Navigate / search

[RetroGaming] Les chevaliers de Baphomet

Pour beaucoup, leurs premières expériences de Point and Click aura été la fameuse série des Monkey Island de LucasArt… Loin de moi de désacraliser cette mythique série, je dois vous avouer que quand on me dit Point And Click, je pense tout de suite aux Chevaliers de Baphomet.

Et oui, ce fut le premier Point and Click auquel j’ai joué, j’ai d’ailleurs du attendre la conversion sur Playstation avant de pouvoir y jouer. Il faut dire qu’à l’époque je n’avais pas de PC capable de faire tourner un quelconque jeu (hormis le démineur ou le solitaire). Par contre j’étais assez grand pour voir les screens du jeu dans les différents magazine et savoir que ce jeu me plaîrait quoiqu’il arrive; le côté décors en 2D façon BD/Dessin animés, c’était juste: FAIT POUR MOI.

Dans les chevaliers de Baphomet vous incarnez Georges Stobbart (un américain à Paris (!)). Alors que vous passez de tranquille vacances dans la capitale française, vous vous retrouvez impliqué bien malgré vous dans une histoire de meurtre qui prend des proportions incroyable et rapidement vous allez être confronté à l’Ordre des Templiers.

Les Chevaliers de Baphomet est un jeu qui n’a rien d’extraordinaire en tant que tel, je dirais même plus, c’est un point and click des plus basique, mais le côté humoristique (sans tomber dans la surenchère), l’enquête policière bien menée et l’aspect plus ou moins historique en font pour moi un incontournable du genre. Et puis, il faut rajouter que les doublages français participent grandement au statut de « culte » que je voue à ce jeu!

Le premier épisode connaîtra plusieurs suites, pour moi la seule valable est la seconde; les boucliers de Quetzacoalt qui vous emmène sur les traces des Mayas. Les épisodes suivant sont de vastes fumisteries à mon sens (tout le charme de la série ayant disparu; ne cherchez pas à me convaincre du contraire je ne changerai pas!)

Si vous n’avez jamais essayé, je ne peux que vous conseiller de vous immerger dans cette histoire de meurtre et de clown (prononcé « claoune » :D), car vraiment ça en vaut la peine, d’autant que les graphismes n’ont quasiment pas vieilli et qu’un point and click, reste un point and click et donc par définition: indémodable.