Navigate / search

Un mois de juillet bien rempli

Je sais que vous scrutez ce blog tous les jours fébrilement (en tout cas, j’aime le croire) en attendant une mise à jour. Mes chères lectrices et lecteurs, soyez prêt car le jour tant attendu est arrivé! Autant vous prévenir tout de suite ce billet risque d’être long et ce sera un fourre tout. Car oui, comme le souligne le titre, ce mois de juillet fut bien rempli.

Commençons par le rayon animation qui comme le veut la coutume a vu l’arrivée des séries d’été au Japon. Evidemment il est encore trop tôt pour se prononcer sur la qualité des séries, mais déjà quelques grandes tendances émanent des premiers épisodes.

Glasslip - 03 - Large 03

Dans le registre « la série que j’attendais »: Glasslip, la nouvelle série de P.A. Works (Nagi No Asukara). Pour l’instant je dois dire que je suis un poil (mais vraiment un poil) déçu. Alors certes graphiquement la série est réussie, l’ambiance est indéniablement là, mais pourtant le tout me semble un peu trop faible en contenu (la série est prévue pour 13 épisodes et c’est tant mieux, car 24 épisodes auraient été un calvaire). Certes il y a un côté surnaturel qui, pour l’instant, n’est pas mis suffisament en avant. Alors attention, j’attends toujours avec impatience l’épisode suivant, mais la magie n’opère pas comme sur Nagi No Asukara.

Sailor Moon Crystal - OP - Large 01

Dans le registre « la grosse déception », comment ne pas parler de Sailor Moon Crystal. Ce reboot était attendu comme le messie est le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il m’a déçu, visuellement hideux, l’animation est horrible, le chara design est moche et globalement on se fait chier. Rien à dire de plus. Passez votre chemin.

Hanayamata - 01 - Large 14
Toi aussi, viens faire la fofolle avec Hana

Dans le registre « Voir des personnages mignons en train de faire des trucs mignons », je vous présente Hanayamata. Forcément je pense à K-On en regardant cette série (toute proportion gardée, on en est encore loin évidemment). Mais bon, c’est agréable à regarder et visuellement c’est vraiment propre. Mention spéciale au générique d’ouverture.

ALDNOAH ZERO - 03 - Large 30

Dans le registre « Mais What THE FUCK, je l’avais pas vu venir celle là »; Aldnoah Zero, développée par Ei AOKI qui a notamment bossé sur FATE, s’annonce déjà comme un chef d’oeuvre, l’animation tient la route, les musiques sont splendides et on sent un background ENORME. LA série de cette été, a voir de toute urgence.

 

Et tant qu’à rester dans le monde de la japanimation quelques photos d’arrivage récent, avec enfin le Full Set Little Busters! Refrain contenant donc l’intégrale de Little Busters!Ex (et la fin magistrale de l’arc Saya), et le presque Full Set Nagi No Asukara (plus qu’un volume).

Par ailleurs, je pense mon temps libre sur Starcraft II, oui, je suis passé Or en 1c1, ça ne veut peut être pas dire grand chose pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup! Un jour je serai Grand Maître (mais oui, mais oui, on y croît… haha).

transformers_age_of_extinction_optimus-prime

Un petit détour par les salles obscurs pour aller voir Transformers l’âge de l’extinction, et voilà que mon coeur palpite comme lorsque j’avais 10ans. Le dernier opus de Michael Bay est dans la droite lignée des précédents mais en puissance 10. Mention spéciale à la bande originale qui défonce encore bien comme il faut! On pourra critiquer sans cesse Michael Bay sur la qualité ou nullité de ses derniers films, je les trouve de mieux en mieux filmés. Le sens de la mise en scène pour les scènes de destruction est parfait. Je ne saurai que vous recommander de voir ce film, non pas pour son scénario, mais pour la baffe technique qu’il envoit.

Ce sera tout pour cette fois, je vous souhaite un bon été et un bon mois d’août les amis. Que la force soit avec vous.

[Cinéma] Transformers 3 de Michael Bay

Michael Bay, en voilà un nom qui en fait frémir plus d’un (que ce soit de joie ou d’effroi). Aujourd’hui il revient avec Transformers 3, qui comme son nom l’indique correspond au troisième opus de la juteuse licence détenue par Paramount. Très décrié pour Transformers 2, Michael Bay s’était ouvertement excusé pour le résultat de ce deuxième opus, rappelant que la gestation du film est tombé pile pendant la grève des scénaristes. Rappelons qu’effectivement le scénario de Transformers 2 tient allègrement sur un timbre poste (et encore en écrivant gros). Ceci étant dit, le scénario de Transformers 2 n’était pas -je pense- son principal défaut, le gros problème résidant dans le rythme du film qui était trop étrange, trop haché, une sorte de bouillie non pas infâme mais pas forcément digeste (mais ayant bon goût, c’est tout le problème du cinéma de Michael Bay). Alors autant dire que l’attente sur Transformers 3 était énorme et les défis à relever étaient présent en nombre. Après avoir vu le film, quelques éléments de réponse…

Pour être clair, non, Michael Bay n’a pas changé, Transformers ne s’est pas doté miraculeusement d’un scénario remue-méninge philosophique (loin de là). Non, les travers de Michael Bay n’ont pas disparu, il adore toujours les scènes de destruction massive. En fait le cinéma de Michael Bay reste identique dans son architecture. Les personnages sont assez caricaturaux, peu creusés, « l’héroïne » reste cantonnée à son rôle de potiche (filmée sous toutes les coutures, telle une belle voiture avec une belle carrosserie). Les actes de bravoure sont légions. Bref Michael Bay fait du Michael Bay…

Mais, il faut reconnaître, que la forme a évolué rendant le tout beaucoup plus digeste. Et globalement, c’est ça que l’on peut dire de Transformers 3, il est ce qu’aurait dû être Transformers 2. En somme Transformers 3 est en fait Transformers 2.5, et par conséquent il est à la fois réconfortant mais aussi frustrant. Divisé en deux parties, le film n’est pas sans certaines longueurs (2h40 tout de même). Pendant plus d’une heure, le background est posé, c’est aussi durant cette période qu’on aura droit aux petits interludes comiques et/ou détachés de l’intrigue principal (le tout étant globalement bien moins fatiguant que les passages du même type du premier ou deuxième opus). Plutôt bien amené globalement, cette première partie présente quand même quelques transitions abruptes entre un John Malkovich qui cabotine plein pot et les amourettes de Shia Labeouf. Et globalement une heure à ce rythme, c’est un peu long…

Ensuite, c’est le déluge de SFX, d’action tonitruantes, de boumbadaboum et autres acrobaties complètement improbable! Et là on peut dire que Michael Bay est un dieu puisqu’il montre qu’il maîtrise complètement la 3D et le numérique. Je ne m’en reviens toujours pas, on retiendra une course-poursuite faramineuse sur une autoroute, un drop de parachutiste sur une ville de Chicago complètement dévasté, un affrontement final épique entre les Autobots et les Decepticons.. James Cameron lui-même a reconnu que Bay maîtrisait parfaitement le processus, mais c’est une évidence!

Par ailleurs, si le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, il faut reconnaître qu’il se laisse suivre et il propose son lot de surprise! Les acteurs sont plutôt bon, même si il faut reconnaître que le duo Labeouf/Megan Fox fonctionnait bien mieux que le duo Labeouf/Rosie Huntington-Whiteley. Oui l’absence de Megan Fox se fait sentir, surtout parcequ’il est évident que le film aurait encore gagné un galon sur le rang du dramatique. Car oui, Transformers 3 est plus noire et plus froid que ses grands frères, certes vous ne pleurerez pas, mais le sort réservé à certains personnages pourra vous provoquer un pincement au coeur.

Autre bon point pour le film, le score de Steve Jablonsky est encore une fois très efficace, même si, assez discret. Le thème principal des Autobots est repris à plusieurs reprises mais c’est toujours au bon moment. A noter que c’est toujours Linkin Park qui s’occupe de la chanson titre: Iridescent.

En somme Transformers 3 n’est pas un chef d’oeuvre, loin de là, mais c’est juste un blockbuster d’été terriblement efficace dans son but premier: mettre votre cerveau au repos et vous divertir. On pourra toujours critiquer Bay pour son cinéma machiste, américanisé et bourrin, il n’en reste pas moins que c’est un homme qui semble être resté coincé à l’âge de l’adolescence dans sa tête. Et c’est ici que réside toutes les forces et les faiblesses de Transformers 3; la fougue et la force de la jeunesse mais aussi son côté un peu trop hâtif voulant à tout pris arriver à faire quelque chose sans trop savoir pourquoi. Mais en toute franchise, je n’échangerai pas un Transformers 3 contre cent Pirates des Caraïbes 4. Après c’est une affaire de goût! Mais pour moi, Transformers 3 peut passer l’été tranquille, je vois mal Harry Potter faire mieux que lui en terme de grand spectacle!

[Cinéma]Terminator Renaissance & Transformers 2: Revenge of Fallen

[singlepic id=73 w=640 h=480 float=center]

Le mois de juin sera robotique ou ne sera pas! C’est en effet ce que l’on peut se dire au vu des sorties blockbusters du mois. Dans les deux cas, il s’agit de suite, mais deux suites avec des envergures un peu différentes. Terminator Renaissance, va comme son nom l’indique, devoir redonner naissance à la saga Terminator pour l’amener vers une nouvelle trilogie, autant dire que la tâche que s’est vu confier McG est loin d’être un cadeau! On se rappelle que la saga Terminator s’était clôturé sur Terminator 3: réussite pour les uns, catastrophe pour les autres. Personnellement j’ai plutôt bien aimé Terminator 3, certes il est loin de rivaliser avec Terminator ou Terminator 2 mais il se laissait et se laisse toujours regarder sans aucun problème, et la fin du film est vraiment génial, apocalyptique à souhait. Biensûre quand Terminator 4 a été annoncé, tout le monde s’imaginait déjà voir une guerre contre les machines comme on peut l’apercevoir au début de Terminator 2 par exemple, mais il semblerait que McG ait voulu donner une orientation un peu plus intimiste à la franchise. Pourquoi pas après tout, reste à savoir si McG aura su préserver l’âme de la saga tout en ayant su insuffler un élan de vie pour en faire une nouvelle trilogie! Ce qu’il y a de rassurant au premier abord, c’est la participation de Christian Bale en tant que John Connor au film, mais vu les premières critiques il semblerait que ce qui « plombe » le film c’est en fait Christian Bale! Mais non il ne s’agit pas de la performance de l’acteur en lui-même mais de son personnage, apparemment, initialement John Connor n’aurait pas du avoir un rôle si « prépondérant » dans le film, c’est le personnage de Sam Worthington: Marcus Wright qui était le fil conducteur du film, mais quand l’équipe du film a pu avoir Christian Bale en John Connor, il a semblé important de faire apparaître un peu plus John Connor a l’écran…

Et apparement c’est ce choix qui fait un peu souffrir le film. Dommage, reste que globalement les critiques sont plutôt bonne et confirme que ce Terminator est fidèle aux oeuvres de Cameron en particulier Terminator premier du nom! C’est donc plutôt une bonne nouvelle pour tous les fans de la saga, même s’il conviendra a chacun de se faire sa propre opinion dans les salles obscures! En tous les cas moi j’y crois et j’irai le voir, peut être pas le jour de la sortie car j’ai des exams deux jours après donc je me sentirai coupable de ne pas réviser, mais comme ça j’éviterai les « KikouLolAvecLeurPopCorn ».

[singlepic id=74 w=640 h=480 float=center]

Concernant Transformers 2, je dois dire que le premier film m’avait un peu déçu la première fois que je l’ai vu, mais après l’avoir revu j’ai progressivement changé d’avis. Le problème c’est que j’en attendais peut-être un peu trop. En fait ce que je n’ai pas aimé dans le film c’est la « désacralisation » des robots, j’aurais aimé un film un peu plus sérieux, un peu plus noir, un peu moins « popcorn »… Mais bon probablement que si Transformers aurait été moins grand public on aurait pas eu droit à ces effets spéciaux exceptionnels. Il faut ajouter que l’on aurait pas eu droit à Megan Fox non plus (qui est d’ailleurs pressentie pour incarner Lara Croft dans le Reboot de la série Tomb Raider au cinéma… Moi je dis OUI!). En quelques mots, qu’est-ce que j’attends de Transformers 2? Et bien du Michael Bay tout simplement, que ça pète, que ça cogne et que ça soit assumé, tant pis si Transformers n’est pas une oeuvre « sérieuse et profonde » comme elle aurait dû/pû être, elle sera une oeuvre incroyablement fun. Car je fais confiance à Michael Bay pour ça! Oh, je sais bien que le scénario ne sera pas très fin; ‘il y aura les gentils et les méchants; les Autobots finiront par casser la gueule aux Decepticons dans un acte de bravoure magnifique, sur une musique qui fait chialer, avec un coucher de soleil dans le fond. C’est Michael Bay, c’est tout. Et comme pour prouver que ce 2ème film sera dans la lignée du premier, c’est de nouveau Linkin Park qui va signer la chanson thème du film avec New Divide. Bref, chez Michael Bay c’est l’histoire de l’éternel recommencement. Une fois que l’on sait ça, à condition d’aimer le travail du bonhomme, c’est au moins la garantie de ne pas être déçu. Et ça c’est déjà pas mal!

PS:Petit PS pour dire que mon exemplaire du volume 7 de l’édition limitée de Clannad After Story est parti ce matin! J’en peux plus, VIVEMENT!!! J’ADORE CE VISUEL BON SANG!!!