Navigate / search

Ces séries animées qu’il faut voir avant de mourir…

La vie est courte, les temps sont durs et les séries animées sont légions. Cet article est là pour faire découvrir au plus grand nombre des séries animées que j’ai particulièrement apprécié. Il y aura toujours quelqu’un pour dire qu’il manque tel ou tel série, et évidemment ce guide n’a aucune valeur exhaustive et ne saurait prétendre être la vérité absolue. Alors profitez de la visite, installez-vous, c’est parti. Je tiens à préciser que je ne parlerai ici uniquement des séries animées (par opposition au long métrage).
J’en profite pour souligner au passage que l’heureuse gagnante du concours permettant de gagner un coffret collector du BluRay d’Angel Beats a été contacté, elle devrait recevoir son précieux d’ici peu…

Air de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2005)

AirTV

Kunisaki Yukito est un jeune homme qui gagne sa vie grâce à des spectacles de marionnette qu’il semble contrôler par la magie.
Il parcourt le monde à la recherche d’une fille ayant des ailes qui lui permettrait de voler, poursuivant ainsi le rêve de sa mère. Un jour il arrive dans un village et fait la rencontre de Misuzu, une jeune fille timide et naïve. La mère de celle‑ci, une adulte irresponsable, accepte qu’il loge chez elle s’il s’occupe de Misuzu. Il rencontre aussi Kano Kirishima, une fille mystérieuse qui dit pouvoir utiliser la magie et dont le meilleur ami est un adorable chien apellé Potato, ainsi que sa grande sœur qui tient la seule clinique du village. Il y a aussi Minagi, la première de la classe et son amie Michiru, une enfant pour le moins turbulente. Il va décider de rester quelque temps dans ce village où le rêve de beaucoup semble être de voler dans le ciel… [1]

Air est une série particulièrement réussie, premier fruit de la collaboration entre Kyoto Animation et Key, elle contient tous les ingrédients nécessaire à un drame. Les personnages sont attachants, les décors splendide et la bande sonore un régale. Difficile de ne pas se sentir ébranlé au moment du dénouement finale. Certes, on pourra toujours pester contre la « naïveté exgérée » de Misuzu ou le côté un peu trop « kawai » des personnages, mais au final l’équilibre rose bonbon et la tristesse qui découle de la vision de l’épisode final est assez respecté. Bref, une série à voir pour qui souhaiterait prendre un bain de soleil (oui la majeure partie de l’histoire se passe en été, et entre les paysages maritimes et le chant des cigales, on s’y croirait presque).

[1] Animeka

Kanon de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2006)

Kanon - 22

Yuichi retourne dans sa ville natale dans laquelle il n’est pas revenu depuis l’enfance. Il s’installe donc chez sa tante et sa cousine Nayuki et intègre le lycée. Il va rencontrer de nouvelles personnes et retrouver d’anciennes connaissances essentiellement féminines, notamment Ayuqui va lui faire progressivement se remémorer des passages douloureux de son enfance.[2]

Résumer Kanon serait difficile en quelques mots, mais finalement la façon la plus simple de résumer l’oeuvre serait de poser la question suivante; ne vous êtes-vous jamais demandé si vous n’êtiez pas constamment dans un rêve? Les rêves semblent parfois si réels, comment être sûr que l’on ne va pas se réveiller à tout moment? Kanon touche du doigt cette problématique (et bien d’autres). Une série émouvante mais aussi parfois très drôle; l’un n’allant pas sans l’autre. Encore une fois l’ensemble est emmené par une bande sonore parfaite. Attention si l’envie vous en prend, prenez soin de bien regarder la série réalisée par Kyoto Animation parue en 2006 et non celle parue en 2002 par la Toei Animation. 

[2]Animeka

Clannad & Clannad After Story de Ishihara Tatsuya [Kyoto Animation] (2007/2008)

Clannad After Story

 

Clannad raconte la vie d’un jeune lycéen, Tomoya Okazaki , qui s’avère être un cancre, également vu par les autres comme un délinquant. Plutôt lassé de sa vie, ses journées s’avèrent être trop monotones à son goût, rien qui ne semble réellement l’intéresser. Il espère donc voir sa vie changer un jour, et fait ainsi la rencontre de Nagisa Furukawa, étudiante dans le même lycée que lui, et qui semble très introvertie et plutôt studieuse (tout le contraire de Tomoya). Se liant d’amitié avec Nagisa, Tomoya ne va cesser de rencontrer une à une des filles ayant chacune des personnalités particulières. C’est ainsi que la vie de Tomoya sera bouleversée comme il ne l’aurait jamais pu l’imaginer. [3]

Clannad et Clannad After Story (deux saisons d’une même série), c’est un peu la série tranche de vie par excellence; la vie, la mort et tout ce qu’il y a au milieux. Si la première saison est peu molle et trop prévisible par moment, la deuxième saison est tout ce qu’il y a de plus extraordinaire dans l’histoire de la japanimation. After Story est totalement imprévisible dans son déroulement et -surtout- c’est un inducteur de crise de larme impitoyable. Impossible de retenir ces larmes durant les derniers épisodes, chaque épisode est plus poignant que le précédent. Certains peuvent reprocher à la série sa fin étrange (mais si vous prenez le temps de revoir la série une deuxième fois, vous comprendrez l’importance de tous les personnages, des orbes de lumières, et la signification du « monde des illusions » ainsi qu’un tas d’autres choses qui rendent la série encore plus captivante). Un régal.

[3] Animeka

Little Busters! & Little Busters! Refrain de Yamakawa Yoshiki [JC Staff] (2012/2013)

The-Gang-with-Cats

Kyôsuke, le leader des Little Busters, un groupe dont le but est de préserver la justice, est de retour au lycée. C’est l’occasion pour la bande de se réunir et d’organiser un match de baseball sur la demande de leur chef. Riki, l’un d’entre eux, a intégré le groupe très jeune, alors qu’il venait de perdre ses parents. Depuis il souffre de narcolepsie, une maladie qui l’handicape régulièrement. Il aura pour rôle de recruter des joueurs pour ce match, puisque Rin, idole du lycée et seule fille du groupe, a échoué dans cette tâche. C’est ainsi que débute une nouvelle aventure pleine de rencontres pour la bande de copain. Alors qu’ils sont en quête de nouveaux membres, Rin et Riki vont tomber sur Lenon, un chat errant qui va leur délivrer un message; « Il existe un secret dans ce monde ». Rin et Riki vont donc partir en quête de ce secret… [4]

Et oui, deux extraits vidéos, car franchement, la soundtrack elle envoie du bois…

Que dire sur Little Busters! si ce n’est que c’est probablement la série que j’ai le plus apprécié sur ces dernières années. Alors certes, on ne peut que regretter le fait que ce ne soit plus Kyoto Animation aux commandes (c’est moins beau, moins bien animé que Clannad, c’est un évidence). Certes la deuxième saison (Refrain!) aurait mérité d’avoir au moins dix épisodes de plus. Certes Little Busters! est blindé de défaut. Mais cette histoire est tellement belle, tellement touchante qu’il serait dommage de passer à côté. Emmené par une bande sonore encore une fois splendide, cette nouvelle adaptation d’une oeuvre de Jun Maeda est inoubliable.Elle saura vous surprendre dans ces derniers épisodes et vous fera comprendre ce que le mot « amitié » veut dire. Ne croyez pas que Little Busters! est juste une histoire de copains voulant former une équipe de baseball, ne vous laissez pas non plus abuser par le design gentillet des personnages… Little Busters! c’est bien plus que ça (mais difficile d’en dire plus pour ne rien dévoiler).


[4] Animeka

Angel Beats! de Seiji Kishi [P.A.Works] (2010)

Angel Beats!

Amnésique, Yuzuru se réveille dans un lieu qui lui est inconnu. À peine conscient, une jeune fille nommée Yuri lui annonce de but en blanc qu’il est mort et qu’il se trouve dans une sorte de purgatoire. Cette dernière se présente comme le chef d’un groupe d’opposants tentant de défier Dieu par les armes afin de se venger des souffrances qu’ils ont enduré dans leur vie antérieure. Bien que sceptique au premier abord, Yuzuru découvrira qu’il ne peut plus mourir dans ce nouveau monde et que le conflit virulent confrontant l’équipe de Yuri à un ange représentant de Dieu dans ce purgatoire est bel et bien réel. En quête de ses souvenirs (comment et pourqui est-il mort?), il s’engagera alors dans cette bataille qui paraît sans fin. [5]

Encore une adaptation de Jun Maeda, et encore un chef d’oeuvre. Angel Beats! est l’oeuvre la plus louffoque de son auteur alternant une ambiance particulièrement sombre voire gore avec des moments beaucoup plus poétique. Angel Beats! se laisse regarder tout seul, même si elle est à réserver aux spectateurs avisés. Le final, que je n’avais absolument pas vu venir vous décrochera une bonne crise de larmes.

[5]Animeka

Ano Hi Mita Hana no Namae wo Bokutachi wa Mada Shiranai de Nagai, Tatsuyuki [Aniplex] (2011)

Anohana

Plusieurs années ont passé depuis le temps où Jin-tanMenmaPoppoAnaruYukiatsu et Tsuruko s’amusaient ensemble en formant les « Superdéfenseurs de la paix ». Aujourd’hui adolescents, chacun est parti de son côté pour suivre la voie dans laquelle il souhaitait s’engager, et ceux qui étaient amis d’enfance se retrouvent désormais séparés par des envies et des buts différents. Cependant, ces derniers partagent tous la même douleur liée à la disparition de Menma. Incapable de surmonter son traumatisme, Jin-tan s’est exclu de la société et voit par moment le fantôme de cette dernière. Incompris par ses connaissances, celui-ci, persuadé qu’il est victime d’hallucinations, souhaite malgré tout réaliser le vœu de son amie défunte afin qu’elle puisse reposer en paix. Dans ce but, il va chercher à reformer cet ancien groupe d’amis dont il était le leader et réouvrir une blessure profondément enfouie dans leur cœur. Alors que les images perçues par Jin-tan ne sont peut être que des illusions, tous se rendront compte que leur désir d’honorer la mémoire de Menma est quant à lui bien réel… [6]

Ano Hana reprend un peu les principes de Little Busters! mais en l’explorant d’une manière différente. Plus court et donc plus condensée, la série n’en reste pas moins un véritable vent de fraîcheur dans le monde de la japanimation. Ne sombrant jamais trop dans la facilité, l’auteur a su créer des moments magiques là où on n’aurait jamais imaginé pouvoir en trouver (une partie de Pokemon en câble link entre deux amis d’enfance). Là encore les musiques sont somptueuses dans leur intégralité.

[6] Animeka

Ef A Tale of Memories & Ef A Tale of Melodies de Oonuma, Shin &  Kubota, Mitsutoshi

Dans le monde, chaque être humain possède ses propres rêves qui lui permettent d’avancer. Renji est un étudiant qui pense ne plus pouvoir réaliser le sien jusqu’au jour où il croise Chihiro dans une station de gare abandonnée. En raison de sa santé, cette jeune fille est non scolarisée et ne possède pas d’amis. Subissant une perte de la mémoire toute les 13 heures, elle est obligée de tenir à jour son journal intime et de le relire chaque matin pour savoir ce qu’il s’est passé les jours d’avant. Face à ce problème, Renji tentera d’apporter un peu de bonheur à Chihiro en dépit de la souffrance qu’il devra endurer pour cela.
Dans une ville de l’autre côté du globe, la sœur aînée de Chihiro, Kei, passe ses journées avec son ami d’enfance Hirono pour lequel elle entretient des sentiments plus poussés que ceux de l’amitié. Ce dernier qui malgré son jeune âge est un mangaka professionnel va rencontrer une mystérieuse jeune fille du nom de Miyako. Etant aussi libre que lui, les deux étudiants passeront du temps ensemble au grand dam de Kei.
« Si nous ne sommes que des pantins pour Dieu qui s’amuse de notre situation, pourrons‑nous réaliser nos rêves ? » [7]

C’est un peu la perle rare (ou la perle noire), un bijoux de noirceur et de sentiments. Ef va loin, très loin, peut être trop loin parfois, n’épargnant rien à ses protagonistes (mais je vous laisse découvrir ça par vous même). Ce qui est rafraîchissant dans Ef c’est ce parti pris artistique avec parfois des choix très intéressant; passage au noir et blanc, intégration d’image réelles. Un régal pour vos yeux et vos oreilles (soundtrack signée Tenmon oblige).

[7] Animeka

Et voilà, ce sera tout pour cette fois, c’est déjà pas mal! J’espère que cela vous aura permis de découvrir certaines séries et/ou pièce musicale! N’hésitez pas à partager vos meilleures expériences en matière de séries animées en commentaire!

[Arrivage & Présentation vidéo] Clannad After Story BluRayBox Limited Edition

Un an après la sortie de la première saison, c’est la seconde et dernière saison de Clannad qui déboule en BluRay. Evidemment, je n’ai pas pu m’empêcher, il a fallu que je me la procure (même si, comme la première saison, elle coûte les yeux de la tête). Il faut reconnaître qu’une fois encore le coffret est étincelant de sobriété avec un Artwork inédit et un livret regroupant tous les crédits de chaque épisode.

Je reviendrai plus tard sur l’aspect technique des Blurays (je compte bien me refaire l’intégrale de la saison 2 en HD, je reviendrai donc à cette occasion sur les qualités et/ou défaut des BluRay. Ceci étant dit, j’ai testé quelques passages rapidement et je ne suis vraiment pas déçu (que ce soit pendant les passages dans « l’autre monde » [Avec SPOILER//// Sans SPOILER](où le DTS-HD prend toute sa valeur) ou les simples scènes dans les étendues gigantesques (le champ de l’épisode 18). Le résultat laisse pantois!

Je vous laisse donc en compagnie de cette vidéo et de ces quelques photos et vous dis à très vite!

PS:Vidéo tournée avec mon nouveau camescope numérique… Vive la HD!! Fini les vidéos avec l’APN SD 😀

[Arrivage] Clannad BluRay Box Limited Edition

[singlepic id=504 w=320 h=240 float=center]

Je suis enfin l’heureux possesseur de l’édition BluRay limitée de Clannad (saison 1). Le box fait beaucoup penser au box BluRay de Air TV (normal, même éditeur) mais les couleurs passent du bleue au rose. Sobre mais efficace, c’est le maître mot de cette édition. Vous noterez par ailleurs que l’ensemble du coffret n’est illustré qu’avec les personnages féminins (pas d’Okazaki, encore moins de Sunohara). En plus des BluRays, on retrouve un livret qui contient tous les crédits (épisodes par épisodes) et… c’est tout; pas d’illustrations bonus, ou quoi que ce soit d’autres (un poil décevant compte tenu du prix, quoiqu’il revient moins chère d’acheter ce box que l’ensemble des DVDs de la série!).

[singlepic id=509 w=320 h=240 float=center]

Pour le moment j’ai simplement regardé le début du premier épisode (prégénérique+générique), l’image est parfaite, les couleurs resplendissantes (la scène où Nagisa rencontre Tomoya marque parfaitement les contrastes). Voir Clannad en HD et en 16:9 est presque un régal immédiat. Certes l’image ne fourmille pas de détails (série TV…) mais, par rapport aux éditions DVD, il n’y a vraiment pas photos, croyez-moi! Autre détail qui a son importance et qui vaudrait presque de l’or, les sous-titres anglais sont bien PRESENT (il s’agit des sous-titres présents sur les DVD Z1) et on peut écouter la série en PCM 2ch, DTS HD 5.1ch et PCM 5.1ch

Ce soir, j’essaierai de mettre à jour l’article avec des screenshots et des infos concernant les bonus du BluRay (quelques petites choses très intéressantes!)…

[nggallery id=86]

[Japanimation] Clannad en 1080p -Aperçu-

[singlepic id=483 w=320 h=240 float=center]

En attendant de recevoir mon précieux (aka mes bluray de la première saison de Clannad), voici quelques screenshots issus des BluRays. Comme on pouvait s’y attendre l’image est impeccable et le ratio 16:9, ça fait vraiment du bien aux yeux! Les couleurs semblent vives et sans artefacts. Certes l’image ne fourmille pas de détails, mais il convient de rappeler que Clannad est d’abord une série TV et non pas un film d’animation (n’est pas Makoto Shinkai qui veut!). Attention les screenshots ne sont pas compressés, par conséquent ils sont lourd à charger… Mais ça vaut le coup!… Ma bande passante va morfler (mais bon, j’ai du rab..)

Au passage, vous pourrez noter que le chapitre Tomoyo After est bien de la partie (Tomoya+Tomoyo in the snow: j’aime)

Vous pouvez télécharger plus de screenshots par ici. Merci à Sensuifu du forum Mania.com

[nggallery id=80]

[Achat] Clannad BluRay Box

[singlepic id=450 w=640 h=480 float=center]

On peut dire que niveau craquage/dépenses je m’étais plutôt assagi ces derniers temps, et bien j’ai craqué mon slip un bon coup puisque j’ai craqué pour le BluRay Box de Clannad. Revoir Clannad en 1080p avec sous titres anglais; je n’ai pas pu résister. Ok, le coffret vaut son pesant de cacahuètes, mais bon… Tant pis je ne mangerai pas pendant un mois…

Je pense que mon amour pour cette série animé n’ait plus à prouver. Le pire c’est qu’après il va « falloir » commandé l’After Story… Je vais pouvoir en faire des gardes pour subventionner tout ça…

[nggallery id=80]

[Japanimation] Key & Kyoto Animation: la beauté du drame…

[singlepic id=426 w=320 h=240 float=center]

Je suis devenu un fan absolu des drames, et ce d’une manière générale (livre/film/musique), non pas que je sois devenu sado-masochiste, juste que j’aime ressentir l’émotion. Je pense (et ce n’est que mon avis) que la beauté et la joie sont mise en exergue de manière bien plus forte dans un drame que dans un autre registre, c’est un peu la théorie du Yin et du Yang; s’il y a de la joie quelque part, il y a forcément de la tristesse ailleurs… A mon sens cette doctrine doit s’appliquer dans une oeuvre artistique pour qu’il n’y est pas un sentiment de tromperie au final.

A ce titre s’il y a bien une collaboration que j’apprécie dans le domaine de l’animation japonaise c’est celle qu’entretiennent Key et Kyoto Animation. Key, le célèbre développeur de Visual Novel, géniteur -entre autres- de Clannad et de Air– est passé maître dans la capacité d’émouvoir. Le passage du jeu à l’animation n’était pourtant pas joué d’avance, et encore fallait-il un studio capable de mener à bien une telle adaptation. Clairement, avec Kyoto Animation, on ne pouvait pas trouver mieux. J’aimerai revenir un peu sur deux adaptations qui sont particulièrement réussies; Air et Clannad. A noter que je ne me pencherai que sur le cas des séries animés et non pas des jeux. Je précise que je spoile (j’aime pas ça, mais pour analyser un peu la série je suis obligé) un poil sur Air (je précise avant), et je spoile presque tout Clannad dès mon deuxième paragraphe (je précise avant).

Brise…

[singlepic id=428 w=320 h=240 float=center]

Air se tient en douze épisodes, et nous narre grosso-modo la vie d’une jeune fille –Misuzu– qui semble peut sûre d’elle-même et très timide. Dès le premier épisode elle fera la rencontre de Yukito Kunizaki, un jeune garçon itinérant qui gagne sa croûte grâce à un spectacle qu’il réalise avec sa marionette qui semble pouvoir se déplacer toute seule. Finalement, dès cette présentation de la marionette, on sait déjà que la magie sera présente tout au long de la série. Mais ce qui fait la force de Air est son univers; des personnages attachants (Misuzu crève l’écran de son innocence) et un environnement vivant. Ce dernier point est d’ailleurs très important, car à l’image d’un Makoto Shinkai qui a très bien compris que pour ancrer ses personnages dans un univers crédible il fallait un environnement tout aussi crédible, les décors de Air sont d’une rare beauté pour une série animé. On peut citer le vieux port où Misuzu et Yukito se rencontrent pour la première fois, ou encore le vieux temple, la plage où encore la balade dans les bois dans les flashbacks de Yukito. Ci-dessous la première rencontre entre Yukito et Misuzu.

Le traitement des personnages n’est pas en reste non plus; Misuzu cache une véritable tristesse et une grande sagesse derrière son apparence de petite fille frêle et un peu niaise, Yukito garde un secret qui le ronge lentement, il en est de même pour tous les personnages du récit, chacun ayant sa partie caché qui ne se découvrira qu’au fur et à mesure. Là où on retrouve la marque de fabrique de Key, c’est dans le traitement du chemin initiatique des protagonistes. En fait, chaque personnage va vivre des épreuves difficiles moralement et/ou physiquement, pourtant derrière chaque souffrance, il y a toujours un enseignement à tirer. Ainsi s’il est vrai que Air est une série animée particulièrement triste, elle véhicule un message rempli d’espoir et de courage.

Evidemment, et là je vais spoiler, la conclusion avec la dernière scène entre Misuzu et sa mère reflète parfaitement le message clé du récit, atteindre son but quoiqu’il en coûte. En fait, je pense que Misuzu sait depuis le départ qu’en menant l’été qu’elle projette de mener (rencontrer Yukito, connaître ce qu’est une vraie relation d’amitié avec quelqu’un etc) elle en mourra, mais cette fois (à la différence des étés précédents) elle a décidé d’aller au bout de son but et de Vivre (avec un grand V) sa vie comme elle en a toujours rêvé et ce, au prix de souffrance physique et morale. La mort, ici, ne représente ni une victoire, ni une défaite juste la constatation d’une vie bien remplie bercée par des rêves et l’accomplissement de ces derniers.

Par ailleurs revoir la série après l’avoir vue une première fois me conforte dans cette idée. De plus lorsque l’on connaît la signification de Sora (le corbeau), la lecture des épisodes prend encore plus de sens. Misuzu derrière son apparente faiblesse nous apparaît comme la fille la plus courageuse que l’on ait jamais rencontré. Il ne s’agit pas de conclure qu’il faut souffrir pour avoir une belle vie (loin de moi cette idée) mais juste que dans la vie il arrive qu’on prenne des coups (tant mieux pour ceux pour qui ce n’est pas le cas!)

[singlepic id=427 w=320 h=240 float=center]

Air a tout de la série dramatique par excellence, des personnages attachants -gao-, des décors fabuleux rendants encore plus dramatiques les passages tristes (quand Michiru dit aurevoir à Minagi) et une ambiance sonore le plus souvent très adapté (même si perfectible). Je pense que la seule série qui puisse la surpasser en terme d’intensité dramatique est Clannad: After Story.

Clannad, parce que le premier pas est toujours le plus dur…

[singlepic id=430 w=320 h=240 float=center]

Clannad reprend beaucoup des ingrédients de Air et un peu de Kanon (version 2006). A la différence de Air, Clannad a une dimension supérieure dans le nombre de protagonistes (Air se concentrent presque quasiment sur Misuzu et Yukito), dans Clannad, même si c’est Nagisa et Tomoya (et surtout Tomoya) qui sont au premier plan, tous les autres personnages ont un rôle parfois primordial à jouer. La question que je me suis toujours posé à propos de Clannad est; est-ce qu’on a affaire à une romance ou à un dessin animé sur la vie. Encore aujourd’hui, je n’arrive pas à trancher… Une des particularités de Clannad c’est que la série se décompose en deux saisons, en fait ces deux saisons sont un peu de délimitation arbitraire: dès le départ la saison 2 était prévue, comprenez par là que la saison 1 n’a aucune raison de vivre sans la saison 2.

Pourtant les deux saisons sont radicalement différentes l’une de l’autre. La saison 1 posera les bases, s’attachera à développer les personnages, à tel point qu’au moment du final de la saison 1, je me suis demandais: « Mais qu’est-ce qu’ils vont bien pouvoir inventer pour la suite? ». En fait, après avoir vu la saison 2, la question paraît presque ridicule tant l’intrigue est en fait poussée… Et là attention, c’est parti, je vais spoiler… Se concentrer presque durant toute la saison sur Nagisa et Tomoya était déjà un choix certes risqué mais leur faire vivre l’histoire qu’ils ont vécu… Ouauh… Il fallait vraiment oser.

Le fait est que l’After Story est vraiment surprenante, si elle commence d’une manière assez similaire à la première, elle confronte nos héros à un virage que l’on est tous amené à rencontrer; le passage à l’âge adulte, le temps de la raison. Et c’est là que Tomoya devient véritablement le héro de la série puisque de ses choix vont déterminer le dénouement final de la saga. D’une certaine manière il a même droit de vie ou de mort sur certains personnages de l’histoire (tout du moins de manière indirecte). Une des premières grandes surprises -en tout cas pour moi- de la saison 2, c’est lorsque Nagisa explique qu’elle voudrait un bébé. En fait je pense que le spectateur est autant surpris que Tomoya à la demande de Nagisa parce que c’est tellement inattendue comme demande que voilà, on est sans voix. L’analogie me paraît ici intéressante avec la volonté de Misuzu dans Air de construire une relation amicale forte avec Yukito, sauf qu’ici on est à un degré supplémentaire (et pas des moindres… Quel mec ne flipperait pas un peu devant une telle demande?).

Seulement, voilà, rapidement, on repense à tous les problèmes de santé étrange que Nagisa a connu par le passé, et on se demande si tout cela va vraiment se concrétiser, si tout cela est vraiment possible. Et bien, tenez-vous le pour dit, dans Clannad tout est possible; le pire comme le meilleur. J’irai même plus loin, dans Clannad, tout est une question de volonté. Ainsi de la volonté de Tomoya d’assumer son rôle de père et de sacrifier son arrogance personnelle dépendra la survie de Nagisa et d’Ushio. La volonté est au coeur de Clannad, dans la même veine, dans la première saison, c’est Nagisa qui apprendra à Tomoya mais également grâce à lui à choisir et à faire le premier pas, même si cela lui en coûte (et dieu sait que faire le premier pas est toujours difficile).

[singlepic id=431 w=320 h=240 float=center]

Finalement, Nagisa tombe enceinte et tout le monde semble inquiet sur la capcité de Nagisa à mener à terme cette grossesse. Seulement voilà, Nagisa arrive bel et bien au terme de cette grossesse malgrès toutes les fausses alertes. Malheureusement, dans les minutes suivant l’accouchement Nagisa ferme les yeux pour une dernière fois devant les yeux impuissants de Tomoya qui ne peut que se remémorrer tous les souvenirs qu’il a partagé avec celle qui l’a aidé à grandir, et qui a fait de lui un père ( rappellons que Tomoya a toujours eu une relation très compliqué, voire violente avec son père). Brusquement Tomoya va devoir faire face à quelque chose qu’il ne connaît que trop peu; la relation père-fils. Fabuleux mais terrible cadeau que lui offre Nagisa juste avant de s’éteindre. Le décès de Nagisa va avoir des conséquences catastrophique pour Tomoya.

Et comme on pouvait s’y attendre, Tomoya en vient a regrétter d’avoir rencontré Nagisa « sans cette rencontre, Nagisa n’aurait jamais donné naissance à Ushio, et cette tristesse n’aurait jamais existé ». Aussi c’est Sanae qui s’occupera d’Ushio, Tomoya vivant seul en hermitte en ne voyant plus personne. Et puis par la force des choses, il sera amener à devoir s’occuper seul pendant un week-end d’Ushio. Et là, Tomoya va se rendre compte qu’il est en train de devenir ce qu’il s’était juré de ne jamais être;un mauvais père, aussi fait-il le choix de s’excuser devant Ushio pour ce qu’il a était. Occasion pour lui de se rendre compte qu’en fait, il a toujours un but dans sa vie malgrè la disparition de Nagisa et que son lien le plus fort à cette dernière est bel et bien Ushio. A partir de ce moment, la vie lui tend une ultime épreuve: Ushio tombe malade et décède dans ses bras.

Le choc est terrible, tant pour Tomoya que pour le spectateur, faire mourir Nagisa c’était déjà injuste, mais faire mourir Ushio c’est encore pire. Mais la finalité de Clannad n’est pas là… A la question: « si c’était à choisir, est-ce que tu revivrais la même vie au prix de toute ces souffrances », Tomoya choisit l’affirmative. Aussi on comprend alors immédiatement que le monde parallèle peuplé de la petite fille et du robot dont on apercoit quelques brides dans certains épisodes n’est pas le fruit de l’imagination de Nagisa, mais reflète la solitude d’Ushio qui a besoin de son père.

Aussi, Tomoya ayant accepté son rôle de père et assumé pleinement ses choix, il se réveille au côté de Nagisa en train d’accoucher, sauf que cette fois, elle survit à l’accouchement et Ushio est en parfaite santé. Ainsi dans Clannad, quoiqu’il en coûte, l’important est de faire ses choix et de ne pas renoncer à ce que nous dicte notre coeur, c’est encore la seule façon pour nous de faire vivre éternellement ceux que l’on aime. Car c’est l’amour assumé de Tomoya qui a sauvé Nagisa (et c’est ses doutes qui l’ont tué).

Enfin, c’est Nagisa qui détenait la clé de tout celà dans la chanson DangoDangoDaikazoku, l’important c’est de vivre proche de ceux que l’on aime -même quand c’est dur- (plus facile à dire qu’à faire, en tout cas personellement je sais de quoi je parle).

 

Après je sais que tout le monde n’a pas apprécié la fin de Clannad, cette petite impression d’avoir « pleuré pour rien » devant le décès de Nagisa est souvent évoqué, pourtant vous n’avez pas pleuré pour rien, tout comme Tomoya n’a pas pleuré pour rien puisque c’est à ce prix que Nagisa et Ushio sont restées en vie!

En résumé, Clannad est une anime fantastique synthétisant toute la capacité de Key a créer une oeuvre dramatique sans jamais tombé dans le mélodrame un peu trop facile. Le truc, c’est qu’il me paraît vraiment impossible de faire mieux, tout se marie tellement bien ensemble qu’on ne peut pas imaginer meilleure série animé; on pleure, on rit, Clannad c’est le grand huit de l’émotion et c’est à ça que l’on reconnaît les grandes oeuvres…

[Japanimation]Kanon (Remake de Kyoto Animation)

[singlepic id=189 w=320 h=240 float=center]

Aujourd’hui je vais vous parler de Kanon. Kanon est à la base un visual novel de Key (bon vous commencez à connaître la chanson maintenant) qui a été adapter en 2002 par la Toei Animation en série animée de 13 épisodes. A mon sens, cette adaptation est complètement loupé, que ce soit au niveau du chara design ou du scénario qui ne respecte absolument pas le visual novel (que je n’ai pas fais mais que je connais un peu mieux par l’intermédiaire de la version de Kyoto Animation). Car oui, Kanon sera à nouveau adapté en série animé par Kyoto Animation en 2006 mais cette fois en 26 épisodes (pour élaborer un scénario plus construit, c’est mieux!). Pour recadrer les choses dans leurs contexte, Kyoto Animation vient de finir de réaliser Air et s’attaque donc ensuite à ce Remake.

Kanon raconte plusieurs histoires par l’intermédiaire d’arcs centrés sur un personnage (la même mécanique que Clannad), il s’agit de plusieurs histoires féériques pleines de magies et d’amour; si vous aimez Clannad, vous aimerez Kanon, c’est certains! Si au premier abord Kanon peut sembler enfantin et culcul, il n’en est rien et comme Clannad on se prend vite (très vite au jeu). Le personnage principal est Yuuichi, on découvre qu’il vient vivre chez sa tante chez laquelle il passait ses vacances durant son enfance. Mais voilà, depuis qu’il est de retour, il a du mal à se rappeler de ses souvenirs d’enfances. C’est d’autant plus frustrant qu’il rencontre des personnes qui éveillent en lui des sentiments particulier, mais impossible pour lui à mettre le doigt dessus.

[singlepic id=190 w=320 h=240 float=center]

En fait le thème principal de Kanon est pour moi celui du rêve… Et particulièrement, l’idée (et j’adore cette idée) que chacune de nos vies, que chaque instants que l’on vit (ou que l’on croît vivre) est en fait le rêve qu’une autre personne est en train de faire quelque part dans ce monde. Ainsi, chaque vie n’est qu’un rêve, le mot rêve étant à prendre au sens premier du terme sans connotations particulièrement positive, puisque Kanon réserve son lot de passage très triste (mais aussi et heureusement plein d’humour).

Au final, je ne peux que vous conseiller de jeter un oeil à Kanon, qui vaut le coup ne serait-ce que pour le design super kawai de ses personnages (Mai, je t’aime). Et pour vous donner l’eau à la bouche, je vous propose le prelude en VOSTFR. Ouvrez grand vos yeux et vos oreilles, et préparez-vous à avoir une envie irrémédiable d’en découvrir plus sur Kanon…


[Arrivage]Clannad After Story 8 – Limited Edition

[singlepic id=153 w=320 h=240 float=center]

Et voilà, il est enfin arrivé, le seul et l’unique, l’ultime et dernier volume de l’édition limitée de Clannad After Story! Inutile de vous dire que je me suis rué sur ce dvd comme un mort de faim mais aussi avec une certaine émotion. Clannad fait partie de ces séries dont je suis tombé littéralement amoureux et savoir que je tenais entre les mains le dernier volume des aventures  de Tomoya et Nagisa m’a rendu tout chose… Et à juste titre puisque le dernier épisode est vraiment surprenant avec un twist intersidéral qui m’a remplit de joie! J’ai vraiment trippé comme un malade et une conclusion pareille ne peut que me conforter dans mon jugement acquis au fur et à mesure des épisodes: Clannad est vraiment une si ce n’est LA meilleure anime qui m’est était donné de voir depuis bien longtemps!

Jamais une anime n’a été aussi riche en émotion pour moi et a aucun moment je n’ai vraiment senti de baisse de régime dans les 46 épisodes des deux saisons (Clannad était prévu pour durer 2 saisons dès le départ). En clair, cette série occupe une place de choix dans ma collection. En plus du dernier épisode de la série, le DVD comprend 3 épisodes bonus qui n’entrent pas vraiment dans la chronologie de la série originelle:

  • Un épisode qui raconte la vie de Nagisa un an avant sa rencontre avec Tomoya
  • Un épisode récapitulatif des deux saisons raconé par Tomoya
  • Un épisode qui raconte ce qui se serait passé si Tomoya serait tombé amoureux de Kyou (Gé-Nial!)

Bref, cette édition comprend son lot de petite gâterie qui font toujours plaisir. Terminons par le packaging qui comme d’habitude est sublime. Rajoutons q’en plus de l’artbook traditionnel et d’un livret contenant des fan-arts, on a même droit cette fois à des graines à planter sois-même histoire d’avoir un souvenir vivant de Clannad. C’est juste génial comme idée une fois encore.

Mais maintenant…Me voilà orphelin; ayant terminé Ef et Clannad, je n’ai plus d’anime à suivre. Alors biensûre la nouvelle saison d’Haruhi arrive, mais dans mon coeur ça ne remplacera jamais Clannad, je crois même qu’aucune série ne remplacera Clannad. En clair, je dois juste patienter jusqu’à ce que Kyoto Animation retravaille avec Key (sur White Clover ou Rewrite pourquoi pas!), mais ça risque d’être long, très long… Peu importe je vais me refaire un été Air+Kanon+Clannad pour patienter, et ça, j’en salive déjà…

[nggallery id=19]

En attendant je vous laisse en compagnie de la presque-fin de Clannad, car oui il reste encore 5 minutes après ce final… (Et quelles 5 minutes!!!— Inutile de vous dire que ça SPOILE à mort…) En attendant chers amis, je vous souhaite un bon week-end, de mon côté j’ai pas mal de choses à faire!

 

[Arrivage]Fortissimo & Espressivo, Ebullient Future

[singlepic id=78 w=320 h=240 float=center]
[singlepic id=79 w=320 h=240 float=center]

Une petite réception tout droit venu du Japon avec les deux OSTs de Ef A Tale Of Memories (Fortissimo et Espressivo)et le simple Ebullient Future (Thème principal de Ef A Tale Of Melodies interprété par ELISA. J’adore tout simplement l’ambiance sonore de Ef et c’est donc tout naturellement que j’ai commandé ces trois disques! Par contre il aura fallu le temps puisque Play-Asia a presque mis 1 mois pour les expédier (indisponible chez leurs fournisseurs habituels). Bref l’attente fut longue mais, ça y est je les ais enfin! Maintenant il ne me reste « plus » qu’a prendres les deux OST de Melodies!

Par ailleurs, pour rester chez Minori, leur nouveau visual novel est sur les rails et devrait paraître cette année, il s’agit de EDEN, j’ai hâte de découvrir ça! Je vous en dirais plus prochainement!

Enfin, et pour terminer on a enfin deux visuels pour les deux derniers volumes DVD de Clannad After Story, à savoir le volume 7 et 8, à paraître début juin et début juillet! Et quels visuels MAGNIFIQUE, alors certes il s’agit là de très petit visuel pixélisé, mais quand même! Vivement je ne tiens plus, surtout que je viens de finir le volume 16 et MON DIEU, QUE C’EST TRISTE, jamais je n’aurais cru que la série prendrait ce tournant et atteindrait ce niveau de maturité!

[singlepic id=76 w=320 h=240 float=center]
[singlepic id=77 w=320 h=240 float=center]

[Japanimation]Clannad-Full Set, Limited Edition – Partie 1

Et qu’on en parle plus, j’ai envie de dire! Alors que j’ai reçu le Volume 6 LE de Clannad After Story (je ne posterai pas de photos car la jaquette et autres visuels du DVD sont REMPLIS de SPOILER!!), j’ai décidé de faire un joli post récapitulatif en deux parties sur l’ensemble du contenu des 8 volumes LE (pour Limited Edition…[juste au cas ou] ) de la première saison de Clannad! C’est juste pour le plaisir des yeux et la curiosité de certains! Mais aussi pour rendre hommage à des éditions collectors vraiment exceptionnelles! Enjouaillez, et faites chauffer votre ligne internet, car beaucoup de photos! [Je sens que ma bande passante va morfler!]

Clannad TV:Vol.1 LE

[singlepic id=42 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=43 w=320 h=240 float=center]

Le DVD lui-même contient les 3 premiers épisodes de la série, une piste audio avec commentaires des réalistaeurs, une interview du directeur en chef de la série et une interview de la doubleuse de Nagisa.
En supplément, comme vous pouvez le constater sur les photos, l’édition contient un DVDRom que vous pouvez insérer dans votre PC OU MAC et contient des fonds d’écran en haute résolution (1920×1200), un screensaver, des îcones et un calendrier Clannad!

[singlepic id=65 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=66 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=67 w=320 h=240 float=center]

Comme dans chaque volume un artbook consacré aux différents personnages de la série, et une fun card (c’est le nom) présentant d’un côté l’invitation que Nagisa prépare pour recruter des gens au club de théâtre et de l’autre une illustration de la grande Famille Dango!!

C’est le début d’une grande série 😀

Clannad TV:Vol.2 LE

[singlepic id=44 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=45 w=320 h=240 float=center]

Ce 2ème DVD comprend les épisodes 4 à 6 et une interview de la doubleuse de Ryou! L’artbook contient un storyboard COMPLET de l’épisode 1 (générique d’ouverture et de fin compris)! Un pack de jeu de carte pour lire la bonne aventure comme Ryou!

Comme d’habitude, un fun card est glissé dans le boîtier est représente You toute Kawai avec ses cartes! 😀 C’est dans ce DVD que l’on trouve une scène très drôle entre Nagisa et Ryou! En effet, Nagisa étant à la recherche de membre pour le club de théâtre, va aller demander à Ryou de la rejoindre, mais Ryou croît que Nagisa va lui faire une déclaration de tout autre nature… 😀

[singlepic id=68 w=320 h=240 float=center]

Clannad TV:Vol.3 LE

[singlepic id=46 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=47 w=320 h=240 float=center][singlepic id=48 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=49 w=320 h=240 float=center]

Le 3ème volume comprend le DVD comprenant les épisodes 7 à 9 et une interview de la doubleuse de Fuuko! Mais vous trouverez également le script de l’épisode 1 et une étoile de mer de Fuuko! La Fun Card se veut humouristique et utilise surtout Fuuko (forcément, c’est dans ces épisodes que se clôt l’arc de Fuuko!)
En supplément dans ce volume un boîtier cartonné pour ranger tous les boîtiers DVDs!

[singlepic id=69 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=70 w=320 h=240 float=center]

Petit mot supplémentaire pour dire que c’est dans ce dvd que se trouve mon épisode préféré de Clannad, à savoir celui où Nagisa, Fuko et Tomoya passe la nuit à l ‘école! La fin de l’épisode, et attention SPOILER, et juste sublime (voir ici, pensez à activer les sous-titres français dans les options dailymotion!), où Fuuko retrouve sa soeur et dit aurevoir à Nagisa et Tomoya; je ne m’en lasserai JAMAIS!

Clannad TV:Vol.4 LE

[singlepic id=52 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=53 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=54 w=320 h=240 float=center]

Ce 4ème volume met à l’honneur Sanae, avec un DVD contenant les épisodes 10 à 12 et une interview de la doubleuse de Sanae! On y trouve également un artbook, une fun Card avec une recette pour faire des étoiles de mer en gâteau, mais façon Sanae, donc ATTENTION :D! Mais surtout on trouve dans cette édition un calendrier 2009 de bureau avec différentes illustrations de la série!

C’est aussi dans ce dvd que l’on trouve un épisode avec une des scènes qui m’a le plus retourné dans cette première saison, à savoir (attention SPOILER) la scène où Kotomi s’effondre en larme en plein milieu de la rue sans que l’on sache vraiment pourquoi… Ca m’a fait vraiment trop mal au coeur

[singlepic id=71 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=72 w=320 h=240 float=center]

Les 4 derniers volumes au prochain numéro!