Navigate / search

[Collection] Lollipop Chainsaw Edition Premium Japonaise

Ca faisait un moment que j’ai reçu l’édition japonaise premium de Lollipop Chainsaw et je me suis toujours dis que je devais la bloguer, c’est désormais chose faite… Je vous renvoie vers mes impressions du jeu (que j’ai trouvé tout bonnement excellent, même si beaucoup trop court!).

 

 

Cette édition japonaise est à l’image du jeu; scintillant de milles feux! Un régal que je vous fais partager…

[Collection] Standee Lollipop Chainsaw – Juliet Je T’aime!

Lollipop Chainsaw étant déjà pour moi un jeu culte, j’ai fais l’acquisition d’un Standee tout simplement fabuleux! Le genre d’objet qui en jette un max dans une collection! Le standee doit mesurer 1m50 (+/-). J’ai du le monter de A à Z (plus difficile qu’il n’y paraît, surtout après une semaine exténuante de boulot!). Mais au final quel pied! J’adore! Après c’est sûre.. Il faut la place! Je vous laisse découvrir ça en photo!

[Jeux Vidéo] Lollipop Chainsaw – Sexe, Sang, Sucettes, Tronçonneuse et Zombis

Lollipop Chainsaw, dernière production de Suda51 (No More Heroes, Shadow of the Damned) débarque dans nos contrées européennes. Comme toutes ses anciennes productions Suda51 insuffle à sa création un parfum particulier; celui de la folie. Inutile de tourner autour du pot, Lollipop Chainsaw est un OVNI vidéoludique, et comme toujours dans ces cas là, certains adoreront et d’autres détesteront!

En effet, difficile de passer à côté de Lollipop Chainsaw, si vous suivez de près ou de loin l’actualité du jeux vidéo vous n’aurez pas pu manquer Juliet (l’héroïne du jeu), une PomPom Girl blonde, un corps de rêve, des formes à faire rêver n’importe quel homme sur terre, des couettes et… une tronçonneuse…rose… En lisant cette simple description vous aurez déjà compris que le jeu s’annonce complètement barré! Rajoutez à celà des zombis, des boss complètements dingue, une ambiance musicale soignée (Akira Yamaoka) et le doute n’est plus permis, vous avez devant vous une bizzarerie made in japan.

Pour résumer, Lollipop Chainsaw est un Beat them all se déroulant dans un univers mêlant pop/rock/funk culture avec des zombis. Vous incarnez une PomPomGirl qui n’a rien trouvé de mieux que de décapiter son petit copain à coup de tronçonneuse pour le sauver d’une métamorphose en zombi. Très vite vous comprendrez que la jeune fille fait partie d’une famille de chasseur de zombi (les clins d’oeils à Buffy contre les Vampires sont innombrables) et que votre rôle va être de bouter ces envahisseurs putréfiés hors de chez vous. Pour celà vous disposez de pon-pon, d’une tronçonneuse (qui peut se transformer à volonté en fusil, propulseur ou autre joyeuseté), de la tête de votre petit copain (qui vous sortira de bien des mauvais pas) et d’éléments du décor que vous pouvez également utiliser pour prendre l’ascendant sur les hordes de zombis qui vous assaillent (un peu de pole dance, tronçonneuse en main… Ca fait des ravages).

Globalement le jeu est linéaire, construit en plusieurs niveaux non communiquant entre eux (le lycée, le stade etc), à la fin de chaque niveau vous rencontrez un boss assez… original… Ca va du zombi Viking fan de metal au maniac de son électro en passant par le hippie complètement psychédélique. Et encore, je ne vous parle pas du boss de fin. Vous l’aurez compris chaque boss reprend un style musical bien particulier. En celà, Lollipop Chainsaw limite le gros problème du jeu du genre: la répétitivité. Le jeu est suffisamment varié pour ne pas s’ennuyer; baston, phase de basketball zombie ou Baseball zombie (sisi je vous jure), conduire une moissonneuse batteuse et bien d’autres… Par contre le gameplay est lui-même n’est pas à la hauteur des espérances, quand je lis ici ou là que c’est un peu comme Bayonetta… On en est très loin, certes il y a pas mal de combos à dévérouiller, mais on atteint jamais la profondeur de Gameplay d’un Bayonetta.

L’aspect customisation est par contre très creusé, vous pourrez acheter des améliorations physiques à votre personnages, des combos, des fringues, des musiques et des illustrations. Bref vous avez de quoi faire. L’argent s’obtient en tuant des zombis, plus vous en tuez simultanément plus vous aurez de l’argent. Simple mais efficace.

Les musiques sont parfaitement réussies et colle à l’ambiance déjantée du titre. Rien à redire là-dessus, il vous suffira de traîner sur Youtube pour vous en convaincre.

Techniquement, Lollipop Chainsaw est imparfait, l’animation des personnages est excellente, le cell shading colle parfaitement à l’ambiance comic-book/vintage (c’est simple on se croirait dans un Death Proof ou un Sin City), mais les décors sont d’un vide intersidéral qui fait peur. Heureusement on ne le remarque pas tellement car notre attention reste fixé sur le déluge de couleurs et de paillettes qui explose lorsque l’on décapite des zombis! Reste cependant des temps de chargement horriblement long (l’installation sur le disque dur de la Xbox360 n’a pas changé grand chose).

Autre point noir, la durée de vie, comptez 5 heures pour finir le mode histoire une fois. C’est tout de même très peu. Ceci étant dit Lollipop Chainsaw est typiquement le jeu que l’on refait pour débloquer des bonus et pour améliorer son score. Mais tout de même… Précisons qu’il n’y a pas de mode multijoueur (vous pouvez par contre comparez vos scores avec les joueurs du monde entier).

En résumé Lollipop Chainsaw est un petit plaisir (Damonx confirme), pas un chef d’oeuvre, mais un bon petit jeu authentique qui respire la sincérité (et la folie). Il reste tout de même très court, mais le plaisir qu’il procure compense largement, et si vous êtes perfectionniste, le jeu vous offrira des longues heures supplémentaire. Le principal intérêt du soft résidant dans son ambiance complètement folle, puisant allègrement ses références dans le cinéma GrindHouse et la pop culture US (même PacMan a droit à son clin d’oeil), un régal… Je recommande!