24
Collection Japanimation_25
Collection Japanimation_26
Collection Japanimation_27
Collection Japanimation_28
Collection Japanimation_29
Collection Japanimation_30

On continue avec le premier volume du BluRay de Nagi No Asukara, qui est probablement mon gros coup de coeur de cette fin d’année. Réalisé par PA Works (Angel Beats), cette anime raconte l’histoire d’un peuple vivant dans une cité sous marine devant par la force des choses entrer en contact avec le monde de la surface. C’est rafraîchissant, c’est très beau et c’est presque surprenant par moment. Un régal.

Collection Japanimation
Collection Japanimation_02
Collection Japanimation_03
Collection Japanimation_05

Autre arrivage les 4 premiers volume d’Hyperdimension Neptunia en BluRay LE. C’est sans commentaire ^^

Collection Japanimation_31
Collection Japanimation_32
Collection Japanimation_33
Collection Japanimation_35
Collection Japanimation_36
Collection Japanimation_38
Collection Japanimation_39
Collection Japanimation_40

Et enfin, « last but not least », les goodies Little Busters, après que la série se soient conclus majestueusement. Il n’y a plus qu’à attendre les blurays de Refrain! avec les OAVs Ecstasy. A noter dans le lot, la présence du BluRay de l’OAV « The Saito’s Mask« , un inédit réservé aux possesseurs de l’intégrale de la saison 1 (il  a fallu envoyer les preuves d’achats au Japon etc).

Collection Japanimation_41
Collection Japanimation_42
Collection Japanimation_43
Collection Japanimation_44
Collection Japanimation_45
Collection Japanimation_46

Et bien entendu, la collection s’agrandit et commence réellement à a voir de la gueule!

Collection Japanimation_47
Collection Japanimation_48
Collection Japanimation_49
Collection Japanimation_50
Collection Japanimation_51
Collection Japanimation_52
Collection Japanimation_53

C’est tout pour cette fois et c’est déjà pas mal. A très vite!