Navigate / search

Aldnoah Zero BluRay & OST

Je ne crierai jamais assez à quel point j’ai adoré la première saison d’Aldnoah Zero, c’est donc tout naturellement que je me suis procuré le premier volume de l’Edition Limité Japonaise en BluRay, mais aussi le score, les opening et les endings. Encore une fois l’ensemble est d’une excellente qualité tant sur le plan du packaging que sur un plan purement artistique et technique. Un véritable régal.

Commençons par le BluRay contenant donc les trois premiers épisodes de cette première saison, ainsi qu’un CD audio comprenant les OST correspondantes aux épisodes contenues dans le BluRay et des mini artbook contenant des storyboard ainsi que des artworks sur les prototypes des différents personnages.

Vient ensuite, le score (totalement splendide) ainsi que les OP et ED.

La soundtrack est vraiment capable d’alterner les moments épiques comme les moments plus posés… Encore une fois cette série est exceptionnelle en bien des points. Une perle.

[Japanimation] Aldnoah.Zero (アルドノア・ゼロ), une série d’exception.

Aldnoah.Zero (アルドノア・ゼロ Arudonoa Zero?) est une série animée SF/Mecha développée par Olympus Knights et A-1 Pictures. Le réalisateur principal est Ei Aoki et et le concept original de la série vient de Gen Urobuchi, tous les deux avaient déjà travaillés sur l’excellent série Fate/Zero. Katsuhiko Takayama se charge du script,  Hiroyuki Sawano a composé le score et Kalafina est chargée de l’opening.

Une histoire d’Aldnoah

En 1972, un étrange portail fonctionnant à base d’Aldnoah (une source d’energie) et menant à la planète Mars fut découvert sur la Lune. Cette découverte marqua le début de l’installation humaine sur cette planète, notamment grâce à Rayregalia Vers Rayvers, qui se vit confier les secrets de l’Aldnoah. Un secret et un pouvoir transmis à ses descendants.
Quelques années plus tard, Mars et la Terre entrent en conflit, provoquant la destruction du portail lunaire et d’une partie du satellite. Ce phénomène, connu sous le nom de Heaven Fall, mis temporairement fin au conflit. Mais celui-ci est réanimé une quinzaine d’années plus tard lorsque la princesse martienne Asseylum Vers Allusia est assassinée au cours d’une visite diplomatique sur Terre. C’est dans ce contexte que débute la série.

Cataphracte

Un background impressionnant

Si la série est si prenante c’est probablement grâce à son background, tout au long de cette première saison pèse le poids des évènements de Heaven Fall. Ceci est renforcé par le fait que non seulement ces évènements aient une répercussion sur l’intrigue politique de l’histoire (le conflit terriens vs martiens) mais également sur la psychologie des personnages (le traumatisme psychologique de Marito par exemple). L’ensemble est cohérent, chose pas toujours facile dans ce genre de récit, et facilite l’immersion. Certes, en douze épisodes il est relativement difficile de s’ennuyer (quoique, Glasslip ait presque réussi ce triste exploit). La force toute particulière d’Aldnoah Zero c’est d’unifier les intrigues personnelles des personnages avec les évènements qui se déroulent dans la série de manière plus globale. Ainsi l’histoire de la princesse martienne Asseylum est intimement lié à celle de Slaine (le terrien ayant grandit sur Mars) et Rayet est une martienne vivant sur Terre. Ces personnages doivent évoluer dans un climat de tension globale entre terrien et martien (une guerre ouverte à proprement parler).

La rencontre entre Slaine et la princesse Asseyllum
La rencontre entre Slaine et la princesse Asseyllum

Une soundtrack épique

Globalement le score composé par Sawano est un sans faute du début à la fin, sachant alterné parfaitement les moments d’ambiance calme et posé et les scènes épiques de combat de mecha. Rajoutez à cela des OP et ED totalement en phase avec l’ambiance globale de la série, on peut quasiment parler de chef d’oeuvre. A ce titre je viens de recevoir le Score, les singles OP/ED et ça passe en boucle (parfait pour illustrer mes parties de Starcraft II)

Inaho, un héro très froid.
Inaho, un héro très froid.

2001, l’Odysée de l’Espace pour inspiration

Evidemmet Aldnoah Zero se posent en série de référence de part son staff (difficile de se planter avec une telle équipe à la tête du projet), mais également de part ses inspirations et ses clins d’oeil qui raviront les fans de science fictions. Evidemment, difficile de ne pas évoquer 2001, L’Odysée de l’Espace de Kubrick.

La Princesse de Vers et sa servante Edellrittuo. Notez le sol carrelé et la décoration avec un style victorien.
La Princesse de Vers et sa servante Edellrittuo. Notez le sol carrelé et la décoration avec un style victorien.
L'Odysée de l'Espace, les décors, les carrelages.... La comparaison est évidente.
L’Odysée de l’Espace, les décors, les carrelages…. La comparaison est évidente.

Toujours pas convaincu, voyez le site de découverte de l’artefact Martien sur la lune dans Aldnoah Zero et celui du monolithe lunaire dans 2001.

Notez l'architecture labyrinthique, les hommes en surplomb du site de fouille
Notez l’architecture labyrinthique, les hommes en surplomb du site de fouille
Que dire de plus...
Que dire de plus…

Par ailleurs le design des mechas rappelle forcément un peu celui de Gundam, en particulier celui du comte Saazbaum. Je pourrai continuer des heures tant la liste est longue, mais c’est autant de référence digérée qui rendent cette oeuvre agréable à suivre.

Un rythme soutenu en permanence

Aldnoah Zero ne casse (presque) jamais son rythme, les cliffhangers sont nombreux (celui de l’episode 9 m’a rendu fou) et l’attente du prochain épisode est à chaque fois plus pénible à endurer. Le final de cette première saison est un régal et laisse le téléspectateur avec une sensation de désespoir totale. L’attente jusqu’à janvier 2015 (pour la conclusion de la série en 12 épisodes) risque d’être très longue.

En résumé, vous l’aurez compris, je ne peux que vous recommander chaudement Aldnoah Zero qui est disponible en streaming gratuit VOSTFR sur Crunchyroll.