Navigate / search

[Jeux Vidéo]Resident Evil 5:Alternative Edition

[singlepic id=232 w=640 h=480 float=center]

Tout le monde le sait ici, j’ai adoré Resident Evil 5, tout comme j’adore la saga Resident Evil. L’annonce de cette Alternative Edition m’a dans un premier temps presque fait ni chaud ni froid, mais quand j’ai vu le contenu… J’ai failli laisser échapper un cri de joie devant mon ordi. Car hormis le faite que le jeu utilisera le nouveau système de contrôle de Sony, il proposera une aventure inédite de deux heures mettant en scène Jill & Chris… Dans le manoir Spencer… Autrement dit, on va retrouver l’ambiance et le côté glauque de Resident Evil premier du nom. Je vous laisse découvrir tous les détails de cette édition (infos provenant du site Biohazard France, qui lui même a traduit la news du forum Biohaze.com (traduction CVXFreak))

  • Capcom a décidé du nom « Alternative Edition » parce que le terme « Complete Edition » ne semblait pas approprié vis à vis de l’édition originale déjà convenablement fournie.
  • Capcom voulait fournir le nouveau contenu dans l’édition originale mais trouvait le jeu suffisant, et voulait le sortir rapidement.
  • Lorsque le jeu original est sorti, les joueurs ont exprimé leur désir de jouer avec Jill.
  • Capcom avait initialement proposé de rendre téléchargeable le nouveau contenu, mais il y en avait trop pour que ce soit faisable.
  • Le jeu commence dans l’entrée du Manoir Spencer représenté dans le flashback du jeu original, mais les fans du tout premier Biohazard vont certainement adorer le nouveau contenu.
  • Les manoirs Spencer de Biohazard et Biohazard 5 sont évidemment distincts.
  • Le jeu est conçu pour le Motion Controller de la PS3. Le système de combat de la série justifie l’addition de contrôles à détecteurs de mouvements. Le jeu tirera parti de la Dual Shock 3 pour déplacer les personnages, alors que le Motion Controller servira à attaquer et à d’autres usages.
  • Tout le contenu téléchargeable de l’édition originale sera présent sur le disque de l’Alternative Edition. Les joueurs pourront jouer avec ou contre les joueurs du Biohazard 5 original.
  • Les possesseurs de la première version pourront transférer leur sauvegarde de jeu et leurs trophées vers l’Alternative Edition.
  • Capcom pense également à ajouter de nouveaux costumes et modes de jeux.
  • Le sang dans le hall principal du manoir est dû à un incident qui s’est produit, et les joueurs comprendront dès leur entrée dans le bâtiment, ce qu’est cet incident.
  • Biohazard était un jeu en solo, alors que Biohazard 5 sera en coopération, malgré leurs environnements similaires.
  • La caméra derrière l’épaule sera utilisée, alors que vous l’avez vu sur les images, il n’y a pas d’ennemis présents…
  • A la question de savoir si les ennemis seront des Majini ou des zombies dans ce chapitre, Capcom est en train de déterminer les ennemis qui seront inclus, surtout que l’action se déroulera dans le manoir Spencer, avec Spencer occupant les lieux.
  • Capcom pense que le jeu contiendra le type de pièces et de lieux que les fans attendent.
  • Takeuchi a fini juste l’épisode de Jill, en 1h et 40 minutes, mais c’est parce qu’il est un joueur expérimenté. Les joueurs novices devraient mettre 2 heures la première fois. Evidemment, ce ne sera pas le seul contenu inclus dans le jeu
  • Capcom comprend qu’il y a des variances de goûts chez les joueurs en ce qui concerne la série.
  • Autant les joueurs qui ont déjà fini Biohazard 5 que les autres vont apprécier cette Alternative Edition. Capcom encourage également les nouveaux possesseurs de PS3 Slim à essayer le jeu.
  • Capcom prépare la version Xbox 360 sous une forme différente, et demandent aux joueurs d’attendre de plus amples informations sur le sujet dans le futur.

Vous trouverez ci-dessous les caps du dernier Famitsu concernant le jeu, et le trailer du jeu (ah les premières secondes avec la Sonate au claire de Lune…), ainsi qu’un lien vers le site officiel. ENJOUAILLEZ!!!

[singlepic id=227 w=320 h=240 float=] [singlepic id=228 w=320 h=240 float=] [singlepic id=229 w=320 h=240 float=] [singlepic id=230 w=320 h=240 float=] [singlepic id=231 w=320 h=240 float=]

[La Saga Resident Evil]Resident Evil: Code Veronica

[singlepic id=168 w=320 h=240 float=center]

Chose promise, chose dûe, voici le retour des petits « dossiers » sur Resident Evil. On démarre aujourd’hui avec ce qui est, pour moi, le meilleur Resident Evil de toute la saga à savoir Resident Evil: Code Veronica. Pour la petite histoire, sachez que Code Veronica est sorti en 2000 sur Dreamcast et devait rester une exclusivité Dreamcast… Mais comme vous le savez, toutes les exclus Capcom ne sont jamais que temporaire, et Code Veronica a était porté sur Playstation 2 et Gamecube sous le doux nom de Resident Evil: Code Veronica X (A quelques bonus et mode de jeux près il s’agit d’une copie conforme de l’original).

Code Veronica est probablement le dernier représentant de Resident Evil en tant que VRAI survival Horror. La série Resident Evil version survivor étant morte, comme tout le monde le sait avec Resident Evil 4. Car rappellons le, un survival est un jeu où on doit avoir peur et se sentir constament en danger et pour cela il y a certaines règles a respecter: sauvegardes rare, énigmes plus ou moins corcés, munitions en quantité limitée et une ambiance malsaine (cf Silent Hill ou Siren pour ne citer que les meilleurs représentants à mon goût!). Bref vous l’aurez compris, Code veronica revait aujourd’hui une sorte d’aura toute particulière pour les fans de la saga puisqu’il marque un tournant dans l’histoire de la série de part son gameplay mais aussi par son scénario.

[singlepic id=161 w=320 h=240 float=center]

D’un point de vue purement technique, Code Veronica est le premier de la série a ne plus avoir de décors en 2D précalculés mais en 3D, ce qui apporte une grande nouveauté dans la saga: les caméras dynamiques! Un peu troublant au départ lorsque l’on y est pas habitué, on s’y fait finalement assez rapidement! Ceci étant, on a du coup l’impression que les décors sont moins bien travaillés que dans les anciens opus (Resident Evil 3 notamment). Autrement les mécaniques de jeu sont similaires aux anciens épisodes: système des coffres forts pour votre inventaire, sauvegardes grâce aux machines à écrire et les fameuses herbes pour vous soigner.

Là où ce Resident Evil m’avait vraiment bluffé, c’était par son scénario. Vous incarnez (au début de l’aventure) Claire Refield, héroïne de Resident Evil 2. L’action se situe 2 ans après Resident Evil 2 et Claire est toujours à la recherche de son frère Chris. Ses recherches la mène au siège français de Umbrella à Paris, là elle sera faite prisionnère (il s’agit de l’introduction du jeu, qui fait foutrement penser à la scène de Terminator 2 dans les locaux de Cyberdine) et sera emmené en prison dans une île bien mystérieuse. Là elle va rencontrer un bon vieil ami: le virus T. Mais elle fera aussi la connaissance de Steve Burnside (un « Leon-Like ») un petit jeune dont on sait finalement très peu de chose au départ. La suite vous l’imaginez; sortir de cette île, et si possible, en un seul morceau!

[singlepic id=162 w=320 h=240 float=center]

Durant votre périple vous rencontrerez des zombies, mais aussi des chiens, des araignées géantes, des hunters, et biensûre les classiques boss, dont le fameux boss de l’avion: sorte de Tyran increvable qui en a fait pester plus d’un (moi compris). Les armes sont identiques à celles des volumes précédent à la particularité que l’on peut porter des armes dans nos deux mains (les lüger en or… haha).

Du côté scénaristique vous découvrirez des méchants très charismatique avec la famille Ashford (le passage où vous découvrez que… Oh et puis non je vous laisse découvrir ça :D) complètement dérangée mais, et c’est biensûre le point d’orgue du jeu: le retour d’Albert Wesker. C’est dans cet opus que l’on se rendra compte à quel point Wesker joue un rôle gigantesque dans l’histoire de la saga. C’est aussi avec cet opus que Wesker deviendra un des plus grands méchants de l’histoire du jeux vidéo. A noter qu’à l’occasion de la sortie de Code Veronica, Capcom a jugé bon de sortir une sorte de mini documentaire raconté par Wesker expliquant comment Wesker s’y est pris pour en arriver là où il est: c’est le Wesker’s Report. Bref documentaire très intéressant pour quiconque s’intéressant à la saga Resident Evil.

[singlepic id=167 w=320 h=240 float=center]

En bref, ce Resident Evil est le meilleur par son scénario, la psychologie développée des personnages et en particulier des méchants, une ambiance sonore réussie et globalement son ambiance globale: la découverte du château!!!! Bref si vous n’y avait jamais goûté, il n’est jamais trop tard, même si le gameplay un peu rigide pourra vous sembler d’un autre temps, il faut passer outre pour découvrir toute la puissance de ce titre! Je vous laisse en compagnie du Wesker’s Report pour soigner votre culture Resident Evil!

[ La Saga Resident Evil] Resident Evil 3 Nemesis, la fin de Racoon City

jaquette_resident_evil_3_nemesis_psone

Tout le monde s’intéressant de près ou de loin au monde du jeux vidéo à au moins entendu parler une fois de Resident Evil. Souvent considéré (à tord) comme le pionner du survival horror, la série de chez Capcom a connu un véritable succès critique et commercial dans le monde du jeux vidéo. Je vous propose, à l’occasion de la sortie futur de Resident Evil 5 sur Playstation 3 et XBox 360, de faire un petit retour en arrière et de revisiter l’histoire de cette série (Jeux, produits dérivés, Films et autres anecdotes croustillantes…). Alors préparez vos herbes vertes et vos rubans encreur, car c’est parti!

Dans la mythologie grecque, Némésis (en grec ancien Νέμεσις / Némesis) est la déesse de la vengeance. Le nom de Némésis dérive du terme grec νείμειν, signifiant « le don de ce qui est dû ». La mythologie romaine en reprend un aspect sous la forme de Invidia, soit « l’indignation devant un avantage injuste[1] ».
Le substantif « némésis » est employé en français par antonomase pour désigner la colère ou la vengeance divine[2]. En anglais, il désigne un châtiment mérité et inéluctable[3], voire un fléau ou une malédiction[4]. Il peut également s’appliquer à une personne : un punisseur de torts ou un vengeur[5], ou bien un ennemi, un rival personnel[5].

Resident Evil 3 voit le jour en fin d’année 1999 sur Playstation au Japon (il sortira en Europe début d’année 2000). Le climat est un peu particulier puisque, nous sommes en pleine fin de vie de la PsOne (la PS2 est déjà sorti au Japon). Et finalement cet opus sonne comme un nouveau tournant décisif pour la série de Capcom, Resident Evil 2 ayant eu ses détracteurs, Resident Evil 3 va devoir trancher concernant l’orientation de la série: action ou survival-horror? Si le choix n’a pas était aussi clair qu’on aurait pu l’espérer, il est indéniable que dès Resident Evil 3 on pouvait sentir que Capcom avait choisi la voie de l’action plutôt que celle du survival pure!

165-resident-evil-3-nemesis-10

Concernant le scénario, Resident Evil 3 a la grande particularité de se passer « à cheval » sur Resident Evil 2. En fait le jeu est « coupé » en deux parties, une se passe 24 heures avant les évènements de Resident Evil 2 et la seconde partie; 24 heures après. Cette fois-ci vous incarnez Jill Valentine (vous n’aurez d’ailleurs pas d’autre choix au début de l’aventure, grande première dans l’histoire de Resident Evil. Cependant au cours du jeux vous serez amené à contrôler Carlos Oliveira) et vous vous retrouvez dans Racoon City ravagé par les flammes (peu de temps avant l’arrivée de Léon donc) et devez tentez de vous frayer un chemin parmi tout ce foutoir! Ce Resident Evil est quand même très particulier, car au départ on est surpris de retrouver des endroits que l’on connaissait déjà plus ou moins par coeur dans Resident Evil 2 (le commissariat) mais en même temps l’ambiance et différente, et le commissariat ne m’a jamais paru aussi « majestueux » (j’ai longtemps réfléchi pour trouver un autre mot, mais en vain!) que dans cet opus, je ne sais pas, il y avait cette sorte d’aura, d’atmosphère supplémentaire par rapport à Resident Evil 2. Peut être que c’est tout simplement due au fait que ce troisième opus est le plus apocalyptique des 3 et que le fait d’incarner Jill Valentine commence à donner un véritable background à la série!

residentevil3_3gr

Mais il n’y a pas que l’ambiance qui soit différente dans ce Resident Evil, il y a aussi le gameplay qui évolue. Jill peut maintenant esquiver des attaques (ce qui peut se révéler très utile, en particulier contre le Nemesis, mais j’y reviendrai), faire des demis-tour à 180°, et Dieu sait (ou pas) que c’est appréciable. Autres nouveautés, vous pouvez dorénavant créer vos propres munitions (comme vous mélangiez les herbes, vous pouvez maintenant mélanger les poudres :D), customiser vos armes. Bref Resident Evil 3 est peut être le Resident Evil « old school » le plus abouti de la série.

Mais parler de Resident Evil 3 sans parler du Nemesis serait une grossière erreur! Le Nemesis est la hantise de TOUT gamer ayant jouer à Resident Evil 3. Alors pour ceux qui ne connaîtrait pas ce brave Nemesis, imaginez un boss littéralement increvable, inarrêtable, puissant et rapide… Ca vous fait peur hein? Mais si encore il ne s’agissait là que du « boss de fin »… Non, le Nemesis peut apparaître n’importe quand dans le jeu, et vous aurez le choix à chaque rencontre entre l’affronter ou tenter de l’éviter. Souvent la solution de la fuite peut paraître être la plus raisonable, mais si vous vous sentez prêt à l’affronter, pourquoi pas! Si vous arrivez à l’assomer vous pourriez récupérer quelques petites choses intéressantes, à vous de voir!

resident-evil-3-02

Les différentes actions contextuelles possibles lors des rencontres avec le Nemesis… Un conseil: Faites vites…

Evidemment, le Nemesis est pour beaucoup dans l’ambiance oppressante si particulière de Resident Evil 3! Vous l’aurez donc compris ce Resident Evil m’avait charmé de par son ambiance et son côté oppressant,et si, au départ l’orientation action du soft (armes de gros, très gros calibre assez rapidement) m’avait un poil « choqué » au départ, elle finit par passer très bien, et finalement Resident Evil 3 est un excellent cru! D’autant qu’il sert réellement le scénario, puisque c’est inévitablement la fin d’un cycle: celui de Raccoon City (ha ça vous rend nostalgique de lire ça hein?!). Rajoutez par dessus le marché, la possibilité de débloquer le mode Mercenaire une fois le jeu terminé, et vous obtiendrez un des meilleurs jeux de la fin de vie de la PSone.

Ceci étant, Resident Evil 3 ne marquera pas particulièrement l’histoire de la saga et du jeux vidéo en général pour la presse ou une partie du public. Personellement je lui trouve un charme fou; milles fois plus oppressant qu’un Resident Evil 2 et bien plus réussi artistiquement parlant. Mais tout ceci n’est qu’une affaire de goût! J’aurai aimé vous raconter quelques anecdotes croustillantes sur le développement de Resident Evil 3 (comme j’ai pu vous en raconter avec Resident Evil 1.5) mais non, à ma connaissance il n’y a rien de particulier (n’hésitez pas à me rectifier!), à l’image de son impact sur bons nombres de joueurs, Resident Evil 3 est presque sorti sans la vague déferlante qui accompagne la sortie de tout Resident Evil… Dommage…

Ceci ayant cependant une explication assez logique, puisque Capcom, avait « mieux à faire » avec Resident Evil: Code Veronica qui est sorti à peine quelques semaines plus tard sur Dreamcast au Japon (la campagne marketing a été plus conséquente sur cet opus initialement exclusif à la console de Sega)! Mais tout ceci sera l’occasion d’un autre petit billet: Resident Evil: Code Veronica, le grand chamboulement? Je vous laisse sur ces quelques photos où vous pourrez voir les différentes jacquettes des différentes versions du jeux sorti sur quasiment tous les supports de l’époque (Capcom oblige!) Il est à noter que les différentes versions sont strictements identique d’un point de vue technique malgrés les grandes différences de puissances des machines!

res3pc0f
dc-biohazard3
resident-evil-3-nemesis-gamecube