Navigate / search

Quel est le point commun entre Desperate Housewives, Transformers et Gears Of War?

La réponse est Steve Jablonsky, petit compositeur né en 1970 ayant initialement été repéré par Harry Gregson Williams (cet extrait suffira) est à mes yeux un des plus grands compositeurs du cinéma et de jeux vidéo américain. Après avoir longtemps travaillé avec Gregson Williams sur des projets pharaoniques comme Armageddon ou Ennemi d’Etat mais aussi avec Hans Zimmer notamment sur Pearl Harbor et Pirates des Caraïbes, il va progressivement se faire un nom dans le milieu et pas des moindres…

Je m’arrête un instant sur son travail avec Williams sur Armageddon car il est indéniable qu’il a influencé son travail profondément en particulier sur Transformers (certes très probablement cela est-il due au fait que ces deux films soient réalisés par Michael Bay…). Quoiqu’il en soit, cette scène est la musique qui y est associé aura probablement refilé des frissons à toute une génération de gosses qui comme moi ont toujours été émerveillé par les étoiles. Une scène qui ne serait pas la même sans son orchestration magistrale de la bande sons, initialement presque intimiste et progressivement de plus en plus puissante pour atteindre un point d’orgue au lancement de la navette.

Le premier travail de Jablonsky en tant que responsable du score d’un film sera sur Massacre à La Tronçonneuse de Marcus Nispel. Probablement pas son score le plus représentatif de ce qu’il sait faire, il n’en demeure pas moins que le thème de Leatherface est d’une noirceur assez ténébreuse. A noter que par la suite, Jablonsky se chargera du score de la préquel: The Begining.

Jablonsky perçera d’abord dans le domaine du jeu vidéo où il signera notamment l’OST de Command And Conquer Tiberium Wars (le troisième opus de la saga Tiberium). Je me souviens être resté planté de longues minutes devant l’écran titre tellement j’étais envoûté par Black Dawn. Dans un autre registre il signera également l’OST de la désormais culte série d’Epic Game: Gears Of Wars. Enchaînant des titres tous plus héroïques les uns que les autres, j’ai sélectionné deux extraits particulièrement impressionants.

 

 

 

Revenons maintenant à l’univers du cinéma où Jablonsky réalisera la soundtrack de The Island, peut-être que de prime abord cela ne réveillera pas votre mémoire auditive, mais si vous regardez les premières minutes du trailer international d’Avatar cela réveillera vos sens… La musique utilisée est tirée de The Island: My Name Is Lincoln.

 

Terminons par le travail le plus titanesque de Steve Jablonsky; Transformers. Si la série de Michael Bay peut laisser de marbre certains, sa bande sonore est tout simplement phénoménale et ce tout particulièrement sur le troisième opus de la franchise allant jusqu’à sublimer certaines scènes. Si la scène où l’attaque de la navette d’évacuation des Autobots est une réussite c’est en grande partie grâce à l’OST, reprenant le Thème principal en l’atténuant et le mêlant d’échos pour rendre la détonation de la navette encore plus assourdissante.

 

Terminons sur la scène du retour triomphant d’Optimus Prime qui est probablement un modèle de fluidité et de violence (pour un film tout publique), une scène mêlant vengeance et tension épique sous tendu par un climax de fin du monde sublimée par les envolées des instruments à cordes… Un régal…

 

C’est ainsi que se termine ce petit tour d’horizon de la carrière De Jablonsky que l’on retrouvera bientôt dans…. Transformers 4….