Navigate / search

Ces séries animées qu’il faut voir avant de mourir…

La vie est courte, les temps sont durs et les séries animées sont légions. Cet article est là pour faire découvrir au plus grand nombre des séries animées que j’ai particulièrement apprécié. Il y aura toujours quelqu’un pour dire qu’il manque tel ou tel série, et évidemment ce guide n’a aucune valeur exhaustive et ne saurait prétendre être la vérité absolue. Alors profitez de la visite, installez-vous, c’est parti. Je tiens à préciser que je ne parlerai ici uniquement des séries animées (par opposition au long métrage).
J’en profite pour souligner au passage que l’heureuse gagnante du concours permettant de gagner un coffret collector du BluRay d’Angel Beats a été contacté, elle devrait recevoir son précieux d’ici peu…

Air de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2005)

AirTV

Kunisaki Yukito est un jeune homme qui gagne sa vie grâce à des spectacles de marionnette qu’il semble contrôler par la magie.
Il parcourt le monde à la recherche d’une fille ayant des ailes qui lui permettrait de voler, poursuivant ainsi le rêve de sa mère. Un jour il arrive dans un village et fait la rencontre de Misuzu, une jeune fille timide et naïve. La mère de celle‑ci, une adulte irresponsable, accepte qu’il loge chez elle s’il s’occupe de Misuzu. Il rencontre aussi Kano Kirishima, une fille mystérieuse qui dit pouvoir utiliser la magie et dont le meilleur ami est un adorable chien apellé Potato, ainsi que sa grande sœur qui tient la seule clinique du village. Il y a aussi Minagi, la première de la classe et son amie Michiru, une enfant pour le moins turbulente. Il va décider de rester quelque temps dans ce village où le rêve de beaucoup semble être de voler dans le ciel… [1]

Air est une série particulièrement réussie, premier fruit de la collaboration entre Kyoto Animation et Key, elle contient tous les ingrédients nécessaire à un drame. Les personnages sont attachants, les décors splendide et la bande sonore un régale. Difficile de ne pas se sentir ébranlé au moment du dénouement finale. Certes, on pourra toujours pester contre la « naïveté exgérée » de Misuzu ou le côté un peu trop « kawai » des personnages, mais au final l’équilibre rose bonbon et la tristesse qui découle de la vision de l’épisode final est assez respecté. Bref, une série à voir pour qui souhaiterait prendre un bain de soleil (oui la majeure partie de l’histoire se passe en été, et entre les paysages maritimes et le chant des cigales, on s’y croirait presque).

[1] Animeka

Kanon de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2006)

Kanon - 22

Yuichi retourne dans sa ville natale dans laquelle il n’est pas revenu depuis l’enfance. Il s’installe donc chez sa tante et sa cousine Nayuki et intègre le lycée. Il va rencontrer de nouvelles personnes et retrouver d’anciennes connaissances essentiellement féminines, notamment Ayuqui va lui faire progressivement se remémorer des passages douloureux de son enfance.[2]

Résumer Kanon serait difficile en quelques mots, mais finalement la façon la plus simple de résumer l’oeuvre serait de poser la question suivante; ne vous êtes-vous jamais demandé si vous n’êtiez pas constamment dans un rêve? Les rêves semblent parfois si réels, comment être sûr que l’on ne va pas se réveiller à tout moment? Kanon touche du doigt cette problématique (et bien d’autres). Une série émouvante mais aussi parfois très drôle; l’un n’allant pas sans l’autre. Encore une fois l’ensemble est emmené par une bande sonore parfaite. Attention si l’envie vous en prend, prenez soin de bien regarder la série réalisée par Kyoto Animation parue en 2006 et non celle parue en 2002 par la Toei Animation. 

[2]Animeka

Clannad & Clannad After Story de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2007/2008)

Clannad After Story

 

Clannad raconte la vie d’un jeune lycéen, Tomoya Okazaki , qui s’avère être un cancre, également vu par les autres comme un délinquant. Plutôt lassé de sa vie, ses journées s’avèrent être trop monotones à son goût, rien qui ne semble réellement l’intéresser. Il espère donc voir sa vie changer un jour, et fait ainsi la rencontre de Nagisa Furukawa, étudiante dans le même lycée que lui, et qui semble très introvertie et plutôt studieuse (tout le contraire de Tomoya). Se liant d’amitié avec Nagisa, Tomoya ne va cesser de rencontrer une à une des filles ayant chacune des personnalités particulières. C’est ainsi que la vie de Tomoya sera bouleversée comme il ne l’aurait jamais pu l’imaginer. [3]

Clannad et Clannad After Story (deux saisons d’une même série), c’est un peu la série tranche de vie par excellence; la vie, la mort et tout ce qu’il y a au milieux. Si la première saison est peu molle et trop prévisible par moment, la deuxième saison est tout ce qu’il y a de plus extraordinaire dans l’histoire de la japanimation. After Story est totalement imprévisible dans son déroulement et -surtout- c’est un inducteur de crise de larme impitoyable. Impossible de retenir ces larmes durant les derniers épisodes, chaque épisode est plus poignant que le précédent. Certains peuvent reprocher à la série sa fin étrange (mais si vous prenez le temps de revoir la série une deuxième fois, vous comprendrez l’importance de tous les personnages, des orbes de lumières, et la signification du « monde des illusions » ainsi qu’un tas d’autres choses qui rendent la série encore plus captivante). Un régal.

[3] Animeka

Little Busters! & Little Busters! Refrain de Yamakawa Yoshiki [JC Staff] (2012/2013)

The-Gang-with-Cats

Kyôsuke, le leader des Little Busters, un groupe dont le but est de préserver la justice, est de retour au lycée. C’est l’occasion pour la bande de se réunir et d’organiser un match de baseball sur la demande de leur chef. Riki, l’un d’entre eux, a intégré le groupe très jeune, alors qu’il venait de perdre ses parents. Depuis il souffre de narcolepsie, une maladie qui l’handicape régulièrement. Il aura pour rôle de recruter des joueurs pour ce match, puisque Rin, idole du lycée et seule fille du groupe, a échoué dans cette tâche. C’est ainsi que débute une nouvelle aventure pleine de rencontres pour la bande de copain. Alors qu’ils sont en quête de nouveaux membres, Rin et Riki vont tomber sur Lenon, un chat errant qui va leur délivrer un message; « Il existe un secret dans ce monde ». Rin et Riki vont donc partir en quête de ce secret… [4]

Et oui, deux extraits vidéos, car franchement, la soundtrack elle envoie du bois…

Que dire sur Little Busters! si ce n’est que c’est probablement la série que j’ai le plus apprécié sur ces dernières années. Alors certes, on ne peut que regretter le fait que ce ne soit plus Kyoto Animation aux commandes (c’est moins beau, moins bien animé que Clannad, c’est un évidence). Certes la deuxième saison (Refrain!) aurait mérité d’avoir au moins dix épisodes de plus. Certes Little Busters! est blindé de défaut. Mais cette histoire est tellement belle, tellement touchante qu’il serait dommage de passer à côté. Emmené par une bande sonore encore une fois splendide, cette nouvelle adaptation d’une oeuvre de Jun Maeda est inoubliable.Elle saura vous surprendre dans ces derniers épisodes et vous fera comprendre ce que le mot « amitié » veut dire. Ne croyez pas que Little Busters! est juste une histoire de copains voulant former une équipe de baseball, ne vous laissez pas non plus abuser par le design gentillet des personnages… Little Busters! c’est bien plus que ça (mais difficile d’en dire plus pour ne rien dévoiler).


[4] Animeka

Angel Beats! de Seiji Kishi [P.A.Works] (2010)

Angel Beats!

Amnésique, Yuzuru se réveille dans un lieu qui lui est inconnu. À peine conscient, une jeune fille nommée Yuri lui annonce de but en blanc qu’il est mort et qu’il se trouve dans une sorte de purgatoire. Cette dernière se présente comme le chef d’un groupe d’opposants tentant de défier Dieu par les armes afin de se venger des souffrances qu’ils ont enduré dans leur vie antérieure. Bien que sceptique au premier abord, Yuzuru découvrira qu’il ne peut plus mourir dans ce nouveau monde et que le conflit virulent confrontant l’équipe de Yuri à un ange représentant de Dieu dans ce purgatoire est bel et bien réel. En quête de ses souvenirs (comment et pourqui est-il mort?), il s’engagera alors dans cette bataille qui paraît sans fin. [5]

Encore une adaptation de Jun Maeda, et encore un chef d’oeuvre. Angel Beats! est l’oeuvre la plus louffoque de son auteur alternant une ambiance particulièrement sombre voire gore avec des moments beaucoup plus poétique. Angel Beats! se laisse regarder tout seul, même si elle est à réserver aux spectateurs avisés. Le final, que je n’avais absolument pas vu venir vous décrochera une bonne crise de larmes.

[5]Animeka

Ano Hi Mita Hana no Namae wo Bokutachi wa Mada Shiranai de Nagai, Tatsuyuki [Aniplex] (2011)

Anohana

Plusieurs années ont passé depuis le temps où Jin-tanMenmaPoppoAnaruYukiatsu et Tsuruko s’amusaient ensemble en formant les « Superdéfenseurs de la paix ». Aujourd’hui adolescents, chacun est parti de son côté pour suivre la voie dans laquelle il souhaitait s’engager, et ceux qui étaient amis d’enfance se retrouvent désormais séparés par des envies et des buts différents. Cependant, ces derniers partagent tous la même douleur liée à la disparition de Menma. Incapable de surmonter son traumatisme, Jin-tan s’est exclu de la société et voit par moment le fantôme de cette dernière. Incompris par ses connaissances, celui-ci, persuadé qu’il est victime d’hallucinations, souhaite malgré tout réaliser le vœu de son amie défunte afin qu’elle puisse reposer en paix. Dans ce but, il va chercher à reformer cet ancien groupe d’amis dont il était le leader et réouvrir une blessure profondément enfouie dans leur cœur. Alors que les images perçues par Jin-tan ne sont peut être que des illusions, tous se rendront compte que leur désir d’honorer la mémoire de Menma est quant à lui bien réel… [6]

Ano Hana reprend un peu les principes de Little Busters! mais en l’explorant d’une manière différente. Plus court et donc plus condensée, la série n’en reste pas moins un véritable vent de fraîcheur dans le monde de la japanimation. Ne sombrant jamais trop dans la facilité, l’auteur a su créer des moments magiques là où on n’aurait jamais imaginé pouvoir en trouver (une partie de Pokemon en câble link entre deux amis d’enfance). Là encore les musiques sont somptueuses dans leur intégralité.

[6] Animeka

Ef A Tale of Memories & Ef A Tale of Melodies de Oonuma, Shin &  Kubota, Mitsutoshi

Dans le monde, chaque être humain possède ses propres rêves qui lui permettent d’avancer. Renji est un étudiant qui pense ne plus pouvoir réaliser le sien jusqu’au jour où il croise Chihiro dans une station de gare abandonnée. En raison de sa santé, cette jeune fille est non scolarisée et ne possède pas d’amis. Subissant une perte de la mémoire toute les 13 heures, elle est obligée de tenir à jour son journal intime et de le relire chaque matin pour savoir ce qu’il s’est passé les jours d’avant. Face à ce problème, Renji tentera d’apporter un peu de bonheur à Chihiro en dépit de la souffrance qu’il devra endurer pour cela.
Dans une ville de l’autre côté du globe, la sœur aînée de Chihiro, Kei, passe ses journées avec son ami d’enfance Hirono pour lequel elle entretient des sentiments plus poussés que ceux de l’amitié. Ce dernier qui malgré son jeune âge est un mangaka professionnel va rencontrer une mystérieuse jeune fille du nom de Miyako. Etant aussi libre que lui, les deux étudiants passeront du temps ensemble au grand dam de Kei.
« Si nous ne sommes que des pantins pour Dieu qui s’amuse de notre situation, pourrons‑nous réaliser nos rêves ? » [7]

C’est un peu la perle rare (ou la perle noire), un bijoux de noirceur et de sentiments. Ef va loin, très loin, peut être trop loin parfois, n’épargnant rien à ses protagonistes (mais je vous laisse découvrir ça par vous même). Ce qui est rafraîchissant dans Ef c’est ce parti pris artistique avec parfois des choix très intéressant; passage au noir et blanc, intégration d’image réelles. Un régal pour vos yeux et vos oreilles (soundtrack signée Tenmon oblige).

[7] Animeka

Et voilà, ce sera tout pour cette fois, c’est déjà pas mal! J’espère que cela vous aura permis de découvrir certaines séries et/ou pièce musicale! N’hésitez pas à partager vos meilleures expériences en matière de séries animées en commentaire!

[Concours] Angel Beats Edition Française BluRay Saphir Edition à gagner!

Pour fêter l’arrivée d’une oeuvre de Jun Maeda sur le territoire français, je vous propose de gagner l’édition Saphir en BluRay de l’intégrale de la série (Oui, rien que ça!). Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit:

-De commenter cet article en racontant en quelques lignes quelle est pour vous l’anime qui vous a laissé le plus beau souvenir.
ReTweeter le concours; cela doublera vos chances.
-De partager le lien du concours via Facebook

Vous avez une semaine.

Angel Beats raconte l’histoire de Yuzuru Otonashi, un jeune homme amnésique qui se réveille dans un lycée qui s’avère être une sorte de purgatoire. En effet, une jeune fille lui explique que toutes les personnes présentes ici sont en réalité morte et qu’ils sont ici pour mener une guerre contre Dieu qui les a fait souffrir de leurs vivants. Du rire et des larmes… Du Jun Maeda tout craché…

Les photos sont celles de mon coffret BluRay, le vôtre vous sera évidemment envoyé neuf et sous cellophane.

Angel Beats Limited Edition BluRay Full Set

En effet, c’est grâce à l’ami Bababaloo que j’ai pu obtenir ce full set à un prix plus que respectable, c’est donc l’occasion pour moi de le remercier grandement pour cette transaction! Juste au passage les BluRay étaient parfaitement emballés, protégés (tout ça tout ça…). Un véritable petit plaisir pour moi…

En effet je suis tombé sous le charme de cette série issue du cerveau de ce génie mental qu’est Jun Maeda. Autant la série peut paraître un peu loufoque au départ (On suit les aventures d’une bande de lycéen qui sont en fait morts mais qui, refusent d’aller au paradis et reste donc coincé dans une sorte de purgatoire qui n’est rien d’autre que leurs propres lycée!), autant elle se révèle être dramatiquement efficace en terme d’émotion sur ces derniers épisodes (l’intensité dramatique du dernier épisode vaut bien un épisode 16 de Clannad After Story).

En bref, un must have me concernant… Merci Baba