Navigate / search

Souvenirs de Marnie – Hiromasa Yonebayashi

Il y a des studios qui auront marqué l’histoire du cinéma de leur empreinte, Ghibli fait indéniablement parti de ceux-là. Aussi, quand le film annoncé comme le dernier long métrage Ghibli (du moins avant un bon bout de temps) pointe le bout de son nez, il est donc tout à fait normal de l’attendre avec impatience… Rassurez-vous, l’attente ne s’est pas soldée par une déception (chose courante quand on attend beaucoup d’un long métrage).

Souvenirs de Marnie (Omoide No Marnie) est donc réalisé par Hiromasa Yonebayashi (à qui on devait Arietty et le petit monde des Chapardeurs) et nous raconte l’histoire d’une jeune fille solitaire et sombre, envoyée à la campagne pour soigner son asthme, qui explore les environs et découvre une vieille villa dans les marais qui serait hantée par… (je vous laisse découvrir par vous même)

016936

La recette reste la même, un environnement somptueux visuellement mais très ancré dans la réalité avec une touche de fantastique qui vient rythmer le récit. J’avais adoré le dernier film de Myazaki même si j’étais un peu resté sur ma fin (manque de magie, rythme un peu trop lent) et j’appréhendais Souvenirs de Marnie par peur d’être déçu. Balayons tous ces doutes d’un revers de main, le dernier film estampillé Ghibli est somptueux.

020471

Sans défleurer l’intrigue, le film revient aux fondamentaux qui ont fait le succès de Ghibli; décor somptueux où la nature a toute sa place, l’importance des valeurs familiales, des personnages féminins forts et haut couleurs, une ambiance envoûtante, des musiques discrètes mais enrobant parfaitement le film d’une ambiance mélancolique.

L’ambiance parlons-en, Marnie est un film profondément mélancolique, confrontant un personnage à la quête de son passé et de ses souvenirs. Tout est fait pour donner une sensation de vague à l’âme et cette ambiance n’abandonnera jamais le spectateur (générique de fin inclus). Et pourtant, on ne peut s’empêcher de sourire (la larme à l’oeil) en repensant à cette histoire tellement simple et pourtant tellement bien racontée, tant on s’est senti bien pendant presque deux heures.

Souvenirs-de-Marnie-les-eaux-troubles-de-l-enfance_article_popin

Le film ne serait rien sans son personnage principal: Anna, adolescente ne trouvant pas sa place dans la société. Si le personnage est réussi c’est parce qu’il ne sombre pas dans les clichés et que ses réactions restent très plausible (là aussi je préfère ne pas citer d’exemple pour ne gâcher l’expérience à personne). De même la relation qu’elle entretient avec Marnie (l’autre personnage principal du film) est tellement mystérieuse qu’elle suffit à tenir en haleine tout le long du récit.

Les thématiques abordées sont multiples; la famille, l’adolescence, les relations parents/enfants, et forcément parfois on aurait aimé un peu plus de profondeur sur certains aspects mais cela aurait été au dépend de l’ambiance et cela aurait été vraiment dommage tant le film est poétique de bout en bout. Car c’est bien là le point fort du film, sa frénésie mélancolique tant sur le plan visuelle qu’auditif, rien ne sort le spectateur de cette ambiance onirique.

Le réalisateur s’est toujours défendu d’avoir réalisé son film en sachant qu’il serait peut être le dernier film Ghibli, il n’empêche que la dernière scène sonne comme une métaphore du spectateur disant aurevoir à l’univers Ghibli.

En résumé, souvenirs de Marnie est un régal, un film juste, terriblement mélancolique, mais tellement beau et pourvoyeur d’un torrent d’émotions. Il sonnera quoiqu’il arrive un tournant dans l’histoire de Ghibli. Donc courez dans vos cinémas tant qu’il est encore temps!

Comments

Maven
Reply

Bel article, qui me fait un peu regretter de ne pas être allée le voir au cinéma avec Nino (bon on a vu Imitation Game et Wild, ce serait déplacé de me plaindre).

Je sens qu’il va me plaire ce dernier film <3

Leave a comment

name*

email* (not published)

website