Navigate / search

Les Trois Frères 2, Les Visiteurs 3 entre espoir et consternation…

Les Inconnus qui se reforment pour donner naissance à Les Trois Frères 2, Jean Marie Poiré qui signe officiellement pour réaliser « Les Visiteurs 3 », faut-il y voir une tentative désespérée de faire renaître de ses cendres le genre de la comédie française qui, il y a encore une dizaine d’années arrivait à surprendre et faire rire (et non pas sourire (importante nuance)) ou un triste constat d’échec d’un genre incapable de se renouveler?

Les Trois Frères - 1995
Les Trois Frères – 1995

Hormis Bienvenue chez les Ch’tis, peu de comédies françaises peuvent se targuer d’avoir été des phénomènes sociétaux comme le furent à leurs époques respectives Les Visiteurs ou Les Trois Frères (pour ne citer qu’eux, puisque c’est de leurs suite que l’on parle, mais j’aurai pu en citer bien d’autres). Depuis cet âge d’or il y a eu du pire et… du pire, le cinéma comique français ayant perdu également au passage certains de ses acteurs les plus emblématiques aussi bien au sens propre (Jacques Villeret) qu’au figuré (La troupe du splendide; Les Bronzés 3… Peut être le constat de décès d’un genre, ou encore un appel au secours d’une « ancienne génération » de comédiens ne se retrouvant plus dans la comédie française actuelle). Si la majorité des comédies dites moderne pompent à demi mots leurs inspirations dans les vieux pots ( Case Départ [Indigeste transposition des Visiteurs]de Steketee, Eboué et N’Gijol étant l’exemple parfait et affligeant de la décrépitude du genre où le second degrés est totalement absent et servant plus de film moralisateur que de comédie, à croire que la bande annonce a été tourné avant de faire le film, juste histoire d’attirer des blaireaux dans la salle et les faire payer), elles oublient de « copier » la subtilité des grandes comédies d’antan; quiproquo, jeu d’acteur (Gad Elmaleh ne fera jamais rien d’autre que du Gad Elmaleh par exemple). Peut être aussi est-ce due au fait que la majorité des acteurs jouant dans des comédies française ne sont initialement pas des acteurs, mais des comédiens calibrés pour des one man show (Dubosc crédible en acteur?), ou encore des « produits » issus du Jamel Comedy Club (excellents humouristes, mais surement pas excellent acteur).

Scène emblématique du film de Jean Marie Poiré - 1993
Scène emblématique du film de Jean Marie Poiré – 1993

Je n’érige pas Les Visiteurs (pour ne citer que ce film) en chef d’oeuvre de la comédie française, ce dernier étant probablement l’exemple typique du film calibré pour passer sur TF1 le dimanche soir, mais il renfermait une certaine authenticité, identité que je ne retrouve plus dans les productions actuelles (je suis surement aigri).

Le Père Noel est une ordure - 1982
Le Père Noel est une ordure – 1982

Globalement, le cinéma (comique) français n’ambitionne pas autre chose que ce carcan dans lequel il s’est lui-même enfermé (remplir le cahier des charges; il faudra, un pauvre type provoquant l’empathie du spectateur, une bonasse, un hit de l’été et un brin de discours d’intégration sur les minorités), loin de moi l’idée de glorifier le cinéma anglais ou américain, mais force est de reconnaître qu’ils ont le mérite de proposer un renouvellement certain (la trilogie Blood And Ice Cream). Enfermé dans un carcan qu’elle s’est elle même construit, la comédie française ne se renouvelle plus. On pourrait discuter pendant des heures, le principe de découper un dépanneur d’ascenseur un soir de Noël pour le donner à manger au lion n’est plus quelque chose d’envisageable dans la comédie française d’aujourd’hui. Je ne généralise pas à toutes les comédies françaises, car les plus confidentielles sont bonnes voire très bonnes, mais je veux parler de ces grands films qui sont sensés fédérer les spectateurs, Le Père Noël est une ordure savait jouer de ces clichés, malgré son statut de « gros film ».

Hot Fuzz
Hot Fuzz – 2007

On pourrait extrapoler ce constat à bien des niches de la comédie dans l’audio visuel français; Le Petit Journal étant probablement l’exemple le plus frappant de comment faire rire en manipulant la vérité, tout en véhiculant un message moralisateur parfois nauséabond, alors que Canal+ elle même ne se gêne pas pour Twitter des propos plus que borderline (mais peu importe, l’important est de faire le buzz).

Tweet Canal+

Aux heures difficiles que l’on traverse actuellement, il y a peut être bien des sujets plus important que celui de l’avenir de la comédie française (qui n’a de comédie que le nom), mais il fallait bien que je dise ce que j’ai sur le coeur…