Navigate / search

[Ma Vie] Une histoire d’oraux…

Cette semaine je vais avoir droit à l’insigne honneur de passer deux oraux pour ma validation de mon deuxième cycle, j’ai une sainte horreur de ce genre d’évaluation. Malheureusement tout le monde doit y passer, alors bon je n’ai pas le choix… Et comme d’habitude dans ce genre de situation, il faut que je traîne sur le net à rien foutre plutôt que bosser (c’est plus fort que moi).

Enfin peu importe, voilà encore un billet blog pour ne rien dire, si ce n’est vous prouver que je suis bien vivant! Merci pour vos mails et commentaires à ceux qui m’en ont envoyé, ça fait vraiment plaisir!

PS: J’ai choisi une image de Dead Space 2 parce qu’est c’est la seule distraction que je me suis offert ces deux dernières semaines, et j’ai littéralement adoré! Je recommande à tous les fans de Survival Horror!
Tout est parfait dans ce jeu, l’ambiance sonore est particulièrement réussi, même si la meilleure OST pour un survival Horror restera celle de Silent Hill 2, mais bon, là je pinaille…

PS2: Quelqu’un a quelquechose contre les Playmates? (tant que c’est soft?)

[Jeux Vidéo] Le Survival Horror cherche son leader?

S’il est indéniable que Bio Hazard (Resident Evil chez nous) est une licence commerciale et une véritable poule aux oeufs d’or pour Capcom, il faut bien admettre qu’elle est aussi une série fondatrice d’un genre aujourd’hui moribond: le survival horror. Resident Evil avait su à l’époque de sa sortie créer un ouragan dans le monde du jeux vidéo, créer une ambiance horrifique et immersive tout en proposant un gameplay innovant (pour l’époque) avec des petites astuces qui contribuaient encore plus à l’immersion (les coffres, les points de sauvegardes en forme de machine à écrire et ruban encreur…).

A l’heure d’aujourd’hui il est sûre que Resident Evil n’est pas LE jeu le plus effrayant qui existe mais il faut lui concéder une chose, sans lui tous les autres survival n’existeraient pas (ou du moins seraient bien différents). Pourtant aujourd’hui, il faut bien reconnaître que le genre est plutôt… Absent? Resident Evil, lui même n’est plus un survival horrror, mais un (bon) TPS vaguement horrifique. Fini le temps du manoir perdu dans la forêt de Racoon City, fini le manque de munition, le stress de savoir si l’on va survivre jusqu’à la prochaine salle de coffre. Le problème en soit, n’est pas que Resident Evil ait changé d’orientation, le problème c’est surtout qu’aucune licence n’a réussi à reprendre le flambeau à bras le corps… Le survival horror n’a plus de leader.


Certains évoqueront Silent Hill; Silent Hill 5 est un bon titre (difficile de le nier) mais n’a ni la carrure d’un Resident Evil, ni la fulgurance artistique d’un Silent Hill 2. Les derniers autres opus de la franchise sur les consoles portables ou sur Wii sont de bonnes factures, voire même excellents mais n’ont pas suscité l’engouement nécessaire pour entraîner une nouvelle vague dans l edomaine. Alors on peut toujours espérer que le prochain Silent Hill sur console de salon soit à la hauteur, je n’y crois pas vraiment malheureusement (tout juste sera-t’il de la taille de Homecoming).

Après d’autres franchises existent comme celle des Project Zero (réellement flippant pour le coup) ou encore la série des Sirren (dernier opus en date sur PS3, très réussi mais « trop » japonais pour avoir un impact significatif sur le marché). Il existe aussi des OVNIS; Rule Of Rose, D ou le très récent Amnesia: The Dark Descent (FPS horrifique où vous ne possédez aucune arme) que je vous recommande chaudement, mais là encore, rien qui ne puisse littéralement porter le marché. A croire que les gros éditeurs sont plutôt frileux à miser sur des projets purement horrifique, à croire que les joueurs ne marcheraient pas (c’est peut-être le cas). Dommage.

J’allais presque oublier de parler d’Alan Wake. Titre exclusif à la XBox360, les références à Stephen King sont plus qu’évidente et clairement, c’est probablement le meilleur jeu horrifique de cette génération de console, même si, je dois avouer que je n’ai pas non plus étais tenu en haleine durant tout le jeu, d’ailleurs je n’ais même pas eu envie de télécharger le dernier DLC. Je finis par me dire, une fois encore, que c’est moi qui change. Ou peut-être que, forcément après avoir jouer à tellement de jeu et bien que pour me foutre les chtons c’est plus difficile.

Le pire c’est que même l’association Shinji Mikami (Resident Evil)+ Akira Yamaoka (Silent Hill) va accoucher d’un Shadow Of The Damned qui s’annonce être un bon jeu d’action mais clairement pas un jeu d’horreur à ambiance. Tant pis. Le futur du survival horror s’annonce sombre (et pour le coup ce n’est pas bon signe), l’espoir reste permis avec Resident Evil 6 qui devrait revenir aux fondamentaux (mais bon, les promesses…). Tout ceci est d’autant plus frustrant que la peur est pourtant bien présente dans les jeux vidéos, ici et là, de temps en temps, mais l’action prend presque toujours le dessous, comme pour éviter un excès interdit. Si quelqu’un a une raison à cet état de fait, je suis preneur, car vraiment, je n’y comprends rien.

[Cinéma]Silent Hill de Christophe Gans (Edition BluRay)

[singlepic id=262 w=640 h=480 float=center]

Après avoir passé ma soirée nuit d’Halloween devant ma télé à dévorer l’édition BluRay de Metropolitain de Silent Hill, le constat est clair, je viens de regarder une des éditions BluRay les plus complètes qui m’ait été donné de voir à ce jour.

Je ne reviendrai pas sur l’aspect technique du bluray, (d’autres font ça bien mieux que moi) qui est, en résumé, exceptionnel et quasiment irréprochable, mais je vais m’attarder un peu plus sur la passion de son réalisateur pour le film.

Clairement, pour moi, tout l’intérêt de cette édition Bluray n’est pas seulement dans l’apport de la HD, mais surtout dans les suppléments. Commençons par le commentaire audio de Christophe Gans, qui est juste un véritable régal. Vous allez passer 2 heures en compagnie d’un des réalisateurs geek le plus fanatique de Silent Hill. Il vous racontera ses choix, ses déceptions, ses motivations sans langue de bois et appuiera clairement là où il sait que son film faiblit (les passages avec Sean Bean qui plombe le rythme du film). Il vous expliquera aussi comment aurait normalement dû se terminer le long métrage initialement avec l’arrivée des 6 Pyramid Head en tant que Juges des Enfer (et oui, ça fait rêver…). Ce qui importe ici n’est pas tant le fait de vendre son film, Gans s’en contre-fout, il vous explique vraiment ses choix et pourquoi il a fait ça plutôt qu’autre choses. Vous l’aurez compris c’est un vrai commentaire audio et pas un vulgaire outil de promotion.

A côté de ça, le bluray supplémentaire déborde de suppléments en tout genre, avec par exemple, des interviews croisées de Yamaoka et de Gans, un docu inédit totalement en HD, un extrait de la cassette que Gans a envoyé à Konami pour avoir le « droit » d’adapter Silent Hill. Plus quelques vidéos de Silent Hill 1 & 2… En somme, un régal…

Premier BluRay:

2 Picture in Picture : l’envers du décor :
– visionnage des images du film avant les trucages numériques
– les coulisses du tournage

Commentaire audio du film par le réalisateur Christophe Gans

Commentaire audio par le producteur Andrew Mason et le monteur Sébastien Prangère

Deuxième BluRay:

Autour du jeu vidéo :
– Interview du producteur du jeu vidéo, Akira Yamaoka
– Extraits de la rencontre entre le réalisateur Christophe Gans et Akira Yamaoka

Interview de Christophe Gans sur le jeu Silent Hill 2

Intros des jeux vidéo Silent Hill 1 et 2

Documentaire : « Silent Hill : entre deux mondes » (HD, 90′)

Making of :
– La voie des ténèbres
– Sur le tournage

Featurette

Teaser

Bande-annonce

Galerie d’affiches

Galerie de photos

Quoiqu’il en soit, c’est vraiment agréable de voir un réalisateur décortiquer une oeuvre vidéoludique comme celle de Silent Hill de A à Z, pas sûre qu’Anderson avec Resident Evil puisse en faire autant (quoiqu’il faut bien avouer que Resident Evil est bien moins « profond » que Silent Hill). En somme, vous l’aurez compris, ce BluRay de Silent Hill doit impérativement figurer dans votre BluRay-thèque…

[Arrivage]Silent Hill de Christophe Gans BluRay

Inutile de vous rappeler que je considère Silent Hill comme une des très très rare adaptations de jeux vidéo réussies à ce jour. Seul hic, l’édition DVD française bien que probablement la plus complète (avec l’ultimate edition japonaise – qui m’avait coûté une fortune-) n’était pas si complète que ça, puisqu’il manquait -au hasard- un commentaire audio et un making off réellement intéressant (les featurettes commerciales ça va 5 minutes). L’édition ultime japonaise était un peu plus soigné de ce côté là, sauf que techniquement le bluray était à la rue (MPEG2… Et oui…).

[singlepic id=259 w=320 h=240 float=center] [singlepic id=260 w=320 h=240 float=center]

Je fondais donc beaucoup d’espoir sur la sortie de l’édition Zone B de Metropolitain qui comme vous le voyez a été supervisé par Christophe Gans Himself. Je n’ai pas encore pu jeter un oeil au Bluray Techniquement parlant, mais au vue des premiers tests, et des soins apportés à l’édition que j’ai entre les mains, je suis plus que confiant (vous notterez la présence de commentaires audio et de documentaire en HD inédit. Vous auriez tord de vous en privez…

PS: Un grand merci à ma frangine pour le montage photo. Car moi et les logiciels de montage photos, ça fait deux. Autant la vidéo j’ai les bases, autant la photo…